Lancé par trois jeunes entrepreneurs, Tristan Petit, Cyriac Lefort et Adrien Dewulf, Heroes est une application mobile de mise en relation de jeunes pousses et de candidats. Pas de CV ou de lettres de motivation. L’originalité réside dans la présentation : de courtes vidéos ludiques pour recruter et postuler. D’une part, les start-up à la recherche de « talents » présentent leur entreprise, leur produit, leurs valeurs ; de l’autre, les candidats déroulent CV et discours de motivation en se filmant avec leur téléphone. L’entretien adapté à la génération Z. Régulièrement mis à jour.

A l’heure de la « start-up nation », travailler dans une jeune pousse est tendance. Les générations Y et Z, ces jeunes ultra-connectés nés entre le début des années 1980 et le début des années 2000, sont plus de 60% à vouloir embrasser une carrière entrepreneuriale. Tous n’ont pas la fibre d’un fondateur ou d’un CEO. Ca tombe bien. Les start-up sont régulièrement à la recherche de nouveaux « talents », des profils polyvalents, ou très spécialisés.


« Après une levée de fonds, tout va très vite ! Les start-up doivent rapidement recruter, et en masse, au risque de se planter », souligne Tristan Petit.

Comment s’y retrouver parmi la multitude de start-up et la foultitude des candidatures ? Tristan Petit et Cyriac Lefort, deux amis d’enfance, ont décidé, après un tour du monde des start-up pour le W Project, de faciliter la vie de l’écosystème. Avec Adrien Dewulf, ils lancent aujourd’hui leur start-up, Heroes, une application mobile qui permet aux jeunes pousses de dévoiler leur produit, leur environnement de travail et leurs besoins (stage ou salarié), et aux candidats de se présenter, ainsi que leur parcours, dans de courtes vidéos ludiques qui répondent à celle de la start-up.

Vues des bureaux, cofondateurs qui présentent le produit, équipes au travail ou en pleine partie de ping pong… Les vidéos de recruteurs sont tournées par les trois cofondateurs dans les locaux des jeunes pousses. Pour le candidat, il lui suffit de télécharger l’application Heroes.jobs et d’enregistrer sa vidéo avec son mobile. « C’est la génération Facetime, selfie et Snapchat, ils sont habitués à l’image », avance Cyriac Lefort. Pour les guider, Heroes s’est entouré du savoir-faire du start-up studio Appiway, organisateur du concours de pitch en vidéo 100 patates et concepteur de ces vidéos questions-réponses pré-calibrées.

Critères de sélection

Régulièrement, Heroes proposera son top 25 des meilleures start-up où postuler pour un stage ou un premier emploi. Outre le besoin de recruter consécutif à une levée ou une soudaine expansion de l’entreprise, Heroes se focalise sur plusieurs critères qui lui semblent essentiels :

  • le « bien-être »
  • le leadership – si les cofondateurs s’entendent et impulsent quelque chose de positif et motivant
  • la croissance
  • la disruption
  • la pertinence du marché
  • si l’entreprise est bankable
  • la transparence – si les salariés sont payés au prix du marché

Avant leur départ en mars de Tristan Petit et Cyriac Lefort pour San Francisco où ils vont suivre le programme de Géraldine Le Meur The Refiners dans l’idée de développer leur concept aux Etats-Unis, l’équipe de Heroes présente son premier top 25 des meilleures start-up où postuler dans les semaines à venir.  

TOP 25 des start-up qui recrutent

Pumpkin / Fintech

Application mobile qui permet les paiements et les remboursements « entre potes », Pumpkin a été lancé par deux anciens de l’Edhec. En juillet dernier, Crédit Mutuel Arkéa a repris 80% du capital de l’application en y injectant 15 millions d’euros sur trois ans. Objectif : en faire une néo-banque.  

Too Good To Go / Foodtech

Consommer mieux et éviter le gaspillage, double objectif pour l’application mobile Too Good to go. Fondée en 2016 par Lucie Basch, la start-up permet aux boulangers, super marchés et restaurateurs de proposer leurs invendus à petits prix. Cette appli de lutte contre le gaspillage est présente dans huit pays.  

L’équipe de Too Good to go

Teemo / Adtech

La plate-forme Teemo prétend révolutionner « le marketing des magasins physiques ». L’entreprise récupère la géolocalisation d’utilisateurs de smartphones et l’actualise toutes les trois minutes. Le logiciel développé par des anciens de Google et Criteo est ensuite intégré dans un autre logiciel publicitaire et le tout vendu à différentes applications mobiles. Teemo propose ensuite des affiches publicitaires dans l’application utilisée afin de pousser le consommateur à se rendre physiquement en magasin.

Kymono / ecommerce

La jeune pousse qui met les startuppers en uniforme. Kymono propose de personnaliser des vêtements à l’effigie des start-up. « La culture et l’identité d’une boîte permettent de recruter et de garder les talents », nous disait Olivier Ramel, son jeune fondateur, en août dernier.

Olivier Ramel, fondateur de Kymono

Nestor / Foodtech

La start-up Nestor est spécialiste des livraisons de repas au bureau. En deux ans seulement, l’entreprise affirme avoir atteint la rentabilité avec un concept simple : chaque jour, un menu unique (entré-plat-dessert) est préparé le matin même et distribué aux clients.  

Minute Buzz / Média

Média d’info-divertissement présent sur les réseaux sociaux fondé en 2010, MinuteBuzz rassemble une communauté de plusieurs millions de fans. L’entreprise se finance grâce au publirédactionnel et emploie 70 personnes.

Chauffeur privé / VTC

Entre 2013 et 2016, l’entreprise a réalisé une croissance de 8 000% de son chiffre d’affaires, selon Les Echos. Les trois cofondateurs se sont lancés en 2011 sur le marché des VTC. Numéro 2 derrière Uber en France, Chauffeur Privé propose des prestations haut de gamme.

Qonto / Fintech

Elle se présente comme la néobanque des entrepreneurs. Fondé en 2016, Qonto propose à ses utilisateurs un compte pro 100% en ligne. La start-up a levé 10 millions d’euros en juillet dernier.

Qonto

Algolia / Internet

Depuis sa création, Algolia double de taille chaque année. La start-up propose un moteur permettant d’effectuer des recherches sur des applications, site internet… Elle a levé 53 millions de dollars en juin dernier.

TravelCar / autopartage

Réutiliser les voitures stationnées dans les parking des gares et aéroports pour permettre à la fois de louer à petit prix dès la descente de l’avion et pour le propriétaire de la voiture de ne pas payer une fortune en parking. L’entreprise a racheté plusieurs concurrents avant de séduire la Maïf et PSA pour une levée de 15 millions.

Hostnfly / Conciergerie

Conciergerie Airbnb, la start-up créée en 2016 permet aux propriétaires de déléguer la gestion de leur bien pendant leur absence, de la mise en location au ménage. L’entreprise a levé 2,5 millions en 2017.

Brigad / Recrutement

Brigad met en relation des entreprises et du personnel qualifié dans le secteur de l’hôtellerie restauration, pour des missions de quelques heures à quelques jours.

Mon Banquet / Foodtech

A destination des entreprises et des associations, et à partir de trois euros par personne, la start-up Mon Banquet propose un service de traiteur de qualité. L’entreprise a été lancé en 2015.

1000 Mercis / Data marketing

Créé en 2000, le groupe 1000mercis propose des programmes informatiques permettant de doper les ventes en ligne.

Doctrine / LegalTech

La start-up, dont sont jeune fondateur Nicolas Bustamante a été repéré par le classement 30 under 30, propose un moteur de recherche spécialisé dans le droit. Après seulement quelques mois d’existence, l’entreprise avait levé 2,5 millions en 2016 et emploie aujourd’hui plus de trente personnes.

ManoMano / Market place

C’est la surprise de l’année. ManoMano fait partie des plus grosses levées de fonds de 2017, avec 60 millions d’euros. La start-up est une place de marché de produits de bricolage et de décoration.

Zenchef / Foodtech

Fondée en 2011 sous le nom de 1001menus, ZenChef permet aux restaurateurs de gérer les réservations et de communiquer facilement avec leur clientèle.

Flixbus / Transport

Lancé en 2013 en Allemagne, les cars verts FlixBus sillonnent l’Europe et la France depuis qu’Emmanuel Macron a libéralisé en 2015 le transport par autobus. Si en Allemagne l’entreprise a été rentable au bout de trois ans grâce à une situation de quasi monopole, en France, FlixBus doit faire face à la concurrence de Ouibus et de Eurolines. Mais la croissance est là : 5,2 millions de passagers en 2017, soit 60% de plus que l’année précédente.

Aircall / Call Center

Aircall, c’est un call center logé dans le cloud. Créée en 2014, l’entreprise met sur pieds un serveur vocal interactif et dans le cloud à destination des entreprises.

Payfit / Gestion

La start-up veut simplifier la gestion des fiches de paie. En deux ans et deux tours, PayFit a levé 19 millions d’euros et compte se déployer à l’international, notamment en Espagne. Outre les salaires, la start-up propose de gérer les congés, les absences…

Tiller System / FoodTech

La caisse enregistreuse. C’est à cet objet incontournable, mais désuet, utilisé par les restaurateurs que s’attaque depuis 2014 Tiller en proposant une solution sur tablette. L’entreprise compte se déployer dans toute l’Europe.

Artur Inside / Communication

La start-up se présente comme le community manager des PME. En partant du principe que les petites entreprises ne peuvent plus se passer d’un community manager, mais n’ont pas toujours les moyens d’y consacrer un poste, Artur Inside vient à la rescousse.

AB Tasty / Marketing en ligne

Troisième levée de fonds de 16 millions d’euros pour AB Tasty en 2017. Championne du marketing en ligne et personnalisé, l’entreprise veut s’étendre à l’international et pourquoi pas devenir leader grâce à ses solutions d’AB testing. La recette : comprendre le parcours client et l’optimiser avec l’aide du big data.

Spendesk / Fintech

10 millions levés en deux ans et en deux tours, Spendesk compte doubler ou tripler ses effectifs dans l’année. Concept pensé dans le giron du start-up studio eFounders : simplifier et faciliter un simple paiement en entreprise.

Yumi / Foodtech

Le sucre, c’est mal. Yumi propose des jus de légumes pressés à froids et livrés à domicile. L’entreprise a été créé en 2014.