L’ESSENTIEL DE L’ÉCONOMIERetrouvez chaque jour des informations sélectionnées d’un monde en pleine transformation

 

LE CHIFFRE8 milliards d’euros | C’est la perte historique du groupe Renault-Nissan en 2020. Dans son alliance avec Renault, le constructeur japonais pèse pour 4,9 milliards de ces pertes. Le constructeur automobile français, lui, a vu ses ventes fondre de près d’un quart : il a vendu moins de 3 millions de véhicules contre plus de 4 millions quand il était numéro 1 mondial. Seule éclaircie dans ce sombre tableau, le dernier trimestre 2020 a montré un rebond des ventes et le nouveau plan stratégique, porté par Luca De Meo, qui doit sous 3 ans permettre le redressement du groupe automobile. Pour rappel Renault a annoncé un vaste plan d’économies avec plus de 10 000 suppressions de postes.


IL A DITEMMANUEL FABER, PDG DE DANONE  promet une “année 2021 de reprise” alors que trois fonds activistes remettent en cause la gouvernance du géant agroalimentaire français du fait de résultats très impactés par la crise sanitaire. “2021 sera donc une année de reprise. Nous restons concentrés sur la préparation de notre retour à la croissance, dès le second trimestre, et sommes pleinement confiants que nous créons les bonnes conditions et le bon momentum pour retrouver la croissance rentable dès le second semestre de l’année”, explique dans un communiqué Emmanuel Faber. Danone affiche un chiffre d’affaires à 23,6 milliards d’euros, en recul de 6,6%. Le bénéfice net augmente de 1,4%, à 1,956 milliard d’euros.

Si l’entité “Produits laitiers et d’origine végétale” a enregistré en 2020 une croissance des ventes de +3,4%, le pôle “Nutrition Spécialisée” a affiché une diminution des ventes de -0,9% c’est le pôle “Eaux” qui a enregistré une baisse des ventes de -16,8%, notamment lié à la limitation des déplacements du fait de la crise sanitaire. 


L’INFOHERMÈS EN FORME  | Le groupe de luxe français affiche de très bons résultats, avec un chiffre d’affaires à 6,38 milliards d’euros (-7,2%) et son bénéfice net s’élève à 1,38 milliard d’euros (-9%). Cette bonne résistance, Hermès la doit à son positionnement en Asie et notamment des ventes qui au quatrième trimestre ont performé : + 21% dans le monde et + 47% en Asie. En revanche, l’Europe (-24%) et les Amériques (-22,7%) marquent  le pas. Pour l’année 2021, le PDG d’Hermès, Axel Dumas a indiqué “un objectif de progression du chiffre d’affaires à taux constants ambitieux”.


<<< À lire également : Air France dans l’enfer du Covid-19 | Capgemini résilient | Carrefour positive >>>