McLaren a révélé mardi la nouvelle Artura, sa toute première supercar hybride produite en série, dotée d’une technologie de pointe. Le constructeur automobile britannique la qualifie d’hybride haute performance, et à juste titre.

Ayant acquis une grande expérience dans les groupes motopropulseurs hybrides grâce aux programmes P1 et Speedtail de production limitée et à sa participation à la Formule 1 au cours de la dernière décennie, l’Artura sera propulsée par un nouveau V6 biturbo de 3,0 litres avec moteur électrique et groupe électrogène « plug-in hybrid », délivrant une puissance combinée de 671 ch et un couple de 720 Nm grâce à une boîte de vitesses à double embrayage à 8 rapports. La Artura sera capable de rouler jusqu’à 30 km en mode électrique uniquement.

L’Artura biplace redéfinira la conception et la production chez McLaren. En gros, tout est nouveau, de la carrosserie à la baignoire en fibre de carbone, en passant par le groupe motopropulseur hybride rechargeable, la suspension et l’intérieur. En plus d’une nouvelle carrosserie, elle utilise la toute nouvelle architecture légère en carbone (MCLA) de McLaren qui compense le poids supplémentaire des batteries et du moteur. La MCLA comprend trois éléments : une toute nouvelle structure monocoque en fibre de carbone, un nouveau châssis avec des poutres de choc en aluminium et un sous-châssis arrière, et une architecture électrique ethernet basée sur le domaine, première sur le marché.

Une puissance de 671 chevaux. MCLAREN

« Notre mission était d’offrir un look, une agilité et des performances époustouflants. Un véhicule hybride qui offre un plaisir incomparable. L’Artura est absolument sensationnelle et coche vraiment toutes les cases. En termes de performances, elle place la barre encore plus haut », a déclaré le directeur du design, Rob Melville.

« Le plus grand défi se situait au niveau du V6 où les turbos sont réglés à l’intérieur du V. Pour contrer les très hautes températures qui se dégagent du moteur, nous avons ajouté ce qui est littéralement une cheminée qui se détache du moteur et qui monte et descend sur le pont arrière pour évacuer efficacement tous les gaz chauds », a ajouté Rob Melville.

Un cockpit amélioré. MCLAREN

Comme on peut s’y attendre d’une supercar, le cockpit est un poste de pilotage plus concentré que jamais. Pour renforcer cette sensation, le tableau de bord numérique a été monté sur la colonne de direction, ce qui permet au conducteur de conserver une visibilité parfaite, quel que soit le réglage. Pour se débarrasser de l’encombrement et permettre au conducteur de se concentrer sur la route, aucune commande n’a été installée sur le volant. Toutes les commandes étant centrées sur le binnacle, l’écran central d’info-divertissement haute résolution de 8 pouces, monté verticalement, a le centre du tableau de bord pratiquement sur lui-même. En tant que centre principal des fonctions de commodité, de confort et de connectivité du véhicule, l’écran affiche les fonctions audio, multimédia, de navigation et autres fonctions de confort, toutes les applications clés étant à portée de main, dans le même style de fonctionnement qu’un smartphone.

« Je pense que vous serez agréablement surpris par la qualité de la conduite », déclare Darren Goddard, directeur de la ligne Véhicules. « La voiture a un très bon équilibre et un bon contrôle de la plate-forme. Bien sûr, en passant par les modes sport et piste, vous obtenez des niveaux d’amortissement et une précision de direction accrus, mais la qualité de conduite est exceptionnelle. Nous avons également complètement redessiné le châssis en renforçant tous les points de fixation de la suspension arrière. Cela permet d’améliorer la conduite et la maniabilité. Vous verrez un nouveau mode sur la commande du groupe motopropulseur où nous avons ajouté un mode uniquement électrique », explique-t-il. Avec une capacité d’énergie utilisable de 7,4 kWh, McLaren affirme que l’Artura a une autonomie de 30 km en mode électrique uniquement.

Artura
L’Artura peut rouler 30 kilomètres en mode éléctrique uniquement. MCLAREN

Dans le cadre du nouveau système Pirelli Cyber Tire, une « puce » électronique dédiée est intégrée à chaque pneu pour surveiller en temps réel les fluctuations de température et de pression, « permettant aux conducteurs de régler les pneus aux niveaux recommandés pour optimiser les performances ». En association avec la gomme antidérapante, un système de freinage Brembo utilise un monobloc à 6 pistons à l’avant et à 4 pistons à l’arrière et adopte une version des conduits de refroidissement des étriers intégrés inspirés de la Formule 1 que l’on trouve sur la 765LT.

Selon une source, si la nouvelle Artura, dont le prix devrait commencer à environ 225 000 dollars (186 000 euros), sera commercialisée en propulsion, une version 4 roues motrices est également prévue. En commençant par l’Artura, McLaren prévoit apparemment de lancer quelque 18 modèles à essence hybride d’ici 2025. Ambitieux ? Oui. Mais si l’Artura est une réussite, alors le travail est déjà fait.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Peter Lyon

<<< À lire également : Deux hybrides aux caractères bien trempés ! Mercedes Classe A et GLE Coupé >>>