L’ESSENTIEL DE L’ÉCONOMIE ➡ Retrouvez chaque jour des informations sélectionnées d’un monde en pleine transformation.


 

LE CHIFFRE71 % | C’est le pourcentage de start-up françaises qui ont une activité à l’export ! Selon la Banque de France, qui a rendu publique une note sur la situation des petites françaises, 25 % du chiffre d’affaires des jeunes pousses, de cette étude, relèvent des biens et des services qu’ils mettent sur le marché international. La France a de quoi se réjouir puisque les chiffres qui concernent cet écosystème sont tous positifs. En plein essor, les petites françaises ont atteint des chiffres d’affaires plus élevés de 10% par rapport a l’année précédente. Un bilan optimiste qui a un impact tout aussi favorable car ses jeunes pousses embauchent plus, les 1025 pépites étudiées ont employé 49000 personnes en effectif moyen cumulé à fin 2020 contre 43 000 un an auparavant.


 

IL A DITBruno Lemaire | Lors de ses vœux à la presse, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a déclaré « la reconquête industrielle est mon obsession économique et politique », admettant que la délocalisation de la France a, selon lui été, la “pire capitulation politique ” des gouvernements précédents ses 30 dernières années. Pour Bruno Lemaire, la réindustrialisation de l’hexagone est la seule issue, le ministre des Finances, propose d’ailleurs, pour les années futures de poursuivre la baisse des charges pouvant impliquer les salaires du SMIC au-dessus de 2,5 et de renforcer l’allègement fiscal de production déjà engagé. l’homme à la tête de l’économie depuis 5 ans estime qu’il y a encore beaucoup à faire dans les 5 prochaines années il faut continuer à se battre sur la compétitivité hors coût et l’amélioration de l’offre française.

 

Bruno Le Maire
Bruno Lemaire, ministre de l’Economie

 


L’INFO ➡ L’augmentation des prix de l’énergie pousse la BCE à agir | Le taux d’inflation dans la zone euro n’a jamais été aussi élevé depuis 25 ans. Atteignant les 5% soit plus du double des 2% visés par la BCE. Jusque-là exceptionnelles, les mesures prises par la BCE semblent être mises sous pression par la flambée des prix de l’énergie. Selon Isabel Schnabel, membre du conseil des gouverneurs de l’institution situé à Francfort, « La hausse des prix de l’énergie pourrait amener à s’écarter d’une politique consistant à « regarder à travers ». L’économiste estime que les prix de l’énergie vont continuer à augmenter structurellement au travers de la transition verte et des taxes carbone en particulier. Dans cette perspective, la BCE pourrait être amenée à agir.

 

 

 <<< À lire également : EXCLUSIVITÉ | Interview Bruno Le Maire : “Rien n’est trop grand, trop beau pour la France !>>>