La récente flambée des prix du gaz naturel a fait prendre conscience à l’Europe qu’il est risqué de dépendre des importations d’énergie en provenance de pays belligérants.


Il faut espérer que les gouvernements du continent reconsidéreront leurs politiques énergétiques et autoriseront l’extraction du gaz naturel du sol européen.

De nombreux Américains savent que les prix du gaz naturel ont récemment augmenté au cours des derniers mois. autour de 5 dollars le pied cube, contre la moitié environ il y a six mois. Si ce prix est élevé, il faut savoir qu’il coûte en Europe 15 dollars. Certains analystes prévoient des prix encore plus élevés d’ici la fin de l’année.

Cela va rendre la vie très difficile l’hiver prochain, lorsque le froid arrivera et que les gens devront chauffer leurs maisons dans le nord de l’Europe, notamment en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Irlande et en Scandinavie.

 

La Russie est pointée du doigt

Mais ce n’est qu’un problème. L’autre problème est que la Russie est le principal fournisseur d’énergie de l’Europe, notamment de gaz naturel. Et récemment, le Kremlin a été accusé d’utiliser sa mainmise sur l’approvisionnement en gaz naturel comme une arme dans une guerre économique. En termes simples, la Russie est accusée de nuire à l’Union européenne en faisant grimper les prix de l’énergie et en affaiblissant ainsi le bloc européen, déjà quelque peu fragile.

Bien que cette accusation soit démentie par la Russie, l’affaire met en lumière la vulnérabilité de l’Europe face au Kremlin qui pourrait couper les approvisionnements en énergie. C’est une chose que tous les gouvernements européens savaient ou auraient dû savoir depuis longtemps.

La solution existe également depuis longtemps. Elle est assez simple : l’UE et le Royaume-Uni devraient autoriser les compagnies d’énergie à extraire du gaz naturel au niveau national en utilisant la fracturation hydraulique. Oui, il y a un impact environnemental à toute extraction d’énergie à base de carbone. Mais cela reste vrai que le gaz naturel provienne du Derbyshire au Royaume-Uni, de la mer du Nord au large de l’Écosse ou de la Russie.

 

L’arrivée du froid pourrait signifier une attitude plus chaleureuse à l’égard des forages

Bien que ce point de vue ne soit probablement pas partagé par de nombreux dirigeants européens, il deviendra probablement plus attrayant à l’approche du temps froid de cet automne et de cet hiver. À ce moment-là, les journaux feront leurs gros titres sur l’augmentation considérable des factures de chauffage et sur le péril des retraités qui risquent de geler dans leur propre maison.

Quand ou si cela se produit, il est probable que certains pays européens seront plus indulgents envers les compagnies d’énergie qui voudront forer du gaz dans leur pays. Et c’est là que les investisseurs peuvent probablement tirer profit d’un investissement dans les grandes sociétés énergétiques européennes telles que BP, Royal Dutch Shell, Total et Eni.

Sur ce point, il vaut la peine d’attendre de voir comment la crise énergétique évoluera et comment les gouvernements locaux réagiront. Si les réglementations en matière de forage commencent à s’assouplir, il pourrait être temps de se lancer dans le secteur de l’énergie.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Simon Constable

<<< À lire également : Le groupe TotalEnergies revient en Irak par la grande porte | Nouvelle acquisition pour LVMH >>>