L’ESSENTIEL DE L’ÉCONOMIE ➡ Retrouvez chaque jour des informations sélectionnées d’un monde en pleine transformation


LE CHIFFRE11 millions d’euros | C’est l’amende que l’ancien patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, va devoir payer à son ancien employeur pour solder des accusations de négligence dans le cadre du scandale dit du “Dieselgate“. Par ailleurs,  les assurances vont verser aussi jusqu’à 500 millions d’euros au constructeur allemand, pour avoir souscrit une couverture en responsabilité des dirigeants. Au total, ce scandale du Dieselgate aura financièrement coûté à Volkswagen plus de 30 milliards d’euros, des dommages et intérêts qui pour la plupart ont été versés aux Etats-Unis, et met le paquet sur le virage vers l’électrique.

 


ELLE A DITL’AUTORTE DE LA CONCURRENCE | “L’Autorité a constaté que Google a accordé un traitement préférentiel à ses technologies propriétaires proposées sous la marque Google Ad Manager”, a indiqué l’Autorité de la concurrence. Résultat, cette dernière a infligé une amende conséquente au géant américain : 220 millions d’euros d’amende pour abus de position dominante en favorisant ses propres services dans le secteur de la publicité en ligne. Google ne fera pas appel de cette décision. Le géant américain fait l’objet de nombreuses plaintes dans plusieurs pays sur cette pratique, le France est le premier pays à porter une amende. Alphabet, la maison mère de Google, a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de  55,31 milliards de dollars.

https://twitter.com/Adlc_/status/1401826074577686529


L’INFO LE TELETRAVAIL ENCORE, ENCORE, ENCORE | Selon un sondage IFOP pour Securex, le recours au télétravail tend à diminuer à mesure que le déconfinement s’accélère. Seuls 29% des cadres déclarent être en télétravail à plein temps soit 5 jours par semaine alors qu’ils étaient plus de la moitié (53%) à faire ce constat en avril 2020. Un cadre sur deux (54%) estime que le télétravail permet de favoriser le bien-être personnel, mais la même proportion considère désormais qu’il a plutôt un impact négatif sur les relations professionnelles. De même, s’agissant de l’efficacité du travail, 52% des cadres concernés estiment que l’impact du télétravail est plutôt positif (+9 pts en 1 an) contre 24% pour qui il est plutôt négatif (-8 pts).

Cependant, les avis négatifs l’emportent concernant l’impact du télétravail sur la motivation et surtout sur les relations professionnelles, et notamment un an après la mise en place de ce mode de travail : si 36% des cadres concernés estiment que l’impact du télétravail est plutôt positif sur leur motivation (+2 pts), 38% affirment en parallèle qu’il est plutôt négatif (+4 points en un an). Par ailleurs, une majorité de sondés concernés (54%, +13 points en un an) considère désormais que le télétravail a plutôt un impact négatif sur leurs relations professionnelles contre seulement 21% qui soulignent son impact positif (- 6 pts) et 25% son absence d’impact (-7 pts). A la question de vouloir poursuivre le télétravail, la réponse est très marquée : 88% déclarent vouloir continuer cette pratique après la crise sanitaire (+18 pts en an).  Parmi les catégories de cadres aspirant à réduire leur fréquence de télétravail figurent une majorité de célibataires (53% contre 44% en moyenne), les personnes occupant une fonction de marketing ou communication (57%), les non encadrants (50%) et les personnes actuellement en télétravail 5 jours par semaine ou plus (53%).


<<< À lire également : Découvrez les 42 milliardaires français en 2021 >>>