La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a demandé aux membres de la Chambre de ne pas se rendre en Afghanistan, dans un contexte de retrait chaotique des citoyens américains et des alliés afghans de ce pays déchiré par la guerre, après que deux législateurs se seraient rendus dans la région pendant plusieurs heures.

 

Principaux faits

  • Dans une lettre adressée aux membres de la Chambre, Nancy Pelosi a déclaré que le « désir de certains députés de se rendre en Afghanistan » est « compréhensible » et reflète la « haute priorité que nous accordons à la vie de ceux qui sont sur le terrain ».
  • Cependant, Nancy Pelosi a noté que le Département d’État et le Département de la défense ont recommandé de ne pas envoyer d’Américains en Afghanistan, ajoutant que les voyages dans la région « détournent inutilement des ressources nécessaires » à l’effort d’évacuation des Américains et des Afghans.
  • Cette lettre intervient après que les représentants Seth Moulton (D-Mass.) et Peter Meijer (R-Mich.) ont déclaré qu’ils avaient effectué un voyage « secret » à Kaboul pour « surveiller » l’effort d’évacuation.
  • Selon l’Associated Press et le Washington Post, la visite des législateurs a rendu furieux des responsables du Département d’État et du Département de la défense, le Washington Post citant un responsable anonyme qui a qualifié les législateurs de « stupides » et d’ « égoïstes ».
  • Les législateurs ont répondu aux critiques dans leur déclaration, affirmant qu’ils s’étaient rendus dans le pays à bord d’un avion aux sièges vides et qu’ils étaient là pour « recueillir des informations, pas pour faire de l’esbroufe ».

 

Le contexte

Les législateurs des deux partis ont critiqué l’administration Biden au sujet du retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan. Plusieurs démocrates de la Chambre des représentants ont demandé au président Joe Biden de reporter la date limite du 31 août pour le retrait de toutes les troupes américaines, craignant que tous les Américains et les Afghans n’arrivent pas à temps.

 

Chiffre important

70 700. C’est le nombre de personnes qui ont été évacuées d’Afghanistan depuis le 14 août, date à laquelle les talibans ont pris Kaboul et laissé les États-Unis, choqués, se démener pour faire sortir du pays les Américains et les Afghans qui demandaient des visas d’immigrant spéciaux, a déclaré Joe Biden dans un discours.

 

Citation essentielle

« Des fusillades ont déjà éclaté. Nous courons un risque sérieux de voir la situation se dégrader au fil du temps », a déclaré Joe Biden au sujet de sa décision de maintenir la date limite du 31 août, qualifiant la situation à Kaboul de « précaire ». Selon Politico, les menaces du groupe terroriste ISIS-K ont « considérablement aggravé » la situation sécuritaire en Afghanistan.

 

Critique importante

« Qu’il s’agisse d’Haïti ou de l’Afghanistan, occuper un espace dans une zone sinistrée pour son propre ego n’aide personne », a tweeté la représentante Sara Jacobs (D-Calif.) en réponse à la nouvelle de la visite de Peter Meijer et Seth Moulton.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : Kaboul : L’armée américaine a abattu plusieurs roquettes tirées sur l’aéroport >>>