La commission spéciale de la Chambre des représentants chargée d’enquêter sur l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis a déclaré avoir obtenu un grand nombre de documents des agences fédérales dans le cadre de son enquête approfondie sur l’émeute du Capitole et les événements qui l’entourent.

 

Principaux faits

  • Un porte-parole du comité a déclaré à Forbes qu’ils avaient reçu « des milliers de pages de documents » en réponse à leurs demandes de dossiers à huit agences fédérales, y compris les Archives nationales, le ministère de la Justice et le Pentagone.
  • Les demandes, envoyées le 25 août, ne donnaient que deux semaines à chaque agence pour remettre les documents demandés, mais le porte-parole a déclaré que les Archives nationales avaient « entrepris le processus requis par la loi pour l’examen des dossiers présidentiels ».
  • Le panel cherche des documents sur tout, des efforts de l’ancien président Donald Trump pour renverser les élections, ainsi que son état mental, aux communications des principaux alliés de Donald Trump, d’anciens collaborateurs et législateurs, en passant par les renseignements recueillis avant l’attaque.
  • Le porte-parole a déclaré que les documents des agences fédérales s’appuient sur des documents fournis par d’autres comités de la Chambre qui enquêtaient sur l’attaque avant la création du comité restreint, qui s’est imposé comme l’enquête centrale sur l’attaque.

 

Le contexte

La commission est devenue un paratonnerre politique, en grande partie à cause de sa composition. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a refusé de faire siéger les représentants Jim Banks (R-Ind.) et Jim Jordan (R-Ohio), ce qui a incité le leader de la minorité de la Chambre, Kevin McCarty, à retirer ses trois autres choix pour le panel. Les deux seuls républicains de ce comité de 9 membres sont les représentants Adam Kinzinger (R-Ill.) et Liz Cheney (R-Wyo.), tous deux critiques de Donald Trump qui ont été nommés par Nancy Pelosi.

 

Critique importante

Les républicains se sont déchaînés contre la commission, et en particulier contre les nominations de Adam Kinzinger et de Liz Cheney, certains partisans de la droite appelant à leur éviction du GOP de la Chambre. Une demande de préservation des dossiers adressée à 35 entreprises de télécommunications et visant certains législateurs du GOP a également attisé leur colère. Les républicains, a déclaré Kevin McCarthy dans un communiqué le mois dernier, « n’oublieront pas » si les entreprises se plient à cette demande.

 

Fait surprenant

L’un des républicains de la Chambre des représentants s’amuse à collecter des fonds parce qu’il a été ciblé par la demande de la commission aux entreprises de télécommunications. « Nancy Pelosi veut ce mail », peut-on lire dans l’objet d’un mail de collecte de fonds de la campagne de la représentante Marjorie Taylor Greene (R-Ga.) jeudi dernier, indiquant que le « Comité de chasse aux sorcières » la visait parce que « des membres comme moi ont défendu le président Trump ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : La Floride et le Texas sont en tête des accusations des émeutes du 6 janvier au Capitole >>>