AFGHANISTAN | L’armée américaine a évacué ses dernières troupes de l’aéroport de Kaboul lundi 30 août, a indiqué le département d’État à la Défense, mettant ainsi fin à 20 ans de guerre en Afghanistan après la prise du contrôle du pays par les talibans, un processus d’évacuation chaotique mené par les États-Unis et un attentat-suicide meurtrier. 

 

Le dernier avion de transport C-17 de l’armée américaine a décollé de l’aéroport international Hamid Karzai, l’un des derniers avant-postes américains dans Kaboul aux mains des talibans, lundi 30 août, a déclaré le chef du Commandement central américain, le général Frank McKenzie : « Le dernier avion transportant des troupes américaines est en train de quitter l’espace aérien de l’Afghanistan ». Tous les membres des services américains ont également quitté le pays.

Ce départ intervient quelques heures avant la date limite de retrait fixée au 31 août par le président Joe Biden, et quelques jours après qu’un attentat à la bombe aux portes de l’aéroport de Kaboul a tué 13 soldats américains.

Dans un communiqué, Joe Biden a félicité le personnel militaire et les diplomates qui ont mené l’effort d’évacuation des Américains et des Afghans « au prix de risques énormes et avec des résultats inégalés. » Le président américain a indiqué qu’il n’avait pas prolongé la date limite de retrait des troupes, car les hauts responsables militaires estimaient que partir à temps limiterait tout risque supplémentaire pour les troupes américaines.

Il reste encore un peu moins de 200 citoyens américains souhaitant quitter l’Afghanistan. Par ailleurs, de nombreux Afghans travaillant pour l’armée américaine n’ont pas été évacués, a déclaré lundi le secrétaire d’État Antony Blinken.

Les États-Unis ont laissé quelques véhicules et autres équipements en Afghanistan, mais ces équipements ont été « démilitarisés » et rendus inutilisables, a précisé le général McKenzie. Alors que les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan ces dernières semaines, le groupe a mis la main sur des avions et des véhicules appartenant à l’ancienne armée afghane, dont une grande partie était fournie par les États-Unis.

Au total, 123 000 civils ont été évacués par l’aéroport de Kaboul depuis le 14 août, un jour avant que les talibans ne s’emparent de la ville. Plus de 79 000 civils ont été évacués, dont des citoyens américains, des Afghans et des ressortissants d’autres pays, à bord d’avions militaires américains. Plus de 6000 citoyens américains ont été évacués, soit la « grande majorité » des Américains qui souhaitaient quitter le pays, selon le général McKenzie.

« Il y a beaucoup de déchirement associé à ce départ. Nous n’avons pas évacué toutes les personnes que nous souhaitions évacuer », a déclaré Frank McKenzie. « Mais je pense que si nous étions restés dix jours de plus, nous n’aurions pas pu évacuer tout le monde, et il y aurait encore des déçus. »

Le gouvernement Biden a promis de continuer à évacuer les citoyens américains et les demandeurs de visa afghans restés sur place. La plupart des demandeurs de visa afghans ont aidé l’armée américaine et craignent des représailles de la part des talibans. L’on ignore encore comment ce processus sera mis en place. Antony Blinken espère travailler avec d’autres pays pour rouvrir l’aéroport de Kaboul aux vols charters civils, et il cherche des moyens d’aider ceux qui le souhaitent à quitter l’Afghanistan par voie terrestre. Néanmoins, les futures évacuations pourraient nécessiter la coopération des talibans : « Nous demanderons aux talibans de respecter leur promesse de laisser les civils quitter librement l’Afghanistan », a déclaré Antony Blinken.

Le départ des troupes américaines d’Afghanistan a marqué la fin de la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis, un conflit qui a débuté peu après les attentats du 11 septembre 2001. Les talibans, qui contrôlaient la majeure partie de l’Afghanistan à l’époque, ont refusé de livrer Oussama ben Laden, ce qui a incité les États-Unis, leurs alliés et les combattants locaux à chasser du pouvoir ce groupe fondamentaliste. Cependant, les talibans se sont regroupés et ont continué à mener des attaques insurrectionnelles, et l’armée américaine a entamé une guerre de deux décennies pour contrer les talibans et aider le nouveau gouvernement afghan, ce qui a entraîné la mort de plus de 2000 soldats américains et coûté 2000 milliards de dollars aux contribuables américains.

Dans un contexte de lassitude à l’égard de la guerre, l’ancien président Donald Trump a conclu un accord avec les talibans pour retirer tout le personnel américain du pays d’ici mai 2021. Joe Biden a repoussé cette échéance, mais a toujours fait pression pour quitter l’Afghanistan. Lorsque les États-Unis ont commencé à retirer leurs troupes cette année, les talibans ont rapidement repris des territoires et le gouvernement soutenu par les États-Unis s’est effondré plus rapidement que prévu. Les talibans sont entrés dans Kaboul à la mi-août, consolidant le retour du groupe au pouvoir en Afghanistan après un effort de 20 ans des États-Unis pour le vaincre. L’armée américaine a passé ses dernières semaines en Afghanistan à occuper l’aéroport de Kaboul et à évacuer par avion les civils et leurs troupes, une mission interrompue la semaine dernière par un attentat-suicide revendiqué par l’État islamique.

Le gouvernement Biden affirme qu’il conservera la capacité de mener des frappes aériennes contre les groupes terroristes en Afghanistan, probablement à partir d’une base militaire dans le golfe Persique. Les États-Unis ont mené au moins deux attaques aériennes ces derniers jours.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

<<< À lire également : Kaboul : L’armée américaine a abattu plusieurs roquettes tirées sur l’aéroport >>>