Le président américain Joe Biden a révoqué mercredi un certain nombre de mesures prises par l’ancien président Donald Trump, notamment une note adressée au ministère de la Justice envoyée au milieu des manifestations « Black Lives Matter » de l’année dernière, ordonnant une révision des fonds fédéraux destinés aux « juridictions anarchistes ».

 

Principaux faits

  • La note désignait les enclaves libérales comme Seattle, Portland, Washington DC et New York comme des « zones de non-droit » qui « permettent l’anarchie, la violence et la destruction », ce qui fait partie du message « la loi et l’ordre » dont Donald Trump s’est emparé dans le cadre de sa campagne de réélection.
  • Joe Biden a également révoqué un décret « de minuit » signé par Donald Trump peu avant la fin de son mandat, exigeant une « responsabilité démocratique » dans les règlements adoptés par les agences, ce qui signifie qu’elles seraient soumises à l’approbation d’agents confirmés par le Sénat plutôt que de bureaucrates de carrière.
  • Un autre décret exécutif de Donald Trump, révoqué par Joe Biden, aurait interdit certains styles architecturaux modernes, tels que le brutalisme, pour les bâtiments fédéraux, au profit de styles classiques comme l’architecture géorgienne, l’architecture néo-grecque et l’Art déco.
  • Joe Biden a révoqué une proclamation qui limitait l’immigration pendant la pandémie de Covid-19 pour le bien de l’économie américaine, ce qui, selon Joe Biden, « ne fait pas avancer les intérêts des États-Unis », mais « nuit plutôt aux États-Unis ».
  • Joe Biden envisage également de réduire les changements apportés par Donald Trump au service postal américain. Mercredi, il a annoncé trois candidats au Conseil d’administration de l’USPS, une première étape potentielle pour déloger le ministre des Postes, Louis DeJoy, nommé par Donald Trump.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : Joe Biden active un plan de relance de 1,9 trillion de dollars >>>