Le président américain Joe Biden a fait sa déclaration la plus ferme à ce jour en faveur de l’accélération du plan de relance Covid sans aucun soutien des républicains du Congrès, affirmant vendredi qu’il « ne pouvait pas en bonne conscience » faire des concessions aux Républicains qui, selon lui, proposent de « ne rien faire ou pas assez », tandis que les républicains se plaignent que Joe Biden revient sur ses promesses d’œuvrer pour des solutions bipartites et d’unifier le pays.

 

Principaux faits

  • Joe Biden a déclaré : « Je vais agir, et je vais agir vite » concernant le plan de relance qui, pour l’instant, s’élève à 1,9 trillion de dollars et comprend 1400 chèques pour de nombreux Américains, 400 dollars par semaine en indemnités de chômage améliorées et des centaines de milliards de dollars pour les gouvernements des États et des collectivités locales.
  • Les démocrates sont en train de passer par le processus de réconciliation tant à la Chambre qu’au Sénat afin de faire adopter le paquet, sans même qu’un seul Républicain dans l’une ou l’autre chambre ne vote pour faire avancer le processus.
  • La réconciliation ne nécessite qu’une simple majorité, que les démocrates ont dans les deux chambres, plutôt que de devoir chercher à gagner les votes du GOP.
  • Les Républicains ont affirmé que le paquet est beaucoup trop cher, mais Joe Biden a critiqué cette idée vendredi, en disant : « Nous avons les ressources », et en affirmant que les Républicains ont commodément « redécouvert les restrictions budgétaires » pour cet effort de relance.
  • « Je fais agir vite. J’aimerais le faire avec le soutien des républicains… mais ils ne sont pas prêts à aller aussi loin que nous devons aller », a déclaré Joe Biden.
  • Le sénateur John Thune (R-S.D.) a déclaré à la fin du mois dernier que les Républicains se sentaient « un peu trahis » par la façon dont les démocrates géraient le processus de négociation, ajoutant que Joe Biden et les dirigeants démocrates « court-circuitaient » le processus en utilisant la réconciliation.

 

Ce qu’il faut surveiller

La question de savoir qui recevra les 1400 dollars de chèques de relance proposés est un point de friction majeur dans les négociations sur le paquet lui-même. Le sénateur Joe Manchin (D-W.Va.) fait pression pour limiter le nombre de personnes pouvant bénéficier des chèques au niveau proposé, à savoir les personnes gagnant moins de 75 000 dollars par an. Perdre le soutien de Joe Manchin ou de tout autre sénateur démocrate entraînerait l’échec du paquet. Certains démocrates ont émis l’idée d’abaisser le seuil des chèques complets pour les personnes qui gagnent moins de 50 000 dollars par an.

 

Le contexte

Le Sénat a approuvé la résolution budgétaire pour faire avancer le processus de réconciliation tôt vendredi matin. Joe Biden a fait de l’unité et du bipartisme un thème clé de sa prise de fonction en tant que président, mais a déclaré que sa priorité en matière de secours de Covid-19 est d’obtenir de l’aide le plus rapidement possible. Il a rencontré un groupe de sénateurs républicains en début de semaine, qui ont présenté un plan de relance de 618 milliards de dollars, que le président a rapidement rejeté. Le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a déclaré mardi que Joe Biden était « totalement d’accord avec l’idée d’utiliser la réconciliation pour faire passer le plan de relance ».

Des centaines de responsables ayant travaillé dans l’administration de l’ancien président Barack Obama ont rédigé vendredi une lettre appelant les Démocrates à adopter un vaste plan de relance. Mais cette lettre n’incluait pas le premier directeur du Conseil économique national de Barack Obama, Larry Summers, qui estime que la proposition de 1,9 trillion de dollars pourrait être trop importante.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Nicholas Reimann

<<< À lire également : L’attachée de presse de Joe Biden, Jen Psaki, promet « transparence et vérité » >>>