La crise sanitaire a propulsé l’entreprise dans le monde du télétravail et mené à des questionnements inédits sur l’accompagnement des collaborateurs, notamment de ceux en situation de handicap. Pour ces derniers, cette transition peut être un facteur de stress supplémentaire et demande une nécessaire adaptation de certains processus et outils. Des actions et un accompagnement spécifiques basés sur l’écoute des besoins doivent donc être menés afin, d’une part, d’organiser matériellement l’activité à domicile et, de l’autre, de gérer sa dimension psychologique. Par Consuelo Bénicourt, directrice responsabilité sociale d’entreprise chez Sopra Steria.

 


Webinars, formations, tutorats : des outils clés à actionner

L’une des actions possibles est d’instaurer un plan d’écoute, qui va encourager chacun à définir très concrètement ses besoins pour bien travailler. Pour les personnes en situation de handicap, le système de tutorat peut être renforcé afin d’accompagner au mieux la transition. Des webinars viennent compléter ce dispositif autour de l’aménagement et de l’ergonomie du poste de travail à la maison, ainsi que de l’organisation des journées. Ces derniers ne doivent pas se limiter à l’aspect productivité. Ils intègrent également la dimension psychologique avec des séances autour du bien-être et, bien sûr, sont ouverts à tous les collaborateurs.

L’entreprise doit veiller à ce que les collaborateurs en situation de handicap travaillent dans les meilleures conditions possibles, dans le respect des recommandations du médecin de travail (fauteuil ergonomique, double écran, etc.).

Enfin, la crise sanitaire pousse la Mission Handicap à faire évoluer le pilotage des actions à destination des collaborateurs en situation de handicap, en associant plus étroitement la médecine du travail et les infirmières à la détection des situations complexes et à l’identification de solutions de compensation complémentaires.

 

Prioriser et adapter les actions aux différents profils

Le handicap est un terme qui englobe des situations de handicap très diverses, dont les besoins sont tout aussi hétérogènes. Il est donc essentiel que l’entreprise veille à bien les identifier et s’occupe en priorité des situations les plus à risque, en fonction des contextes. Par exemple, les collaborateurs souffrant de troubles du spectre autistique nécessitent une attention toute particulière, une prise en charge rapide et un accompagnement renforcé de proximité, car ils sont extrêmement sensibles au changement. 

Autre mot-clé : l’adaptation. Pour les employés malentendants, des systèmes de télétranscription performants devront être déployés. En effet, lors d’une réunion en visio-conférence, il est beaucoup plus difficile pour eux de procéder à une lecture labiale comme c’est le cas en présentiel. Les collaborateurs souffrant d’un déficit visuel doivent bénéficier d’équipements techniques permettant de lire certains documents, car là encore, en cas de blocage, impossible de demander de l’aide à un collègue à proximité.

 

Bienveillance et écoute pendant, mais aussi après le confinement

Parce que ce sont eux qui impulsent la dynamique, donnent le cap à suivre et maintiennent la cohésion, les managers sont en première ligne pour aider leurs équipes à bien vivre le télétravail. Ainsi, il est intéressant de prévoir pour eux des formations à l’écoute et à la bienveillance, mais aussi à la prise en charge spécifique du handicap, afin de leur apprendre à déceler les signaux faibles – lassitude, mal être, difficulté à s’organiser… – et à agir en amont.

Enfin, la période de déconfinement progressif a nécessité en mai et nécessitera demain de nouvelles mesures et initiatives pour accompagner le retour au bureau des personne en situation de handicap : organisation de rendez-vous médicaux pour sécuriser leur venue ; mise en place de solutions temporaires de déplacements pour répondre à la crainte de prendre les transports collectifs ; approvisionnement en masques inclusifs pour l’ensemble des équipes, afin de ne pas pénaliser les personnes malentendantes…

On l’aura compris, dans cette période sensible, l’entreprise doit informer, rester lucide et surtout être constamment à l’écoute de ses collaborateurs, qu’ils soient en situation de handicap ou non. Les solutions qu’elle met en place pour les uns doivent être utiles à tous, afin de permettre à chaque individu de télétravailler le plus sereinement et le plus efficacement possible.