Erg Chech 002 (abrégé en EC 002) est le nom donné à une météorite trouvée à Adrar, en Algérie, en mai 2020. Selon une description du Lunar and Planetary Institute, cette météorite présente une texture « à grains relativement grossiers, de couleur havane et beige » et des cristaux « plus grands de couleur verte, jaune-vert et plus rarement jaune-brun ». Lorsque Jean-Alix Barrat et ses collègues de l’Université de Bretagne Occidentale ont analysé la roche, ils ont constaté qu’elle ne ressemblait à aucune autre météorite jamais découverte. Leurs résultats sont publiés dans la revue scientifique PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).

 

Les grands cristaux de pyroxène et la composition chimique suggèrent que EC 002 est une roche ignée, un type de roche qui se forme lorsque le magma (roche fondue) refroidit et se cristallise. Avec un âge d’environ 4,6 milliards d’années, soit seulement 2 millions de moins que le système solaire, il s’agit du plus ancien exemple connu de magma provenant de l’espace.

Les premiers planétésimaux de notre système solaire primitif se sont formés lorsque la poussière de la nébuleuse solaire s’est accrétée en corps célestes indifférenciés de la taille d’un kilomètre. En orbite autour du Soleil, les planétésimaux sont entrés en collision, se désintégrant et se reformant, pour former les premières protoplanètes. Lorsque les protoplanètes ont commencé à refroidir et à se solidifier, elles se sont différenciées en couches distinctes : un noyau interne dense composé d’un alliage de fer-nickel, un manteau composé de silicates lourds de fer-magnésium et une croûte composée principalement de plagioclase, un silicate de sodium/calcium-magnésium. Plusieurs de ces protoplanètes rocheuses ont existé au cours des premiers millions d’années du système solaire, mais les collisions ultérieures ont réduit leur nombre, jusqu’à ce que seules quatre d’entre elles – la Terre, Mercure, Vénus et Mars – survivent.

La plupart des météorites pierreuses découvertes sur Terre sont constituées d’un type de roche magmatique appelé basalte. Le basalte est la roche la plus répandue sur Terre, formée directement par la cristallisation de feldspath, de pyroxène, d’olivine et de quartz à partir d’un magma riche en fer et en silice. Mais EC 002 remanie une roche magmatique appelée andésite qui, sur Terre, se trouve principalement dans les zones de subduction – des zones où les plaques tectoniques se sont heurtées et où l’une a été poussée sous l’autre. Ici, la fusion partielle de roches volcaniques et sédimentaires plus anciennes, associée à l’eau, forme un type de roche plus différencié, composé de plagioclase, d’amphiboles et de micas, avec parfois de petites quantités de pyroxènes et de quartz.

Cela signifie que EC 002 faisait probablement partie de la croûte d’une ancienne protoplanète volcanique, avant qu’elle ne se brise au début du passé du système solaire. Aucun astéroïde ou météorite connu ne ressemble à EC 002, ce qui indique que presque aucune de ces reliques protoplanétaires n’existe encore aujourd’hui : elles ont presque toutes été assimilées aux planètes modernes ou réduites en miettes.

Les minéraux magmatiques les plus anciens sur Terre sont des zircons vieux de 4,4 milliards d’années trouvés dans des roches sédimentaires de la région des Jack Hills, en Australie. Le complexe gneiss d’Acasta, nommé d’après la rivière Acasta voisine dans les Territoires du Nord-Ouest, contient certaines des plus anciennes roches magmatiques connues et des restes de croûte continentale sur Terre, datés d’environ 4,03 milliards d’années, la Terre étant âgée d’environ 4,54 milliards d’années.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Bressan

 

<<< À lire également : En route vers 2021 | Y a-t-il vraiment de la vie sur Mars ? >>>