PSG | À Paris ce vendredi 4 juin, l’une des plus longues séries de domination du football européen a pris fin. Après 14 ans, l’équipe féminine de l’Olympique Lyonnais (OL) a perdu son titre de championne de France au profit du Paris Saint-Germain (PSG). Les Parisiennes remportent ainsi leur troisième trophée majeur en 50 ans d’histoire du club.

 

Créé en tant que section féminine du PSG en 1971, le PSG Féminin joue dans l’élite du football féminin français depuis 2001. Lors des dix dernières saisons, les Parisiennes ont terminé deuxièmes à huit reprises, derrière leur éternel rival, l’OL. Les Lyonnaises ont remporté les 14 derniers championnats de France et les cinq dernières éditions de la Ligue des champions (cette année, les féminines de l’OL se sont inclinées en quart de finale contre le PSG).
Lors de son dernier match de la saison à domicile face à Dijon, le PSG l’a emporté 3-0, remportant ainsi  la D1 Arkema. Les joueuses du PSG soulèvent donc le trophée de championne de France pour la première fois de l’histoire la section féminine du club de la capitale. Les Lyonnaises jouaient leur dernier match au même moment à domicile contre le FC Fleury et elles espéraient profiter de tout faux pas des leaders du championnat. L’entraîneur du PSG, Olivier Echouafni, ne prenait pas la victoire pour acquise avant cette dernière journée : « Nous avions un grand rendez-vous à disputer dimanche dernier, qui allait être un tournant de la saison, nous le savions. Il faut maintenant terminer le travail, et cela passe par une victoire face à Dijon vendredi ».
Au micro de PSG TV, Olivier Echouafni a précisé que « rien n’est gagné ! Dans le sport de haut niveau, et dans le football notamment, il faut être sur ses gardes sans arrêt et tout le temps se remettre en question. Il faudra commencer par respecter l’adversaire, même si Dijon n’a plus rien à jouer. Il faudra mettre en place ce qu’on sait faire, ce qu’on a su faire tout au long de la saison. Il faut mettre tous les ingrédients, dans le contenu et dans le jeu. Et mettre tout cela dès les premiers instants du match. »
Depuis 2012, le PSG Féminin est sous le contrôle du groupe d’investissement public Qatar Sports Investment (QSI), dont le rachat de la maison mère du club de la capitale un an plus tôt a fait du PSG l’un des clubs les plus valorisés au monde. Le groupe QSI a décidé de professionnaliser l’équipe féminine, en faisant signer des contrats professionnels à ses 21 joueuses et en recrutant des stars internationales telles que Kosovare Asllani, Linda Bresonik, Shirley Cruz et Annike Krahn. Cependant, les Parisiennes n’ont toujours pas réussi à se hisser en haut du podium. Elles ont terminé deuxièmes du championnat à huit reprises sur les dix dernières saisons et elles ont échoué en finale de Coupe de France à quatre reprises face aux Lyonnaises. Même après avoir éliminé l’OL en Ligue des champions en 2015, elles se sont inclinées en finale sur un but dans le temps additionnel face aux féminines du 1. FFC Francfort.

 

 

PSG Féminin
Sara Dabritz (PSG) Amandine Henry (OL) lors du Classique OL-PSG le 30 mai 2021. | Source : Getty Images

 

 

Deux victoires en Coupe de France (en 2010 et en 2018) sont une piètre récompense pour une équipe qui, au cours des cinq dernières saisons, a été classée par l’instance dirigeante européenne (UEFA) parmi les quatre meilleures équipes du continent, mais jamais comme le meilleur club de son propre pays. Les Parisiennes ont atteint une deuxième finale de Ligue des champions en 2017, mais elles se sont inclinées face à leur ennemi juré, l’OL, qui s’est imposé aux tirs au but après un match nul. La joie des Parisiennes d’avoir mis fin au règne des Lyonnaises en tant que championnes d’Europe en avril dernier ne fut que de courte durée. En effet, le PSG s’est fait éliminer aux portes de la finale par le FC Barcelone, le vainqueur de la compétition.
Cette saison en championnat, un match nul à Bordeaux lors de la deuxième journée a placé le PSG, encore une fois, en position de dauphin derrière Lyon. Cependant, lorsque les deux équipes se sont affrontées à Paris le 20 novembre 2020, un seul but de Marie Katoto a suffi pour que les Parisiennes remportent leur premier Classique depuis quatre ans. Les joueuses de la capitale ont ainsi mis fin à la série d’invincibilité de 79 matchs des Lyonnaises.

Plus important encore, cette victoire a permis au PSG de passer en tête du Championnat de France, une position que l’équipe a su maintenir avec 18 victoires consécutives avant le match retour face à l’OL dimanche dernier. Une victoire aurait permis aux Parisiennes de remporter le titre ce soir-là, mais éviter la défaite leur permettait d’aborder le dernier match de la saison en position de force. Après la défaite du FC Barcelone contre l’Atlético ce mercredi, le PSG est désormais la seule équipe féminine des quatre grands championnats européens à ne pas avoir perdu un seul match cette saison.
La capitaine parisienne, Irene Paredes, a admis après la rencontre face à Lyon que « nous avons obtenu un match nul très important. Nous sommes heureuses, car ce n’était pas facile. Il nous reste encore un match à jouer. Nous y arrivons lentement. Nous sommes concentrées à chaque match. Nous devons continuer. C’est un résultat important, mais ce n’est pas encore le titre. La semaine prochaine ne sera pas facile. Nous allons affronter une bonne équipe et nous devrons finir le travail. »

Cette victoire des Parisiennes leur donne également l’avantage d’accéder directement aux phases de groupe de la Ligue des champions la saison prochaine en tant que championnes de France. Les deuxièmes du championnat devront négocier un tour de barrages pour rejoindre les phases de groupe. Les Lyonnaises, vainqueurs de la compétition lors des cinq saisons précédentes, devront donc affronter l’une des équipes arrivées deuxième d’un autre grand championnat européen, comme l’AC Milan, Arsenal ou le Real Madrid.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Asif Burhan

 

<<< À lire également : Le Destin De Nadia Nadim Sélectionnée Au PSG Après Avoir Fui Les Talibans >>>