Lupin est devenu un succès surprise sur Netflix ; la série française met en vedette l’incroyablement charismatique Omar Sy dans le rôle d’Assane Diop, un personnage inspiré par Arsène Lupin, la bien-aimée canaille de fiction française.

 

Arsène Lupin, si vous n’avez jamais entendu parler de lui, ressemble un peu à James Bond ou Sherlock Holmes, un personnage qui a toujours une longueur d’avance sur ses adversaires, exécutant des cambriolages parfaits, avec des trahisons préméditées et des revers désastreux qui, avec le recul, font partie d’un plan plus vaste.

En France, Lupin a toujours été une icône culturelle ; une série télévisée basée sur le personnage a été diffusée de 1971 à 1974, tandis qu’au Japon, une série animée basée sur le petit-fils de Lupin, Lupin III, est incroyablement populaire. Même le magnifique Hayao Miyazaki a joué avec le personnage, dans son premier film, Lupin III : Le Château de Cagliostro.

Le Lupin de Netflix réinvente le personnage et le présente à un public plus large ; Assane est obsédé par le roman original Lupin, et n’est pas, techniquement, l’homme lui-même. En imitant les stratégies et le style de la fiction, Assane sort souvent victorieux, mais risque d’être découvert par d’autres fans de Lupin – ironiquement, sa source d’inspiration est en quelque sorte un fardeau.

Le premier épisode de Lupin entre directement dans l’action, lançant l’histoire en établissant les motivations d’Assane, en expliquant pourquoi il a décidé de s’inspirer directement d’un roman célèbre, et en mettant en place le grand conflit qui s’annonce.

L’épisode montre également la capacité d’intégration d’Assane en attirant l’attention sur lui-même ; l’homme est capable d’infiltrer des espaces d’élite, de distraire les témoins de ses crimes en veillant à ce que sa « performance » reste au cœur de la série.

Il y a quelque chose de profondément attrayant à regarder Assane renverser la situation des riches, sans l’aide de gadgets intelligents ou de vastes ressources ; il lui suffit de compter sur son intelligence, sa confiance et un peu de chance pour le mener au succès.

De plus, il est toujours amusant de voir un escroc arracher des trésors aux mains sales de milliardaires ; le trope du gentleman voleur ne perdra jamais de son attrait, tant que ledit voleur semble mériter ses gains mal acquis.

Et en tant que protagoniste, il est impossible de ne pas aimer Assane, qui reste positif et incroyablement charmant, même face à des obstacles écrasants. Mais sa confiance en soi, si essentielle à son succès, s’avère être un peu aveugle dans les épisodes suivants.

Émuler l’attitude d’un personnage de fiction ne donne pas toujours une fin heureuse – mais avec la deuxième partie de la série qui reste à venir, il semble probable que la fortune d’Assane (et la popularité de Lupin) ne fera que s’accroître.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dani Di Placido

 

<<< À lire également : Netflix : La série française Lupin est numéro 1 aux Etats-Unis et partout en Europe >>>