La limitation de vitesse à 80 km/h sur toutes les routes secondaires de France s’appliquera à partir du 1er juillet. Malgré les protestations de l’association des 40 millions d’automobilistes et de 32 présidents des conseils départementaux, le Premier ministre, Édouard Philippe, maintient le cap.

Bien que ce projet ne fasse pas l’unanimité, il y a peut-être une solution pour “prendre son mal en patience” en choisissant de rouler en voiture ancienne  sur nos routes de vacances cet été et peut-être même dorénavant.


Nos ancêtres roulaient au pas parce que dans le temps les autos roulaient beaucoup moins vite et surtout il n’y avait pas encore d’autoroute. D’ailleurs le premier tronçon d’autoroute en France, inauguré le 9 juin 1946 entre Saint-Cloud et Orgeval (Yvelines), ne faisait seulement qu’une vingtaine de kilomètres. Ce n’est qu’en 1955 que la France adopte une législation adéquate qui organise notamment le mode de financement et de développement de son réseau autoroutier. Enfin ce n’est qu’en 1963 que le Premier ministre Georges Pompidou ordonne la construction d’une autoroute reliant Lille, Paris et Marseille. Malgré cela, la France ne possède encore que 1000 km d’autoroutes en 1967. Aujourd’hui le réseau autoroutier français (voies concédées et non concédées) fait presque 12 000 kilomètres.

Alors pour mieux “adapter” sa vitesse, il faut songer à “adopter” une ancienne auto. Et afin de vous faciliter la tâche voici donc une petite liste de cinq suggestions d’autos bien franchouillardes qui vous mettront dans l’ambiance de nos aïeux. Il suffit alors de choisir une voiture ancienne qui correspond à vos besoins parmi ce choix de modèles bien français et vous serez prêt à vous soumettre à l’obligation de lever le pied selon la nouvelle loi qui va nous tomber dessus à grande vitesse.

Première sur la liste : la Deuche

Rien de plus français que la 2 CV. Cette auto, aussi emblématique de “l’Exception Française” que la baguette, le camembert et la Marseillaise, est un symbole fort de la France d’après-guerre. Produite a plus de 5 millions d’exemplaire entre 1948 et 1990, la Deuche était la voiture populaire par excellence. La petite berline économique de chez Citroën fête donc ses 70 ans cette année. Avec ses 4 portes, 4 places et un moteur bicylindre de 600 cc, et seulement 2 chevaux fiscaux, elle était abordable pour presque tout le monde. Elle a été conçue pour rouler à une vitesse de pointe de 115 km/h et une vitesse de croisière de 80 km/h. C’est donc pour cela qu’on l’appellera : le Choix du Premier ministre.

Plus sportive mais toujours aussi populaire et économique, la Panhard Dyna Junior

Elle a été conçue pour inciter les jeunes à prendre la route. Introduit en 1952, ce petit roadster deux portes avait encore un moteur de seulement 2 cylindres mais faisant 747 cc. Le Roadster Junior, avec sa banquette 3 places et sa mécanique empruntée à la Panhard Dyna X (la “Louis XV” pour beaucoup), se voulait séduisant, pratique, léger et pas cher. Décapoté et le nez au vent, on pouvait traverser les campagnes par les routes les plus sinueuses tout en souplesse, avec sa tenue de route légendaire, sans oublier la belle-mère pour occuper la troisième place. On la désignera : la Bagnole des Jeunes.

Pour ceux qui préféreraient plus de confort et de puissance, nous pensons à la SIMCA Aronde

Elle est la détentrice de la première place des ventes en France en 1956. Son moteur 4 cylindres, 1300 cc, ses 4 portes, 5 places et son grand coffre faisaient d’elle le modèle de choix des pères de famille bien pensants. L’Aronde représentait les valeurs de la bourgeoisie française des années 50 donc nous la désignerons : la Bourgeoise.

Pour vous sortir des années 50, vous prendrez la Peugeot 404 Break

L’utilitaire de choix des familles nombreuses des années 60, la 404 Break vous fera rêver d’embouteillages, d’enfants qui pleurent et de porte-bagages sur le toit. Lancée en 1963, raffinée comme une berline, la 404 Break avait les places pour jusqu’à 7 ou 8 personnes. Pendant sa carrière de treize ans plus de 400 000 exemplaires ont été construits. Il en reste certainement quelques-unes aujourd’hui. C’est donc la Familiale.

La cinquième auto est loin d’être la dernière. Et son nom la met bien à cette cinquième place : la Renault 5

Elle est la plus récente et donc la plus jeune du groupe, ce qui fait que nos jeunes peuvent mieux la reconnaître. Il y en a encore beaucoup sur nos routes. La voiture la plus vendue pendant 10 ans en France, de 1974 jusqu’en 1983 inclus, Renault l’a désignée 5 pour ses 5 chevaux fiscaux. Remarquable voire même révolutionnaire, elle innove par ses pare-chocs en polyester au lieu du métal chromé – la première voiture à être ainsi équipée. Son hayon arrière est également une innovation ouvrant vers le haut depuis e bas du pare-chocs et donnant un volume de coffre considérable pour une auto aussi petite. Déclinée en 3 et 5 portes, avec un moteur variant de 782 cc à 1 430 cc – et en plus les modèles sportifs Alpine et même Alpine Turbo – le nombre total d’exemplaires sortis des usines Renault s’éleva à 5 580 626. Elle a même été commercialisée aux États-Unis. C’est pour cela que l’on emprunte sa dénomination pour le marché américain en la désignant : Le Car !

Toutes ces autos roulaient bien à l’essence ; pas de diesel désobligeant là-dedans, s’il vous plaît. C’est vrai qu’il n’y avait pas d’hybride et encore moins de véhicule électrique à l’époque. Mais si vous en choisissez une cet été pour faire votre trajet Paris – Saint-Tropez ou bien Lyon – Camaret sur le réseau secondaire, vous prendrez peut-être rapidement goût à rouler tous les jours en voiture ancienne pour plus facilement respecter la limitation de vitesse à 80 km/h.