Bill Roberson, chroniqueur de technologies de mobilité, a testé le vélo électrique VanMoof S2 et nous donne son verdict. Minimal, fonctionnel, intelligent et même ingénieux, cet E-Bike semble avoir conquis cet expert. « Existe-t-il des vélos électriques plus rapides ? Absolument. Cependant, le VanMoof S2 m’a offert l’expérience la plus zen jusqu’à présent », raconte-t-il. 

« Il y a quelques mois, un de mes amis s’est fait livrer la Tesla Model 3, le modèle « top budget », avec presque aucune option, et il l’a amenée pour que nous puissions  l’essayer », déclare Bill Roberson. « Au bout de cinq minutes de conduite silencieuse à vive allure sur l’autoroute, en pilotage automatique, j’ai à nouveau eu cette drôle de sensation, ce même frisson que j’ai eu en 2013 en conduisant une Tesla Model S pour la première fois : c’est le futur ! C’est à cela que ressemblera la conduite de la majorité des gens dans 20 ans », confie-t-il. 


Quelques semaines plus tard, le chroniqueur s’est fait livrer un vélo électrique VanMoof 2 gris, au bruit détonnant. Au bout de cinq minutes de conduite, il explique avoir eu cette même sensation, « un aperçu de l’avenir des transports, l’avenir comme il est censé l’être. »

Le vélo électrique VanMoof a pendant des années été dans sa ligne de mire. « Au début, j’étais surtout attiré par son côté esthétique, son design éthique et à la fois cool, un vélo au look presque Bauhaus. Minimal. Fonctionnel. Intelligent et même ingénieux. Finalement, avec le S2 entre les mains, j’espérais trouver un vraie performance cachée derrière ce design. J’ai pu constater que cela dépend de votre définition du mot “performance” », déclare Bill Roberson. 

J’ai essayé tellement de vélos électriques que je n’arrive même plus à les compter, des novateurs aux monstrueux. Bien que ce ne soit pas un VanMoof, Bill Roberson en possède également un. Il se balade à peu près tous les jours avec, pour faire la navette entre chez lui et le travail, mais aussi pour le plaisir, à Portland, dans l’Oregon. Pendant plusieurs semaines, son VanMoof S2 a travaillé dur, contre pluie, vent, soleil et froid puisque l’automne s’est installé.

Technologie et design

De nos jours, la plupart des vélos électriques forment un mash-up entre les paradigmes des vélos traditionnels et de nouvelles caractéristiques électriques, y compris la conception du cadre, de la batterie, du moteur et des commandes. Alors que l’intégration globale s’améliore, cela reste assez facile de reconnaître un vélo électrique. Ce n’est pas le cas avec un VanMoof S2. Tous les composants sont si bien intégrés que la plupart des gens ne pensent pas que c’est un vélo électrique, jusqu’à voir la preuve. La conception du cadre du phare du VanMoof ne semble pas en mesure de cacher une grosse batterie, et pourtant c’est le cas. Une batterie LG de 504 kWh se cache dans les pièces du châssis tubulaire. Elle n’est pas amovible pour l’utilisateur, mais elle peut être réparée si nécessaire dans un magasin de vélos. 

En effet, l’invisibilité des composants du vélo électrique est un principe fondamental pour le VanMoof. Là où d’autres fabricants de vélos pourraient rajouter un phare, un feu arrière et un panneau d’affichage, ces éléments sont parfaitement intégrés dans le tube en acier du cadre supérieur du S2. L’écran de données est particulièrement pensé car il se compose d’une matrice de 166 diodes électroluminescentes qui affichent la vitesse, le niveau de la batterie ainsi que d’autres états de manière novatrice et discrète. Cet écran est invisible lorsqu’il est éteint.

L’ajustement des paramètres de performance (il existe 4 niveaux de puissance) et d’autres variables se font facilement sur l’application intuitive pour smartphone de VanMoof, qui peut également débloquer le verrouillage intelligent des roues arrière du vélo. Étant donné que le vélo se connecte au téléphone par Bluetooth, le S2 sait également (comme une Tesla) quand vous vous approchez et « préparera » donc le vélo en allumant les lumières et en faisant un bruit de « réveil » accueillant. Tout se fait simplement et donne l’impression que c’est un vélo du futur…

Tandis que d’autres vélos utilisent des manettes, boutons et cloches traditionnels, ce qui encombre la plupart du temps le guidon, celui du S2 ressemble plus à la configuration d’un volant d’une voiture Tesla, dans la mesure où il n’y a que deux boutons (qui ne se voient pas) sur le guidon incliné vers l’arrière, et seulement deux courts câbles des leviers de frein, qui intègrent le cadre de façon invisible.

« Son design est original et il est si propre que c’en est frappant », assure Bill Roberson. Le bouton gauche fait sonner la cloche électronique du vélo à partir d’un haut-parleur intégré (mais invisible) et il est à la fois fort et distinctif. Ce bouton sert également à déverrouiller le vélo et effectuer d’autres réglages. Le bouton droit, quant à lui, envoie une puissance maximale au moteur avant, comme une fonction « boost », mais ce n’est pas un accélérateur. C’est un vélo de catégorie 1, qui n’augmentera en puissance que lorsque vous pédalerez, il n’y a pas de roue libre sur le moteur électrique. Bien que vous puissiez penser que c’est une fonctionnalité ratée ou un inconvénient, ce n’est vraiment pas le cas sur ce vélo.

Inférieur à 19 kg, le S2 n’est pas très lourd selon les normes de vélo électrique. Il ne verse pas dans la fibre de carbone ou le plastique pour gagner du poids. Les ailes incluses sont en métal et non en plastique. Le cadre en aluminium est robuste et rigide, et la fourche à l’aspect aérodynamique l’est également. C’est un beau design, tout en étant différent, voire inhabituel.

Comme mentionné plus haut, un verrou est intégré à la roue arrière. Pour l’activer, il vous suffit d’aligner la roue arrière avec la goupille de verrouillage, en faisant correspondre l’une des lignes du moyeu avec la ligne du garde-chaîne. Si quelqu’un tente de faire rouler votre vélo sans le déverrouiller, les capteurs de mouvement intégrés déclenchent par le haut-parleur, un rugissement semblable à celui d’un lion. Un mouvement supplémentaire du vélo intensifie le bruit et les lumières clignotantes jusqu’à ce que le vélo n’ait plus de batterie, et envoie un message sur votre téléphone. Si votre VanMoof est volé, et que vous avez opté pour le programme de dissuasion contre le vol de vélos, les Bike Hunters vous aideront à suivre et récupérer votre vélo.

La LED avant intégrée est assez lumineuse. Lorsque vous descendez une rue non éclairée, elle dégage une lumière suffisante pour détecter les obstacles présents sur la chaussée. Le feu arrière rouge est lui aussi très lumineux et reste allumé. Si l’application pouvait ajouter une option pour qu’il clignote, ce serait un avantage intéressant.

Expérience de conduite

Une fois votre vélo configuré comme bon vous semble, il est temps de rouler (le S2 comprend des entretoises pour élever les barres et des outils pour régler la selle etc.) La position de conduite est purement pendulaire ; ce n’est pas un vélo de montagne ou un Beach Cruiser décontracté. En s’asseyant correctement, les mains tombent naturellement sur le guidon incliné vers l’arrière. Les pédales sont simples, sans cale-pieds. Le siège à ressort souple est confortable pour de longs trajets. Lorsque vous commencez à pédaler, le S2 démarre à bas régime sans problème, et peu à peu vous donne l’impression de planer.

Selon Bill Roberson, c’est le vélo le plus facile qu’il ait utilisé, parmi tous les électriques et mécaniques confondus. D’autres l’ont comparé à un produit Apple (ou Tesla), et même si cela peut paraître cliché, il est parfait. Il affirme que ce vélo est tellement « cool qu’il serait insultant de le réduire à un appareil » et pourtant c’est le terme le plus approprié.

La puissance motrice provient du pédalage du mécanisme de changement de vitesse automatique, intégré à une transmission par chaîne à 2 rapports, combiné à un moteur moyeu avant de 250 watts, qui augmente la puissance en douceur. « Étant donné le paysage montagneux de Portland, un autre pignon inférieur de transmission par chaîne ou un moteur plus puissant aurait été mieux, mais en l’état, ce n’est pas nécessaire », confie-t-il. Le système d’entraînement change de vitesse à environ 19 km/h et si vous roulez à cette vitesse et commencez à pédaler, le système peut se coincer à la vitesse inférieure avant de changer de vitesse, ce qui entraîne une révolution rapide de la pédale sans résistance, et ça peut parfois surprendre. Il affirme que ce n’est pas grave et qu’il suffit de ralentir son coup de pédale. Autrement, le système passe les vitesses parfaitement et silencieusement.

Le S2 est équipé de roues de 71 cm. En circulation, le S2 est tout simplement élégant à regarder, comme un instrument finement réglé. Pas de grincements, de claquements, de coups ou d’oscillations, pas d’élément désagréable auquel il faudrait s’habituer, selon Bill Roberson. Seulement un tourbillon silencieux depuis le moyeu avant à une allure de 32 km/h. Le virage est précis et bien que l’expert des technologies de mobilité ait été sur la réserve, il a finalement été convaincu par les freins à disque actionnés par câble, qui ont une excellente puissance, fonctionnant mieux que certains systèmes hydrauliques testés sur des descentes raides.

Bill Roberson a toujours favorisé le VanMoof pour ses balades (au détriment de sa collection de vélos personnelle), lorsqu’il l’avait en sa possession. La conduite du vélo S2 était pour lui, une expérience simple, relaxante et agréable.

Conclusion

Le S2 est un pur bonheur et c’est tout simplement une partie de plaisir de rouler avec. C’est le meilleur compliment que je puisse faire à un vélo électrique ! Le fils de Bill Roberson, qui s’assure de tester tous les vélos que son père passe en revue et qui a un penchant pour les bolides, est rentré d’une longue session à bord du S2, avec un regard interrogateur. Il a exprimé à son père son enthousiasme : « Il est tellement bien », en ajoutant « Comment est-ce possible ? ». De là a débuté une long échange concernant le design, la forme et le ressenti procuré, trois éléments que le VanMoof a parfaitement cernés.

Le vélo électrique VanMoof S2 est au prix de 3 398 €.

Pour : 

  • Design emblématique à la fois fonctionnel et esthétique
  • Touches intelligentes, verrou de roue intégré 
  • Excellente expérience de conduite précise et confortable 

Contre :

  • Prix élevé
  • La chaîne cinématique pourrait utiliser un autre équipement pour les grands collines
  • Le feu arrière devrait posséder une option de clignotement dans l’application

<<< À lire également : Angell : Le Vélo Electrique Vu Par Le Fondateur De Meetic >>>