Angell est la nouvelle griffe française de vélo électrique. Lancée par Marc Simoncini, le fondateur du célèbre site de rencontres Meetic, le bicycle est annoncé comme un délice de design et de technologies. Il est disponible en pré-commande.

Des formes rondes accentuées par des lignes fortes, un cockpit avec écran 2,4“ tactile intégré et feux de signalisation, des matériaux nobles : aluminium et carbone. Le tout dessiné par Ora Ito, un des plus grands designers français actuels. “Un ange passe”, comme on dit. Et voilà Angell, le nouveau vélo électrique qui va partir à la conquête des villes de France et du monde. Le projet est signé par Marc Simoncini, l’entrepreneur célèbre pour avoir fondé le plus grand site de rencontre français : Meetic


Outre ses lignes sublimes, Angell détonne par son poids. L’aluminium haute résistance utilisé a permis d’atteindre une masse de 13,9kg, ce qui en fait un des vélos électriques les plus légers au monde, sachant que la majorité des modèles oscille entre 17 et 25 kg.

Une batterie de technologies

Angell n’est pas qu’un simple bel objet à accrocher sur un mur une fois rentré chez soi. Il est aussi un concentré de technologie. Il dispose d’un écran tactile de 2,4 pouces haute lisibilité totalement personnalisable. Ce dernier permet de lire la vitesse de circulation, la position GPS,  le trajet, l’indice de pollution et le niveau de batterie en temps réel.  Le vélo peut se connecter au compte Strava ou à l’application Santé du smartphone de l’utilisateur. Ce dernier pourra retrouver ses performances (nombre de km / durée / calories brûlées / Watts) dans ses applications de suivi favoris mais aussi cumuler ses efforts Angell à ses autres activités journalières.

Angell propose également trois modes de conduite adaptés aux habitudes de mobilité ou au besoin ponctuel du cycliste, sélectionnables depuis le fameux écran de contrôle.

Angell dispose d’une batterie très performante. “Compacte, amovible, pesant moins de 2kg et disposant d’une autonomie de 70km, elle peut vous propulser jusqu’à 25km/h en un éclair”, assure-t-on chez Angell. Elle se recharge en deux heures sur une simple prise, et peut supporter 700 cycles de recharge avant d’être dite usagée. 

Pensé pour la sécurité 

Angell a été développé pour protéger au mieux le cycliste lors de ses déplacements. Il accumule les caractéristiques vouées à la sécurité : un cockpit avec vibreur d’aide à la navigation pour maintenir le regard sur la route, des clignotants intégrés au cockpit et à la batterie, une alerte accident (en cas de chute, un message est automatiquement envoyé à un contact d’urgence), un feu stop, etc.

Evidemment, un appareil pareil, ça a un prix : 2 690 euros. Les 500 premiers seront disponibles au printemps 2020. Les autres seront livrés l’été suivant. 

Angell est une marque qui fait un pari sur un monde de mobilité qui se transforme, et qui n’en est qu’aux prémices de sa révolution. “Dans moins de 10 ans une grande capitale mondiale bannira les voitures thermiques individuelles de son centre-ville. New-York vient de voter un budget de 1,7Md$ pour la création de pistes cyclables, alors que 63% des trajets des habitants de Copenhague pour aller et revenir du travail sont effectués à vélo.”

Outre le produit, c’est tout un écosystème qui va graviter autour de ce projet de smart bike. Avec un objectif : la R&D. “Notre mission – améliorer le quotidien dans les villes – ne pourra pas être accomplie sans avoir rassemblé, encouragé et soutenu les initiatives qui contribuent elles aussi à changer la ville. Angell a été créée par des entrepreneurs-investisseurs partageant la même vision : les rêves bâtissent le futur. Et donc Angell LAB est né ! 5% du CA de Angell est réinvesti dans des projets et des équipes animés par la même conviction : si nous prenons soin de nos villes, de nous, de notre présent, nous serons capables de construire ensemble un futur plus sûr.” Une sacrée ambition de la part de l’équipe de Marc Simoncini, qui a déjà “disrupté” la rencontre en ligne, la commande de lentilles sur internet, et celle des lunettes. A voir s’il demeure clairvoyant sur son guidon.