L’amour des Français pour le fromage s’est accru tout au long du confinement. En juin 2020, la famille Vaxelaire, qui élève un troupeau de 25 vaches dans la région des Vosges, a laissé des croûtes dans le réfrigérateur et a accidentellement créé un nouveau fromage. En novembre 2020, les fromages à raclette et à fondue se sont envolés des rayons des supermarchés français. Les chiffres pour l’ensemble de l’année 2020 montrent que les ventes de fromage ont explosé.

 

Si la consommation de fromage a chuté dans les restaurants et les bars, du fait de leurs fermetures, pour le reste ce n’est pas le cas… Selon les chiffres récemment publiés par FranceAgriMer-Kantar, chaque type de fromage a profité de l’augmentation des ventes en période de fermeture.

Les fromages à base de lait de vache sont arrivés en tête en 2020 (avec une croissance de 8,5 % sur l’année), avec des ventes de fromage à raclette en hausse de 12,2 % et de comté en hausse de 8,2 %. L’emmental a connu une croissance de 7,8 % et le fromage de chèvre a également suivi la même tendance avec une croissance de 7,2 %.

Toutefois, c’est un fromage italien qui est arrivé en tête : la mozzarella a vu ses ventes augmenter de 21,2 %.

Les pays de l’UE sont ceux qui consomment le plus de fromage dans le monde : 18,42 kg de fromage par habitant. Les États-Unis et le Canada arrivent en deuxième et troisième position (les États-Unis en consomment 17,46 kg par habitant). Cependant, alors que l’ancien président Charles de Gaulle a un jour affirmé que la France comptait 246 types de fromage différents, elle n’est pas la nation qui en produit le plus en Europe ; ce titre revient à l’Allemagne et aux Pays-Bas, comme le rapporte Statista.

Le magazine spécialisé dans l’alimentation, Les Marchés, a donné les raisons pour lesquelles les gens se sont rués sur ce produit pendant la pandémie de Covid-19. Il décrit les « avantages qui entrent en jeu pendant cette période étrange. Il peut être utilisé comme ingrédient, d’autant plus que la cuisine familiale a augmenté, notamment lors du premier confinement. Il est synonyme de confort, notamment lorsqu’il est fondu, et il participe à la convivialité avec des raclettes ou des repas plus raffinés… Il est également utilisé dans le cadre d’un menu, le plus souvent le soir, pour un repas facile et rapide ».

Selon les chiffres de 2017, si les Français ne mangent pas autant de fromage que leurs voisins danois, islandais et finlandais, ils disent souvent qu’un repas sans fromage leur serait « inimaginable ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Alex Ledsom

<<< À lire également : Confinement : Quels sont les impacts négatifs du télétravail ? >>>