Un important glissement de terrain a détruit un ravin dans le petit village norvégien d’Ask aux premières heures du matin le 30 décembre. Une route et au moins 14 propriétés ont été détruites par le glissement de terrain qui aurait fait plus de 600 mètres de long.

 

Près de 1000 habitants ont été évacués, mais 10 personnes sont toujours portées disparues plus de 24 heures après. Les espoirs de les retrouver vivantes s’estompent.

Ask est la plus grande zone urbaine de la municipalité de Gjerdrum, à environ 40 km au nord-est d’Oslo et à proximité du principal aéroport international de la ville.

 

Des centaines de personnes évacuées en raison de la destruction de leurs biens

Les équipes de sauvetage ont été gênées par les mauvaises conditions lumineuses et météorologiques et par l’instabilité permanente des terres dans la région. Près de 1000 personnes ont été évacuées de la zone la plus proche du glissement de terrain par crainte d’un nouvel effondrement.

Jusqu’à présent, dix personnes auraient été blessées, dont une gravement. Aucun décès n’a encore été signalé, mais dix personnes des maisons touchées sont toujours portées disparues. Le nombre de personnes disparues a diminué régulièrement tout au long de la journée, car des personnes ont été contactées, et beaucoup étaient absentes pour les vacances.

La police continue de fouiller la zone avec des équipements sensibles à la température et des chiens pisteurs, tout en essayant de localiser les 10 personnes disparues.

Le chef des opérations de sauvetage, Dag Andre Sylju, a déclaré à TV2 que l’espoir de les retrouver vivantes demeure. « Le temps est important pendant toute l’opération de sauvetage. Plus le temps passe, plus les chances deviennent mauvaises », a-t-il déclaré.

 

Situation de catastrophe déclarée

Les autorités norvégiennes ont officiellement déclaré une « catastrophe » et des plans d’action d’urgence sont en cours. Cela signifie que la police reçoit une aide de la municipalité locale, de la défense nationale et des organisations bénévoles. Des hélicoptères Sea King sont utilisés pour la recherche et le sauvetage, tandis que des drones aident à avoir une vue d’ensemble de la zone touchée.

Des géologues de l’Institut géotechnique norvégien (NGI) et de la Direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie (NVE) ont travaillé à l’évaluation du risque actuel de nouveaux glissements de terrain. Des glissements de terrain mineurs ont continué tout au long de la matinée, mais le risque de nouveaux incidents majeurs est désormais considéré comme peu probable.

La Première ministre norvégienne a déclaré sur Twitter que « cela fait mal de voir comment les forces de la nature ont ravagé la région ».

 

Témoignages poignants

Les services d’urgence ont reçu les premiers appels vers 4 heures du matin le 30 décembre.

L’ampleur de l’incident était initialement difficile à comprendre dans le paysage enneigé et l’obscurité. Un témoin a déclaré à la NRK : « C’était tellement irréel. J’ai mis ma lampe frontale et je me suis approché, puis je n’ai vu qu’un énorme trou dans le sol et de nombreuses maisons avaient disparu »

Un autre a dit à VG qu’il y avait maintenant une forêt dans son jardin, là où il n’y en avait pas la veille.

 

Risque de glissement de terrain dans la région

La cause du glissement de terrain est actuellement inconnue. Cependant, le sol argileux sous la municipalité de Gjerdrum est connu pour être à haut risque de glissements de terrain.

Un glissement de terrain majeur s’est produit plus tôt cet été en dehors d’Alta, dans le nord de la Norvège, détruisant également plusieurs maisons et coupant une route.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Nikel

 

<<< À lire également : Flyr : La Nouvelle Compagnie Aérienne Norvégienne Brave La Crise >>>