Le réseau électrique américain est la plus grande machine de la planète. Avec plus d’un million de mégawatts de capacité de production, c’est une merveille d’ingénierie. Mais c’est aussi une machine vieillissante et surchargée qui commence à rencontrer ses limites.

 

Au cours de l’année écoulée, les villes ont reçu un signal d’alarme en ce qui concerne le réseau électrique. Du vortex polaire dans le Michigan aux pannes dues aux incendies de forêt en Californie, les événements météorologiques extrêmes ont secoué les réseaux d’énergie des villes, laissant les habitants littéralement sans électricité. Les pannes d’électricité au Texas ne sont que le dernier signal indiquant que les villes ne sont pas équipées pour faire face à tout ce qui leur arrive.

Les nombreuses crises qui s’accumulent pointent toutes vers le même problème : la demande d’énergie va continuer à perturber le réseau, et il est essentiel de réduire la pression sur le système.

Les gestionnaires immobiliers, en particulier, ont l’occasion de soutenir un système énergétique plus stable. Les logements ont une incidence considérable sur la consommation d’énergie et pourraient avoir un impact tout aussi important sur l’efficacité énergétique. Les villes sont appelées à investir dans de meilleures solutions pour l’efficacité énergétique.

 

La pression exercée sur le réseau électrique ne cesse d’augmenter, et elle est de plus en plus difficile à gérer.

Les États-Unis subissent 147 grandes pannes d’électricité chaque année, et ce chiffre va continuer à augmenter. L’augmentation générale des phénomènes météorologiques extrêmes crée de nouveaux risques liés à des demandes d’énergie imprévisibles, et les responsables municipaux doivent se préparer à l’inattendu.

Les incendies de forêt en Californie en sont un exemple récent ; l’État a connu cinq des dix plus grands incendies de forêt de son histoire au cours de la seule dernière décennie. Le changement climatique devrait continuer à provoquer des sécheresses plus intenses et des conditions plus chaudes, alimentant les incendies qui menacent la stabilité des services publics.

Les centrales électriques sont conçues pour produire la même quantité d’énergie que celle demandée par les clients à tout moment, ce qui signifie que si le réseau électrique est déséquilibré, il tombe en panne. Le réseau électrique devenant de moins en moins fiable, les villes ont mis en place des « pannes mobiles » pour éviter une panne totale du système.

C’est là que le logement entre en jeu. Les logements résidentiels sont de plus en plus consommateurs d’électricité et représentent déjà environ un tiers de la consommation d’électricité du pays. Les gestionnaires de logements ont la possibilité de rendre l’utilisation de l’énergie plus prévisible et cohérente.

 

La technologie intelligente permet aux logements à haut rendement énergétique de réduire la charge des services publics.

Les propriétés multifamiliales et unifamiliales peuvent économiser de l’énergie en automatisant les services publics comme le chauffage, l’eau et l’électricité, en maintenant une consommation d’énergie fiable et en évitant les surtensions qui exercent une pression sur les réseaux électriques. Ce ne sont là que quelques exemples de la façon dont nous utilisons les technologies intelligentes pour rendre les logements plus efficaces sur le plan énergétique :

– Réduire les erreurs humaines : La technologie IoT peut automatiser des systèmes comme le chauffage et la climatisation afin que les résidents ne gaspillent pas d’énergie par inadvertance. Les thermostats intelligents, par exemple, permettent aux résidents de contrôler le chauffage à distance. Cela signifie que les résidents n’accumuleront pas une facture d’énergie en oubliant d’éteindre le chauffage (ou de geler les tuyaux en coupant le chauffage). Et lorsque les températures augmentent pendant les mois d’été, les systèmes de refroidissement intelligents peuvent éviter de surcharger la demande de climatisation.

– Détecter les catastrophes : Les capteurs de fuites peuvent détecter un robinet qui fuit ou de l’eau de pluie qui s’infiltre dans le bâtiment avant que cela ne devienne un problème catastrophique, ce qui est particulièrement critique en cas de conditions météorologiques extrêmes. Les capteurs de fuites permettent également de réduire la consommation d’eau, un autre élément clé de la durabilité.

– Utiliser des sources d’énergie alternatives : Toute l’énergie des Américains ne doit pas nécessairement provenir du réseau électrique. Les systèmes d’énergie solaire et les batteries de stockage d’énergie deviennent rapidement de plus en plus populaires dans les maisons résidentielles, dans le but de fournir un stockage d’énergie de longue durée qui peut être utilisé pendant les périodes de demande de pointe – comme les conditions qui ont fait tomber le réseau électrique du Texas.

Les pratiques de logement durable ne sont pas seulement bonnes pour l’environnement, elles le sont aussi pour les habitants. La demande de solutions énergétiques alternatives aide les gens à réduire leur facture énergétique et à s’adapter aux changements du mode de vie moderne. Par exemple, les batteries renouvelables entreront en jeu dans les logements, car de plus en plus de résidents achètent des véhicules électriques et demandent des stations de recharge. Mais au-delà de l’impact immédiat sur les résidents, la technologie des maisons intelligentes peut réduire la pression sur nos besoins énergétiques actuels et accroître la transparence des modes de consommation, ouvrant ainsi la voie à un système plus stable et unifié.

 

Le secteur du logement et celui de l’électricité peuvent collaborer pour créer un système énergétique plus résilient et plus efficace.

Il est utile de mettre en œuvre la technologie des maisons intelligentes dans les propriétés, mais les promoteurs peuvent aller plus loin en travaillant avec le gouvernement local et les services publics.

Sous le gouvernement Biden, il est possible de faire pression pour plus de transparence avec les sociétés de services publics. L’initiative « Green Button », l’appel à l’action lancé par la Maison Blanche aux services publics pour qu’ils fournissent à leurs clients des informations sur leur consommation d’énergie, en est un exemple. Historiquement, les usagers ne voyaient que leur facture – mais ils ont désormais accès à leurs données énergétiques et à leurs habitudes de consommation.

Avec le soutien du gouvernement en faveur de la transparence, les services publics seront peut-être plus enclins à partager des données en temps réel qui aideront les habitants à prendre des décisions éclairées sur le moment d’utiliser l’énergie. Par exemple, les services publics peuvent se connecter aux appareils domestiques intelligents et offrir des incitations pour encourager les résidents à faire fonctionner les systèmes énergivores aux moments optimaux. La société de services publics peut vous indiquer le meilleur moment de la journée pour faire tourner une machine à laver, ou même faire tourner la machine elle-même selon un programme automatisé.

Les gestionnaires immobiliers peuvent également travailler directement avec les gestionnaires de services publics pour déplacer la charge pendant les heures de pointe et les heures creuses, ce qui permet aux services publics de prérefroidir ou de préchauffer une unité de logement avant les heures de pointe, stabilisant ainsi les fluctuations de la demande énergétique. Pour chaque unité d’appartement, un tel programme pourrait réduire l’empreinte carbone de 2KW par jour et éviter de faire fonctionner la « centrale de pointe ». Une meilleure coordination entre le logement et les services publics pourrait réduire considérablement la pression sur un réseau électrique surchargé.

En tant que leaders de l’industrie du logement – le plus grand consommateur d’énergie du pays – les propriétaires peuvent jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre des solutions technologiques intelligentes dont le réseau électrique a un besoin si urgent. En collaboration avec les sociétés de services publics et les gouvernements locaux, les leaders du secteur du logement peuvent contribuer à ouvrir la voie à un avenir plus durable.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Lucas Haldeman (fondateur et PDG de SmartRent, une plateforme d’entreprise de domotique et d’internet des objets pour le secteur multifamilial)

<<< À lire également : Les objectifs climatiques sont menacés par la hausse de la demande d&#8217;énergie >>>