La consommation mondiale d’électricité devrait rebondir cette année après avoir chuté pendant la pandémie de Covid-19, a indiqué l’AIE (Agence internationale de l’énergie) dans un rapport publié jeudi, dépassant la croissance des énergies propres et menaçant les objectifs mondiaux en matière d’émissions.

 

Faits marquants

  • La demande d’électricité devrait augmenter de près de 5 % en 2021 et de 4 % en 2022, après avoir chuté de 1 % l’an dernier, indique l’AIE dans son rapport semestriel sur le marché de l’électricité.
  • La majorité de cette croissance devrait provenir d’Asie, où le charbon, l’une des sources d’énergie les plus malpropres, est encore largement utilisé.
  • Malgré les progrès impressionnants des énergies renouvelables – qui, selon l’AIE, devraient croître de 8 % en 2021 et de 6 % en 2022 -, celles-ci ne pourront répondre qu’à la moitié de la demande prévue, le reste étant couvert par les combustibles fossiles (45 %) et l’énergie nucléaire.
  • Cette situation pourrait entraver les efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et de réduction des émissions de carbone, a averti l’AIE, surtout si l’on tient compte de l’augmentation prévue de 5 % de la production d’électricité à partir du charbon en 2021.
  • Les émissions de carbone du secteur de l’électricité – qui ont baissé au cours des deux dernières années – sont désormais en passe d’atteindre un niveau record en 2022, a indiqué l’agence.

 

Contexte clé

Si les émissions de carbone ont chuté pendant la pandémie dans un contexte d’arrêt généralisé de l’activité économique, elles ont rapidement retrouvé cette année leur niveau d’avant la pandémie. Le secteur de l’électricité est responsable de la grande majorité des émissions mondiales, environ trois quarts, dont le charbon est la principale source. L’utilisation croissante du charbon et d’autres combustibles fossiles sape les efforts déployés au niveau mondial pour atteindre les objectifs de réduction nette des émissions de carbone d’ici à 2050. L’AIE a déjà prévenu que l’utilisation des combustibles fossiles devait être réduite de manière drastique afin de limiter le réchauffement climatique à des niveaux sûrs. Le réchauffement climatique lié aux émissions de carbone est responsable de l’aggravation des incendies de forêt aux États-Unis, des tempêtes de neige qui provoquent des pannes d’électricité, des sécheresses graves, des pénuries d’eau et des vagues de chaleur dévastatrices. 

 

Citation essentielle

« L’énergie renouvelable connaît une croissance impressionnante dans de nombreuses régions du monde, mais elle n’est toujours pas là où elle devrait être pour nous permettre d’atteindre les objectifs d’émissions nettes nulles d’ici le milieu du siècle », a déclaré Keisuke Sadamori, directeur des marchés de l’énergie et de la sécurité à l’AIE, soulignant la nécessité d’investir davantage dans cette technologie. La croissance des énergies renouvelables n’a dépassé la demande qu’en 2019 et 2020, années où la demande a sensiblement diminué en raison de la pandémie.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

 

<<< À lire également : Des consultants experts pour apporter plus de flexibilité aux acteurs de l’énergie >>>