Le laboratoire pharmaceutique Chiesi adopte le statut de société à mission. Premier de son secteur à s’orienter dans cette voie, qui promeut des valeurs humaines, sociales, environnementales fortes en parallèle des enjeux économiques, et surtout exige des actions concrètes, il ouvre une dynamique nouvelle pour l’industrie pharmaceutique. Cependant, ce faisant, Chiesi ne s’inscrit pas en rupture de sa propre histoire. Au contraire, il poursuit et renforce son ancrage dans un entrepreneuriat différent, qui se focalise sur le respect de l’humain, dans toute sa diversité, et de l’environnement, pour le protéger.

 

Vincent Daffourd : Que représente l’adoption du statut de société à mission pour Chiesi ? 

Patrice Carayon, Président de Chiesi France : Pour exprimer ce que représente le statut de société à mission pour Chiesi, il est important d’éclairer les particularités de Chiesi comme laboratoire pharmaceutique. Ce laboratoire porte le nom de son fondateur, et de ce fait a la particularité d’être resté « familial », avec historiquement une considération forte et concrète de la responsabilité sociétale d’entreprise. En 2015, l’Organisation des Nations-Unies fixait 17 objectifs pour transformer le Monde et le rendre meilleur : les Objectifs de Développement Durable (ODD). Chiesi, au travers de ses actions concrètes, y contribue. Dans cet esprit, nous sommes devenus, en 2019, le plus grand groupe pharmaceutique mondial à avoir obtenu la certification B corp, qui implique le respect de normes parmi les plus strictes dans le domaine social et environnemental. Forts de ces engagements, nous avons décidé de nous inscrire dans le cadre de la loi PACTE et de devenir une « société à mission ». Après s’être dotée d’une « raison d’être » en septembre dernier, Chiesi modifiera en ce mois d’avril ses statuts d’entreprise, avec l’ambition d’inscrire ses engagements sociaux et environnementaux en cohérence avec ses actions et sa stratégie d’entreprise. 

L’inscription de la mission dans nos statuts est un acte engageant et exigeant : d’une part parce qu’elle implique la responsabilité juridique de l’entreprise, d’autre part parce qu’elle impacte l’entreprise à tous les niveaux et dans tous les domaines (sociétal, environnemental, financier, recherche de nouvelles solutions de santé, etc.). 

De notre mission, émanent des obligations de résultats avec des indicateurs pertinents, et des opportunités permettant de guider les activités de l’entreprise. Cela implique de mener des choix qui nécessitent de renoncer à certains projets, ou a contrario de mettre en place de nouvelles pratiques et de nouveaux partenariats. Nous opérons dans une logique de long terme en considérant les conséquences directes et indirectes de nos actions. 

 

Quelles évolutions va porter ce nouveau statut ? 

Patrice Carayon : En interne, nous sommes dans une démarche d’amélioration continue : des premières réflexions menées avec le comité de direction sur le sujet de l’engagement durable alors que les discussions de la loi PACTE étaient initiées au Parlement, jusqu’à la mise en place d’un « comité de mission » dont les réflexions et points de vue influeront sur la prise de décision stratégique de l’entreprise. 

D’un point de vue sectoriel, nous avons conscience de notre position de pionnier sur ce sujet dans l’industrie pharmaceutique ; cela peut susciter un certain intérêt et des interrogations légitimes, notamment pour les autres laboratoires. Nous les encourageons à nous rejoindre afin de créer de la valeur ensemble. Chez Chiesi, nous sommes convaincus que les entreprises ont un rôle majeur à jouer d’un point de vue sociétal dans le sens où elles combinent la créativité humaine et des capacités d’investissements. Cette force peut, et doit, s’atteler à résoudre les problématiques actuelles, par exemple en développant des collaborations de long terme avec les salariés, les professionnels de santé, les associations de patients avec lesquels nous travaillons, ainsi que les territoires au sein desquels nous opérons. 

 

Quels objectifs sociaux et environnementaux portez-vous ? 

Patrice Carayon : La mission de Chiesi est de prendre soin des patients et de la planète, aujourd’hui pour demain. Nos engagements s’articulent autour de trois axes majeurs : 
Innover avec nos parties prenantes pour apporter des solutions en santé, qui prennent en compte les besoins des patients, des aidants et des professionnels de santé ; 
Agir ensemble pour le développement et le bien-être de tous les collaborateurs, ainsi que pour la diversité et l’inclusion ;
Contribuer à la protection de l’environnement et de la société à travers nos actions responsables dans l’ensemble de nos activités. 

 

Pouvez-vous nous donner un exemple concret de vos actions et engagements ? 

Patrice Carayon : Oui, nous pouvons parler, par exemple, de notre aérosol-doseur médicamenteux carbone minimum. Étant convaincus qu’il est essentiel de maintenir le choix offert aux patients en matière de dispositifs inhalés (aérosols-doseurs et dispositifs poudre), nous avons fait le choix d’investir 350 millions d’euros pour concevoir, fabriquer et mettre à disposition des patients un aérosol-doseur médicamenteux carbone minimum, tout en maintenant les systèmes poudres. Ces deux systèmes répondent aux besoins des patients atteints d’asthmes et de BPCO et sont adaptés aux différentes capacités d’inspiration des patients, ainsi qu’à leurs préférences, attentes et besoins. Notons que c’est sur notre site de la Chaussée SaintVictor, à côté de Blois, que ce nouvel aérosol-doseur sera produit, avec une extension industrielle qui permettra de doubler à terme nos capacités de production. 

Par ailleurs, ce site industriel est un exemple en termes de transition écologique, l’usine étant à la pointe de l’engagement environnemental : zéro émission et rejet dans l’air et l’eau, politique de gestion et recyclage des déchets à 100 %, énergie 100 % verte (pompes à chaleur, et par la suite solaire), certifications qui attestent de l’engagement environnemental du site (ISO 14001, ISO 45001 et ISO 50001). Le site créera 50 emplois directs sur cinq ans. En outre, un plan de formation professionnelle dédié d’un montant de 2 millions d’euros sera mis en place afin de favoriser l’acquisition de nouvelles compétences, et l’élargissement des connaissances techniques des collaborateurs du site. À cela s’ajoutent nos nombreux engagements : inclusion de la jeunesse issue des quartiers prioritaires, actions de parrainages, politique d’égalité femmes-hommes, actions en faveur du handicap… Nos divers partenariats et les chartes que nous signons sont autant de pierres apportées à l’édifice de la cohésion sociale. 

 

Quelles sont les prochaines étapes pour Chiesi en tant que société à mission ? 

Patrice Carayon : Après l’intégration officielle de nos engagements dans nos statuts en avril, nous allons préparer la mise en place du « comité de mission » qui évaluera dans le temps nos actions et engagements, et faire le choix d’un organisme tiers indépendant. 

Nous avons également pris l’initiative d’organiser le 15 avril prochain, une table ronde institutionnelle dédiée aux engagements responsables des entreprises dans le secteur de la santé et du bien-être, sous le patronage de Madame Olivia Grégoire, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable. Son patronage et son intervention sont un signal positif fort adressé aux entreprises telles que Chiesi, qui ont fait le choix d’investir en France, et qui souhaitent, en tant qu’acteur de santé engagé et responsable, poursuivre leur engagement de façon pérenne et durable. Cela témoigne, par ailleurs, de la bonne dynamique et du dialogue constructif multipartite engagé sur ces sujets d’intérêt collectif. 

À plus long terme, notre ambition est de rallier à notre engagement sociétal d’autres entreprises engagées dans le secteur de la santé sur ce sujet essentiel. 

 

Rendez-vous est donné ce mois-ci pour voir évoluer les statuts de l’entreprise, ainsi que le 15 avril pour échanger à l’occasion de la table ronde, en présence d’Olivia Grégoire. Nul doute que ces évolutions, qui entérineront les engagements de l’entreprise, seront porteurs d’une nouvelle énergie et donneront naissance à de nouvelles manières d’envisager l’avenir chez Chiesi. Nul doute non plus qu’elles susciteront une émulation vertueuse, qui inspirera les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain, et ce, bien au-delà du secteur pharmaceutique.

 

<<< À lire également : Amazon Se Lance Dans La Pharmacie En Ligne >>>