Alors que la pandémie de Covid-19 a plongé le monde dans l’une des pires crises sanitaires et économiques de son histoire, la course au vaccin et aux traitements potentiels est engagée entre les géant de l’industrie pharmaceutique et les biotechs du monde entier. Le coronavirus a en effet eu un impact considérable sur ce secteur d’activité et provoque aujourd’hui encore une véritable fièvre spéculative de la part des investisseurs.

Les grands groupes pharmaceutiques et leurs stratégies face au Covid-19 :


Ce sont bien entendu les grands groupes pharmaceutiques du monde entier comme Roche ou encore Sanofi qui investissent le plus dans la recherche de traitements ou de vaccins contre ce coronavirus. Pour cela, ils n’hésitent pas à faire alliance avec d’autres sociétés spécialisées ou avec des entreprises de biopharmaceutique et biotechnologie.

C’est le cas pour les laboratoires Roche qui ont signé un partenariat avec Regeneron dans le cadre du développement d’un candidat-médicament, le REGN-COV2 avec pour objectif de multiplier par trois la capacité de production en cas de succès. L’entreprise suisse et l’entreprise américaine vont ainsi collaborer à la production et à la vente des anticorps en prévention et traitement de ce virus. Mais il ne s’agit bien entendu pas du seul partenariat de ce type que l’on a pu observer depuis le début de cette pandémie.

En effet, un autre laboratoire, français cette fois, est également dans la course contre le Covid-19. Il s’agit bien entendu du groupe Sanofi, aujourd’hui en première ligne des recherches de vaccin et qui collabore à la fois avec les autorités de santé et des alliés à l’international. Ainsi, Sanofi travaille en ce moment même à l’élaboration de deux vaccins contre le coronavirus et qui utilisent pour l’un la technologie de l’ADN recombinant en partenariat avec le groupe GSK (GlaxoSmithKline) et pour l’autre, la technologie de l’ARN messager en collaboration avec TranslateBio. Mais Sanofi ne se positionne pas uniquement sur le segment des vaccins puisque ce laboratoire a également réalisé des études cliniques sur deux traitements dont il possédait déjà les brevets et qui étaient utilisés pour d’autres indications. Il s’agit notamment de tester un anticorps monoclonal, en partenariat avec Regeneron Pharmaceutical en cours d’essai de phase III aux Etats-Unis. L’autre traitement de Sanofi qui a fait la une de l’actualité pendant plusieurs mois n’est autre que l’hydroxychloroquine. Les essais menés sur ce second traitement ont cependant été interrompus en mai 2020 suite à une décision de l’ANSM.

Des enjeux de taille pour les grands noms de la pharmaceutique

Si les moyens déployés par les grands laboratoires sont si important, c’est bien entendu que la recherche d’un vaccin et/ou d’un traitement contre le nouveau coronavirus présente des enjeux majeurs. Outre les enjeux sanitaires et humanitaires, ce sont bien entendu les enjeux économiques que ces entreprises visent. Il va de soi que le premier à proposer un traitement ou un vaccin dont l’efficacité sera prouvée raflera de grosses sommes d’argent. Cependant, les coûts de ces recherches sont particulièrement importants au regard des moyens qu’il est nécessaire de mobiliser pour gagner cette course. C’est la raison pour laquelle beaucoup de ces entreprises décident de s’associer dans le but de réduire ces frais.

Il faut dire que la concurrence est rude puisque l’OMS estime que pas moins de 170 candidats vaccins sont actuellement en train d’être développés avec une vingtaine en phase d’essais cliniques.

Les biotechs et laboratoires qui captent l’intérêt des investisseurs en Bourse

L’espoir qui repose sur les entreprises de l’industrie pharmaceutique impliquées dans cette course contre le Covid-19 se fait également ressentir sur les marchés boursiers. En effet, la plupart des actions des biotechs qui réalisent des essais dans ce domaine gagnent de nombreux points ces derniers mois comme la société américaine Moderna qui compte un candidat vaccin en phase III et qui capitalise 30 milliards de dollars en Bourse et dont le cours de bourse a gagné 250% depuis janvier alors que son chiffre d’affaires de 2019 n’était que de 60 millions de dollars.

D’autres entreprises profitent aussi de cet engouement pour le secteur comme le laboratoire allemand CureVac qui a été jusqu’à faire son introduction en Bourse à New-York et non à Francfort ce 14 août dernier. Le titre, qui a été introduit au prix de 16 dollars a gagné plus de 250% dès la première séance de cotation et vaut aujourd’hui plus de 60 dollars.

Une autre biotech américaine, Inovio, a quant à elle vu son titre grimper de 330% depuis le mois de janvier 2020.

Mais le record absolu et le symbole même de la fièvre spéculative qui touche aujourd’hui les investisseurs concerne le laboratoire pharmaceutique Novavax qui a annoncé récemment le début d’une nouvelle phase d’essais cliniques en Afrique du Sud concernant son candidat vaccin et qui a progressé de plus de 3 580%.

Reste à savoir lequel de ces laboratoires ou biotech sortira gagnant de la course contre le coronavirus.

<<< À lire également : La Chine Compte Un Nouveau Milliardaire Du Secteur Pharmaceutique >>>