Le Hub de la Banque Publique d’Investissement, Bpifrance, lance ce mercredi soir une plate-forme en self service entre les start-up, orientées business to business (BtoB), les scale-up et les grands groupes. Et même les PME et ETI. Un travail de mise en relation que Le Hub effectue déjà au quotidien, mais que sa directrice, Cécile Brosset, compte « industrialiser » afin de laisser ses équipes se concentrer sur des tâches à plus haute valeur ajoutée. Avec pour horizon la multiplication de partenariats entre ces deux mondes, voire le rachat des jeunes pousses par les grandes entreprises.

470 start-up, dont 175 scale-up (à savoir des entreprises ayant levé plus de 15 millions et embauchant plus de 20 salariés), dans tout type de secteurs, sont déjà référencées sur la plate-forme que lance aujourd’hui Le Hub de la Banque Publique d’Investissement, Bpifrance. Accessible depuis la page de blog du Hub, la plate-forme en libre service vient compléter la mission de cette branche de Bpifrance développée il y a quatre ans : Permettre la rencontre business entre les jeunes pousses et les grandes entreprises. Ces dernières sont déjà 130 à naviguer sur la plate-forme, également ouverte aux PME et ETI dont la numérisation est un enjeu crucial. 

Date de création, montants levés, description du produit, effectifs, clients. Les jeunes pousses renseignent ces informations, une sorte de fiche pratique pour comprendre en un coup d’oeil qui elles sont. Et de permettre aux grandes entreprises de voir immédiatement si leur produit et leur profil les intéresse. Car l’objectif premier de ce nouvel outil est de provoquer des opportunités de business. 

« Nous sommes une plate-forme de relation clients-fournisseurs puisque notre focus est de permettre les relations d’affaires entre corporate et start-up. C’est une place de marché orientée business. Avec cette section ‘’références clients’’ qui est différenciante par rapport à ce qui existe déjà sur le marché », souligne Cécile Brosset, directrice du Hub.

Pour développer cette place de marché, Le Hub a fait appel aux services d’entreprises françaises telles que OVH pour l’hébergement, Algolia pour le moteur de recherche, Opendatasoft pour la consultation de données sous forme d’API… Une manière de montrer par l’exemple en construisant un outil en écosystème. 

2 000 mises en relations qualifiées

« Le Hub appartient à la direction de l’innovation de Bpifrance », précise Cécile Brosset qui évolue dans la structure depuis sa création. Après avoir été directrice développement, elle s’attache, avec Le Hub, à trouver des clients pour les start-up, d’une part, en leur ouvrant les portes des grandes entreprises, et pour ces dernières, d’autre part, en les acculturant à un nouveau monde. « Notre vocation est de faire en sorte que les start-up croissent. »

En deux ans, la structure indique avoir « poussé au moins une start-up auprès de 700 corporate, et engendré 2 000 mises en relations qualifiées ». Mais en terme de « deal » (investissements et partenariats contractualisés), le chiffre tombe à 140. « Nous avons beaucoup évangélisé, nous devons désormais mettre les mains dans la procédure pour être certains que la rencontre soit concluante », ajoute Cécile Brosset qui espère voir bondir les partenariats start-up/grands groupes, voire même les rachats.

Côté travail, Le Hub poursuit sa mission. « Notre outil va typiquement dans la logique de plateformisation de l’économie : je numérise ce qui est automatisable, par contre, je mets l’accent sur l’humain pour tout ce qui est de l’ordre de l’aide et de l’accompagnement. »

Pour l’aspect automatisable, la place de marché donne accès à un moteur de recherche pour aider les entreprises à trouver chaussure à leur pied, une fonctionnalité de prise de contact (seules les corporate peuvent contacter les start-up, pas l’inverse) et la possibilité de gérer des projets en mode collaboratif.