La société à l’origine des « Satan Shoes » controversées du rappeur Lil Nas X a accusé Nike jeudi dernier d’avoir tenté de « censurer » les commentaires artistiques, après que Nike a remporté une première bataille judiciaire, interrompant temporairement les ventes futures.

 

Principaux faits

  • Le collectif artistique MSCHF, basé à Brooklyn, a critiqué Nike pour avoir pris des mesures contre ses « Satan Shoes », alors qu’il n’a rien fait au sujet des « Jesus Shoes » de la société en 2019, faisant sa première déclaration publique depuis que Nike a poursuivi la société pour contrefaçon de marque.
  • Le collectif artistique basé à Brooklyn a fait valoir que « l’hérésie n’existe que par rapport à la doctrine : qui est Nike pour censurer l’une mais pas l’autre ? » et que « Satan fait autant partie du canon historique de l’art que Jésus, des Bouches de l’Enfer de la Renaissance à Milton ».
  • La déclaration de MSCHF intervient après qu’un juge a ordonné plus tôt jeudi à la société d’arrêter temporairement les ventes des « Satan Shoes », bien que MSCHF ait fait valoir que l’interdiction temporaire était inutile car presque toutes les paires avaient déjà été vendues et expédiées aux clients.
  • Lil Nas X avait prévu d’organiser un concours pour que les fans puissent gagner la 666ème paire de chaussures finale, mais MSCHF a déclaré que le concours avait été temporairement suspendu à la suite de la décision de jeudi.
  • Dans un communiqué, Nike a déclaré que les chaussures « avaient été produites sans l’approbation ou l’autorisation de Nike, et Nike n’était en aucun cas lié à ce projet ».

 

Citation importante

« Le collectif MSCHF croit fermement en la liberté d’expression, et rien n’est plus important que notre capacité, et celle d’autres artistes comme nous, à poursuivre notre travail dans les années à venir », peut-on lire dans la déclaration. « Nous sommes impatients de travailler avec Nike et le tribunal pour résoudre cette affaire de la manière la plus rapide possible ».

 

Le contexte

Les chaussures ont été conçues comme un lien avec le clip de Lil Nas X pour « Montero (Call Me By Your Name) », dans lequel on le voit se frotter au diable en enfer. La chanson raconte l’histoire du chanteur de 21 ans, dont le vrai nom est Montero Lamar Hill, qui assume son identité homosexuelle et sort avec un gay refoulé. Les « Satan Shoes » sont une modification des Nike Air Max 97 et comportent un pentagramme en pendentif, une goutte de sang humain dans la semelle de la chaussure et « Luke 10:18 » écrit sur la semelle intermédiaire, une référence au verset de la Bible où Satan tombe du ciel. Le clip a depuis déclenché une guerre culturelle et des réactions négatives de la part des conservateurs religieux, qui désapprouvent l’utilisation par la chanson d’images homosexuelles et satanistes.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Rachel Sandler

 

<<< À lire également : Nike GO FlyEase : la basket qui s’enfile sans les mains >>>