Masayoshi Son, PDG et fondateur de SoftBank, a déclaré qu’il était “embarrassé” par son track-record après de gros paris sur des entreprises déficitaires comme Uber et WeWork.

Dans l’entretien avec le magazine japonais Nikkei Business, Masayoshi Son a pris un ton conciliant : « Je suis embarrassé et impatient. Après tout, compte tenu de la croissance des entreprises aux États-Unis et en Chine, on a nettement le sentiment que cela n’est pas suffisant ».

La réputation du milliardaire japonais en tant qu’investisseur spécialisé dans la technologie a été entachée par la mauvaise performance récente des investissements clés dans le fonds Vision Fund de SoftBank, d’une valeur de 100 milliards de dollars. SoftBank et d’autres investisseurs ont écarté le cofondateur de WeWork, Adam Neumann, après que les plans d’un premier appel public à l’épargne aient échoué, l’estimation de l’espace de coworking ayant chuté après avoir atteint son sommet de 47 milliards de dollars en janvier.

Les actions propres de SoftBank ont ​​chuté de plus de 30% depuis avril, d’autres placements clés du Vision Fund, tels que Uber, n’ayant pas été rentables. Le prix des actions de cette société a chuté en-dessous du prix du PAPE (Premier Appel Public à l’Épargne), les pertes continuant de se creuser. « Des entreprises comme WeWork et Uber sont critiquées car elles sont dans le rouge, mais dans 10 ans, elles réaliseront des bénéfices substantiels », a déclaré Masayoshi Son, selon Reuters.

Masayoshi Son a également partagé un avertissement pour les fondateurs. « Récemment, j’ai dit aux fondateurs de connaître leurs limites… ‘Connaître vos limites vous aidera à déclencher des possibilités illimitées’ », a-t-il déclaré, selon Bloomberg.

Les difficultés rencontrées par SoftBank dans les investissements exceptionnels surviennent alors que Masayoshi Son collecte des fonds pour un deuxième Vision Fund annoncé en juillet.

Japon

Masayoshi Son décrit la situation économique actuelle au Japon comme étant « très mauvaise », ajoutant que « l’esprit entrepreneurial s’est considérablement estompé depuis l’avant-guerre et à la fin de l’époque d’Edo ».

Il ajoute : « Je pensais autrefois que la taille du marché aux États-Unis et en Chine était enviable, mais de nombreuses entreprises en pleine croissance proviennent de pays dotés de petits marchés tels que l’Asie du Sud-Est. Les entrepreneurs japonais, dont moi-même, ne sont pas en train de chercher des excuses ».

Avertissant que le Japon va devenir « un pays insulaire… complètement oublié », prévient-il, comparé à la Chine, « le Japon a perdu sa compétitivité ».

Masayoshi Son a une fortune nette estimée à 18,9 milliards de dollars et dirige SoftBank, une entreprise d’investissements et de télécommunications mobiles qui a réalisé un chiffre d’affaires de 81 milliards de dollars en 2017. Softbank a investi 35 milliards de dollars en 2017 dans le cadre de 100 transactions, dont des investissements dans la société de coworking en difficulté WeWork et l’application Uber.