We Company, la start-up proposant des lieux de coworking anciennement connue sous le nom de WeWork, a déclaré lundi soir, en décembre, qu’elle avait déposé en toute confidentialité une demande d’inscription en Bourse et devient ainsi la dernière licorne en date à tester les marchés publics.

Lancée à New York en 2010, WeWork a commencé par louer des bureaux au prix de gros et les rénover pour créer un espace de travail partagé pour les entreprises et les particuliers à la recherche d’un endroit pour répondre aux e-mails sans engagement de bail commercial.


En 2017, Forbes US a rapporté que WeWork était l’une des start-up qui rapportait le plus en Amérique, d’une valeur estimée à 45 milliards de dollars. Elle s’est fortement appuyée sur des investissements extérieurs pour se maintenir à flot sur certains des marchés immobiliers les plus surpeuplés et les plus chers du monde. Selon PitchBook, la société de holding Softbank de Masayoshi Son a investi plus de 8 milliards de dollars et sa valeur s’élève à 47 milliards de dollars.

L’entreprise a déclaré des recettes de 1,8 milliard de dollars en 2018, soit le double de ceux de l’année précédente, mais elle a déclaré une perte encore plus importante de 1,9 milliard de dollars.

“Notre évaluation et notre taille aujourd’hui reposent davantage sur notre énergie et notre spiritualité que sur un multiple de nos recette”, a déclaré le cofondateur et PDG Adam Neumann à Forbes US en 2017.