Qatar Airways n’a jamais cessé de voler pendant la crise, offrant flexibilité commerciale et vols de rapatriement. Une stratégie ayant permis à la compagnie du Golfe de sortir renforcée en termes d’image, mais aussi de prendre une longueur d’avance sur ses concurrents. Innovations technologiques, transformations écologiques, ouvertures de nouvelles lignes… autant de facteurs qui amènent l’avionneur à regarder l’avenir avec beaucoup de sérénité. Loin du pilotage serré de ses pairs, Qatar Airways met déjà le cap sur 2022 et le grand rendez-vous du Mondial de football. Tour d’horizon avec Thierry de Bailleul, Vice-président des Ventes Europe.

 

Aujourd’hui, quelle est votre situation dans un écosystème aérien très sinistré ?

Thierry de Bailleul : Qatar Airways est en effet l’une des rares compagnies aériennes mondiales à n’avoir jamais cessé de voler pendant la crise, travaillant avec diligence pour être la première compagnie aérienne au monde en termes de sécurité, d’innovation et d’expérience client. Nous avons donc utilisé cette crise comme une occasion de renforcer la fidélité à la marque. Nous avons reçu un excellent accueil de la part des clients. Ceci est principalement dû à notre stratégie gagnante basée sur 3 piliers simples.
Notre programme de vols est stable et honnête : nous proposons ce que nous avons l’intention d’opérer, contrairement à d’autres transporteurs qui sont fortement susceptibles d’annuler des services, plaçant les clients dans une situation difficile. Ainsi, vous pouviez nous faire confiance pendant la pandémie et plus encore aujourd’hui (remboursements et changements de réservation gratuits, échange gratuit du billet contre un bon de voyage d’une valeur supplémentaire de 10 %…).
Nos mesures de sécurité sont parmi les plus fortes :  nous avons une plus grande expérience des vols long-courriers que n’importe quelle autre compagnie aérienne, ce qui nous a permis d’accumuler une expérience inégalée sur la manière de transporter des passagers de manière sûre et fiable en ces temps difficiles. Qatar Airways est devenue la première compagnie aérienne au monde à obtenir la prestigieuse note de sécurité 5 étoiles COVID-19 décernée par l’organisme international de notation du transport aérien, Skytrax. Ce succès fait suite à la récente réussite de l’aéroport international Hamad, qui est devenu le premier aéroport du Moyen-Orient et d’Asie à recevoir la note de sécurité 5 étoiles COVID-19 de Skytrax.
Nous sommes aussi reconnaissants du soutien que nous avons reçu de la part des gouvernements et entités locales et nationales, avec lesquels nous travaillons en étroite collaboration pour vaincre cette pandémie. Nous avons établi de nombreux partenariats stratégiques à l’échelle mondiale grâce à l’approche que nous avons choisie.

 

Votre stratégie d’exploiter plus de vols pour gagner plus de parts de marché a-t-elle été payante ? Avez-vous des chiffres à nous partager ? 

T. d. B. : Qatar Airways assure actuellement près de 1 000 vols hebdomadaires vers plus de 130 destinations dans le monde. De nombreuses villes sont desservies par un programme solide avec des fréquences quotidiennes ou plus. Nous nous concentrons non seulement sur la reprise des destinations, mais aussi sur l’exploitation d’autant de fréquences que possible pour permettre à nos passagers de voyager où et quand ils le souhaitent. Avec l’ajout de nouvelles fréquences vers les principaux hubs, Qatar Airways offre une connectivité inégalée aux passagers, leur permettant de changer facilement leurs dates de voyage ou leur destination s’ils le souhaitent.

Depuis le début de la pandémie, nous avons lancé 7 nouvelles destinations – Abuja, Nigeria ; Accra, Ghana ; Brisbane, Australie ; Cebu, Philippines, Luanda, Angola ; San Francisco, USA ; et Seattle, USA. Au plus fort de la saison d’été 2021, Qatar Airways prévoit d’exploiter plus de 1 200 vols hebdomadaires vers 23 destinations en Afrique, 14 dans les Amériques, 43 en Asie-Pacifique, 43 en Europe et 19 au Moyen-Orient.


 

Les A380 ne sont plus justifiables tant d’un point de vue économique qu’environnemental. C’est pourquoi Qatar Airways a immobilisé sa flotte d’Airbus A380. Jusqu’à ce que la demande de passagers atteigne des niveaux appropriés, Qatar Airways continuera à immobiliser ses A380 au sol

 

Thierry de Bailleul © Qatar Airways

 

Combien de temps la crise risque-t-elle de durer dans le secteur aérien ? 

T. d. B. : Bien que nous ayons constaté une nette progression au cours de l’année 2020, la nature de cette crise rend difficile l’établissement de prédictions fiables. Nous pensons que les voyages vont reprendre progressivement, limités par les restrictions d’entrée plutôt que par la confiance des clients. Les gens auront envie de voyager à nouveau, de découvrir le monde, de rencontrer leurs amis et leur famille, et les voyages d’affaires reprendront. Le voyage fait définitivement partie de l’ADN humain.  À bien des égards, les restrictions ont permis aux gens de se rendre compte à quel point la possibilité de voyager était précieuse et était peut-être considérée comme acquise. Nous prévoyons que l’offre correspondra étroitement à la demande, car les compagnies aériennes disposent d’avions disponibles pour répondre à ce retour mesuré des passagers. Nous pensons que les tarifs resteront compétitifs à mesure que la demande reviendra et que les gens reprendront le chemin du ciel. 

 

L’A380 et le B747, les deux long-courriers emblématiques d’Airbus et de Boeing sont sur le point de faire leurs derniers tours de piste. Trop difficiles à remplir, trop chers et trop gourmands en kérosène, ces gros porteurs sont des victimes collatérales de la crise. Dans ce mouvement, quelle direction prenez-vous chez Qatar Airways ? 

T. d. B. : Les A380 ne sont plus justifiables tant d’un point de vue économique qu’environnemental. C’est pourquoi Qatar Airways a immobilisé sa flotte d’Airbus A380. Jusqu’à ce que la demande de passagers atteigne des niveaux appropriés, Qatar Airways continuera à immobiliser ses A380 au sol, afin de s’assurer qu’elle n’exploite que des appareils responsables sur le plan commercial et environnemental. Nous en avons mis cinq hors service de manière permanente et nous allons réfléchir à l’avenir des cinq autres. En outre, nous exploitons la flotte la plus efficace et la plus propre de notre secteur, avec 53 appareils A350 et 30 B787 sur la plupart des liaisons. Une flotte moderne et respectueuse de l’environnement fait de Qatar Airways un leader dans sa catégorie, aucun gros quadrimoteur ne volant actuellement.
Au cours des derniers mois de 2020, Qatar Airways a pris livraison de trois Airbus A350-1000 (flotte dont l’âge moyen est de 2 ans et 6 mois). 

 

La pandémie mondiale a également accéléré l’innovation dans tous les secteurs d’activité. Comment Qatar Airways se réinvente pour rester leader dans le monde d’après ?

T. d. B. : L’innovation dans l’industrie de l’aviation était en hausse même avant la COVID-19, cependant, cette pandémie a accéléré l’intégration des opérations sans contact et les transformations numériques. L’aéroport international Hamad met en œuvre des solutions innovantes pour maintenir les plus hauts niveaux d’hygiène, notamment l’utilisation de robots de désinfection, le contrôle de la température et la désinfection des bagages par rayonnement ultraviolet. Nous avons poussé l’innovation numérique plus loin dans le secteur et mis en œuvre les dernières mesures de sécurité et d’hygiène à bord, tout en mettant en place des points sans contact tout au long du voyage du passager au sol.
À bord, nous avons récemment introduit le système Honeywell Ultraviolet Cabin, doté de bras UV extensibles qui désinfectent les sièges, les surfaces et les cabines des avions à l’aide de rayons UV. Ce dispositif est utilisé comme une étape supplémentaire après la désinfection manuelle à bord. Grâce à l’innovation et à la technologie, nous prévoyons non seulement d’améliorer l’expérience client, mais aussi de garantir des niveaux de sécurité optimaux.
Qatar Airways sera également bientôt la première compagnie aérienne mondiale à offrir aux passagers la technologie 100% « Zero-Touch » pour son système primé de divertissement à bord Oryx One sur toute la flotte A350, dans le cadre des dernières mesures de sécurité COVID-19 de la compagnie. Une autre solution innovante pour l’ensemble du secteur de l’aviation est le IATA Travel Pass. Nous sommes fiers de dire que Qatar Airways est la première compagnie aérienne du Moyen-Orient à avoir commencé à tester depuis mars 2021, la nouvelle application mobile « Digital Passport » de l’IATA, en partenariat avec l’IATA, le Ministère de la Santé Publique du Qatar, la Primary Health Care Corporation et la Hamad Medical Corporation.
Le IATA Travel Pass garantit aux passagers de recevoir des informations actualisées sur les réglementations sanitaires relatives au COVID-19 dans leur pays de destination. L’application respecte également les réglementations mondiales strictes en matière de confidentialité des données afin de permettre le partage des résultats d’un test COVID-19 avec les compagnies pour vérifier qu’ils sont autorisés à voyager. 

 

Alors que les campagnes de vaccination s’accélèrent, il y a l’espoir de voir une amélioration de la situation générale. Réalistement, sur quels scénarios travaillez-vous pour le grand rendez-vous de l’été ? Et à horizon fin 2021 ?

T. d. B. : Le secteur de l’hôtellerie au Qatar a fait beaucoup d’efforts pour que les visiteurs puissent profiter d’une visite en toute sécurité lorsque ses frontières rouvriront, et je pense que les voyageurs seront impatients de voir ce que nous avons à offrir, d’autant plus que l’intérêt pour le Qatar grandira à l’approche de la Coupe du monde de la FIFA 2022. À l’aéroport international Hamad, les préparatifs en vue de la croissance attendue du trafic sont en bonne voie. Le projet d’expansion de l’aéroport permettra d’augmenter sa capacité à plus de 58 millions de passagers par an d’ici 2022.
En outre, Qatar Airways, en partenariat avec Qatar Airways Holidays, lancera bientôt des formules de voyage sur-mesure pour visiter le Qatar à l’occasion de la Coupe du monde de la FIFA 2022.

© Qatar Airways

 

Il y a également un autre temps fort à venir en 2022 qui placera le Qatar et la compagnie Qatar Airways au centre du monde… avec la Coupe du monde de football. Êtes-vous préparé au scénario du pire avec un événement à huis clos à l’instar des J.O de Tokyo ? 

T. d. B. : À titre personnel, j’espère que d’ici l’automne 2022, le programme mondial de vaccination sera très avancé et que le tournoi – dont la France est bien sûr le champion en titre – sera un grand succès. Nous constatons déjà que certains supporters sont autorisés à revenir aux matchs de football au Royaume-Uni, par exemple.

 

<<< À lire également : Les 6 plus grandes compagnies aériennes américaines cumulent 35 milliards de perte >>>