Trois des six plus grandes compagnies aériennes américaines ont déclaré jeudi des pertes nettes combinées d’environ 14 milliards de dollars (11,5 milliards d’euros) pour l’ensemble de l’année 2020, marquée par la pandémie. Cela vient s’ajouter aux 20,9 milliards de dollars (17 milliards d’euros) de pertes nettes combinées déjà signalées par les trois autres grandes compagnies.

  • American Airlines, la plus grande compagnie aérienne américaine, a déclaré avoir perdu 9,5 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros), y compris les éléments comptables spéciaux, pour l’ensemble de l’année, et 2,2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) au quatrième trimestre.
  • Southwest Airlines, qui transporte plus de passagers intérieurs que toute autre compagnie aérienne américaine, a enregistré une perte de 3,1 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros) pour l’année entière et de 908 millions de dollars (7,5 millions d’euros) au quatrième trimestre.
  • JetBlue Airways a déclaré avoir perdu près de 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) pour l’année entière et 381 millions de dollars (314 millions d’euros) au quatrième trimestre.

Les actions d’American Airlines ont ouvert en hausse de plus de 40 % jeudi matin avant de rendre environ la moitié de ce gain en fin de matinée. Mais l’analyste de Raymond James, Savanthi Syth, a déclaré que ce grand mouvement est « clairement sans rapport avec ses bénéfices ».

Comme d’autres analystes, Savanthi Syth a déclaré que la grande activité sur le marché des actions d’American Airlines, qui a débuté mercredi, est due à l’application par les traders d’un short squeeze sur American Airlines, qui a de loin le plus grand pourcentage de ses actions à découvert parmi les transporteurs américains. Dans un tel cas, les petits investisseurs institutionnels et les particuliers augmentent considérablement le prix de l’action afin de créer des opportunités de profit à court terme grâce à la vente de ces actions, contrairement aux fonds spéculatifs et autres qui ont créé d’importantes positions courtes pour tenter de tirer profit de la sous-performance d’une entreprise sur le marché.

Savanthi Syth a également noté que les commentaires des dirigeants américains lors d’une conférence téléphonique avec les analystes et les journalistes jeudi, selon lesquels ils ne s’attendent pas à ce que le premier trimestre de cette année produise une croissance des revenus ou de la demande par rapport au décevant quatrième trimestre, étaient probablement un effort de la société pour réduire les attentes déjà surchauffées des investisseurs d’une reprise qui s’amorce à court terme.

Contrairement à ses homologues de Delta Air Lines et United Airlines qui, au début de ce mois, ont parlé avec plus d’optimisme d’une reprise de la demande commençant peut-être même avant le début de l’été, le PDG américain Doug Parker a déclaré qu’il ne voyait pas de signes clairs d’une telle reprise. « Nous avions espéré que la demande augmenterait, pas tellement d’ici avril, mais pour l’été, et que nous accélérerions vers l’été, ce qui n’a pas encore été le cas », a déclaré Doug Parker.

Vasu Raja, le directeur des recettes d’American Airlines, a déclaré que les réservations de voyages internationaux ont diminué de moitié au cours des deux dernières semaines, par rapport aux deux premières semaines de janvier. Cela, a-t-il suggéré, est en réaction aux nouvelles réglementations concernant les tests Covid-19, les quarantaines pour les voyageurs et même les interdictions de voyager introduites dans un certain nombre de pays.

Les responsables d’American Airlines ont déclaré que la société avait réduit son taux d’érosion des liquidités à environ 30 millions de dollars (24 millions d’euros) par jour au cours du quatrième trimestre, contre 100 millions de dollars (82 millions d’euros) par jour en avril dernier, au début de la pandémie.

En incluant 9 milliards de dollars (7 milliards d’euros) de subventions et de prêts fédéraux, plus 13 milliards de dollars (11 millions d’euros) supplémentaires levés par le biais de la vente de dettes et d’actions en 2020, moins les pertes quotidiennes continues, la compagnie aérienne basée à Fort Worth prévoit maintenant de terminer le trimestre en cours en mars avec environ 15 milliards de dollars (12 milliards d’euros) de liquidités disponibles.

Southwest Airlines, basée à Dallas, a perdu de l’argent sur une année entière pour la première fois depuis 1972, qui était sa première année de fonctionnement. La perte annuelle de ce qui est maintenant depuis cinq décennies la compagnie aérienne la plus rentable au monde n’a rien de surprenant. Mais elle illustre à quel point la pandémie de Covid-19 et le quasi-effondrement de la demande de voyages qui en a résulté ont été dévastateurs pour les compagnies aériennes du monde entier.

Comme ses homologues d’autres compagnies, Gary Kelly, le PDG de Southwest Airlines, a été pressé par les analystes et les journalistes d’annoncer les résultats du premier trimestre de la compagnie, alors qu’il s’attendait à une reprise de la demande. Mais il a habilement évité de tomber dans le piège que plusieurs autres ont tendu en spéculant ou en prédisant carrément le début d’une reprise significative de la demande de voyages, dans certains cas, dès ce printemps.

« Un objectif, bien sûr, serait d’atteindre un cash burn nul d’ici la fin 2021, mais cela reste imprévisible », a déclaré M. Kelly, ajoutant plus tard que « tout est une question de demande. Quand la demande reprendra-t-elle vraiment ? »

« Avec des nouvelles encourageantes sur le front des vaccins, nous espérons voir un retour à la croissance de la demande cette année, mais en attendant, nous restons très prudents », a-t-il déclaré.

Néanmoins, en vantant les succès de Southwest Airlines dans la réduction de ses coûts d’exploitation pendant la pandémie d’une manière qui sera, dans une certaine mesure, maintenue même après le retour de la demande de voyages à quelque chose qui ressemble à la normale, M. Kelly a clairement indiqué que l’objectif de la compagnie continue à émerger de l’ère de la pandémie en tant que première compagnie aérienne du pays (ce qu’elle était déjà à bien des égards avant la pandémie).

« Je suis encouragé par le fait que nous continuons à disposer de nombreux atouts et que nous allons nous hisser au sommet du secteur », a-t-il déclaré, en soulignant le bilan, l’identité de marque, l’efficacité opérationnelle et la réputation du service à la clientèle de Southwest Airlines, qui sont les meilleurs du secteur, ainsi que ses avantages en termes de coûts d’exploitation, désormais réduits mais toujours considérables, par rapport à tous ses concurrents aériens traditionnels.

Savanthi syth a déclaré que si la perte de Southwest Airlines au quatrième trimestre et la performance d’exploitation globale ont dépassé les attentes des analystes, le commentaire de la compagnie aérienne « était légèrement plus prudent » que les récents commentaires des autres transporteurs sur les mois à venir. Elle a noté que Southwest Airlines a clairement indiqué que ses tendances actuelles en matière de réservation de passagers « n’indiquent pas d’amélioration significative jusqu’en mars ».

JetBlue Airways, qui a souffert du fait qu’une grande partie de sa capacité soit connectée à New York, sa ville natale, où la demande a été nettement plus faible que sur d’autres marchés en raison de l’impact disproportionné du virus dans cette ville et en raison des quarantaines plus strictes de cet État et d’autres réponses à la crise, a vu ses revenus chuter de 67 % par rapport au quatrième trimestre de 2019. Mais il s’agit en fait d’une performance supérieure de 3 points de pourcentage aux prévisions et d’une amélioration de 9 points de pourcentage par rapport à la baisse de revenus du troisième trimestre.

Le PDG Robin Hayes a indiqué que la compagnie JetBlue Airways était très prudente quant à la planification de l’ajout de capacité supplémentaire dans ses opérations au printemps et à l’été, et dans la seconde moitié de l’année, car la société ne voit pas encore les signes d’une reprise de la demande de construction qui justifierait de telles augmentations de capacité.

« Nous voulons planifier de manière conservatrice, prudente. Nous ne voulons pas construire un plan dépendant d’une énorme reprise », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il est plus facile d’augmenter la capacité relativement rapidement que de la réduire si les améliorations attendues de la demande ne se concrétisent pas.

« Chez JetBlue Airways, nous savons comment rétablir rapidement cette capacité supplémentaire si la demande est là », a-t-il déclaré.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dan Reed 

<<< À lire également : Classement Des Meilleures Compagnies Aériennes 2020 >>>