La partie supérieure de la maquette MK-1 du vaisseau Starship a explosé lors d’un test de pression effectué sur le prototype SpaceX au Texas. Des caméras tierces diffusant la construction de l’appareil en direct ont enregistré des images de l’incident.

Le PDG et fondateur de l’entreprise, Elon Musk, a dédramatisé la situation, répondant sur Twitter que l’appareil visait à aiguiller les équipes de production, mais affirmant que la conception des appareils de vol était relativement différente.

 


 

Dans une déclaration faite par e-mail, SpaceX a déclaré : « L’objectif du test d’aujourd’hui était de pressuriser les systèmes au maximum, ainsi ce résultat n’était pas complètement inattendu. Nous ne déplorons aucun blessé et il ne s’agit pas d’un contretemps grave ».

Starship constitue la nouvelle génération de programme d’exploration spatiale de la société d’Elon Musk, qui vise à proposer des vols pour la Lune, Mars et d’autres destinations potentielles. Lors d’une conférence téléphonique organisée par la NASA plus tôt dans la semaine, la directrice de l’exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell, a annoncé que l’entreprise pourrait faire atterrir un appareil Starship sur la Lune d’ici 2022. Pour l’instant, impossible de savoir si l’incident pourrait avoir des répercussions sur cet objectif ambitieux, mais la déclaration de SpaceX indiquait que l’équipe Starship était « concentrée sur la construction du prototype Mk-3, qui est conçu pour rester en orbite ».

Ce n’est pas la première fois que SpaceX essuie un échec, que ce soit en phase de test ou sur la rampe de lancement. En 2016, un lancement commercial du lanceur Falcon 9 échoue, tout comme le test de son appareil habité Dragon, plus tôt la même année. Mais l’entreprise a tendance à rebondir facilement après de tels ratés, les considérant comme une composante à part entière du processus itératif d’amélioration de ses produits.