Sauver le cœur des femmes, c’est le but ultime de la fondation Ajila à travers son annuel Red Défilé. Pour cette troisième édition, vingt-neuf égéries de tous les horizons sont venues défiler en rouge le vendredi 15 novembre au somptueux Marriott Champs-Élysées pour apporter leur soutien à la lutte contre les maladies cardiovasculaires. Plus de 300 personnes étaient réunies lors d’une soirée festive, glamour et surtout porteuse d’un message de sensibilisation pour les femmes du monde entier.

C’est au terme d’un discours chargé en émotions qu’Isabelle Weill, fondatrice d’Ajila et instigatrice de la cause du cœur des femmes en France, fait rentrer en scène ses égéries toutes habillées de rouge par de grands créateurs. « Les maladies cardiovasculaires tuent une femme sur trois, soit beaucoup plus que tous les cancers réunis. Il faut absolument informer, sensibiliser et prévenir les femmes de ce fléau, et c’est pour ça que je me suis lancée dans ce combat. C’est un tueur silencieux. Les femmes ne s’écoutent pas et passent à côté de pathologies qui peuvent s’avérer très graves ». De ce postulat est née l’idée de ce défilé pour communiquer un message positif grâce aux égéries et aux designers qui les subliment d’années en années dans un spectacle festif. Journalistes, auteures, cheffes, entrepreneures, aventurières et même championnes olympiques se sont succédé sur le tapis rouge du Marriott. « Ces femmes de tous les univers me surprennent par leur volonté de se mobiliser toute l’année », ajoute Isabelle Weill. Cette année, la lieutenante sapeur-pompier Sabrina Depret défilait vêtue de son uniforme pour sensibiliser sur la nécessité d’avoir des femmes volontaires pompier.

Sabrina Depret défilait dans son uniforme de sapeur-pompier en compagnie d’Isabelle Weill. Photo : Aurora Troise

 

Faire battre le cœur des femmes

Sensibiliser, c’est le maître mot de l’événement qui, dans une atmosphère divertissante, véhicule un message de prévention de la plus haute importance. Les maladies cardiovasculaires chez la femme sont une problématique de santé publique dont on parle peu, et c’est ce que souhaitent faire changer Ysaora Thibus, Véronique Mounier ou encore Cyrielle Hariel en participant au Red Défilé. Les maladies cardiovasculaires se manifestent à cause d’une mauvaise hygiène de vie, et c’est en général un message que les femmes ont du mal à entendre. « C’est une façon glamour de parler des maladies cardiovasculaires chez la femme. Organiser un beau défilé dans un bel endroit avec de jolies robes passe mieux le message qu’un simple discours moralisateur », raconte Margaux de Frouville, dernière égérie à défiler. Si pour la journaliste santé de BFMTV, il est plus facile de s’adresser et de provoquer un impact chez les trentenaires et les quadras, chaque femme peut se retrouver dans la trentaine de personnalités féminines engagées, puisque tous les âges, les horizons de métiers et les ethnicités sont représentés. L’important est de faire comprendre que chaque femme est concernée.

Les égéries dans les coulisses du défilé (de gauche à droite) : Margaux de Frouville, Gaëtane Meslin, Stéphanie de Muru, Sandra Gandoin, Candice Mahout et Karine de Ménonville. Photo : Aurora Troise

 

Du soutien et de l’espoir

Si pour Isabelle Weill, le chemin est encore long, de réels progrès ont été fait en mesure de prévention et de formation aux gestes de premier secours grâce aux actions menées par l’association depuis 2011. C’est sur le modèle de la American Heart Association et son mouvement Go Red for Women qu’elle décide de créer cette fondation en soutien d’une cause qui lui tient à cœur. « J’essaye, à mon niveau, d’aider les jeunes femmes entrepreneures, et de faire passer des messages de santé parce que pour être dans le monde de l’entrepreneuriat, il est indispensable d’être en bonne santé, et il est difficile de faire de la prévention pour les femmes, puisqu’elles ont tendance à se prendre en charge qu’après avoir pris en charge leur famille. C’est cela que j’essaie de changer à travers ma fondation ». Pour les égéries, il en va de même. Pour certaines ayant des antécédents de pathologies cardiaques, il était évident de rejoindre le mouvement, mais il était tout aussi flagrant pour les autres en tant que femme, de soutenir une lutte qui pourrait un jour les concerner de près. La chose la plus logique à faire est donc de prévenir. Cela passe par une bonne hygiène de vie et une attention constante portée sur soi. « Tous les six mois, je fais tous les examens nécessaires pour la prévention des maladies cardiovasculaires. Je fais du sport, mais surtout, j’ai toujours de la joie et ça c’est bon pour le cœur », raconte l’influenceuse brésilienne Cacau Sitruk. Influenceuses, journalistes, sportives, c’est grâce à toutes ces femmes d’influence que chaque année, le Red Défilé et le mouvement Sauvez le cœur des femmes gagnent en visibilité. « Grâce au défilé, on fait passer encore plus de messages. On arrive à quantifier réellement notre notoriété et à sensibiliser les jeunes femmes », ajoute Isabelle Weill.

Écouter son cœur, c’est la conclusion d’un événement glamour, porteur d’un message grave mais chargé d’espoir pour Isabelle Weill et ses égéries, plus présentes que jamais chaque année pour combattre le fléau des maladies cardiovasculaires en sensibilisant le plus grand nombre.