Elon Musk a évoqué lors d’une interview sa méthode pour se lancer dans une nouvelle activité mais aussi son rapport à Twitter et à l’actualité.

Lors d’une interview avec le lieutenant général John F. Thompson à l’occasion de la première journée de fête du United States Air Force Space, à San Francisco, Elon Musk a répondu la semaine dernière à diverses questions sur la création d’entreprises et sa position de leader dans l’industrie spatiale.

Au sujet du secteur spatial, Elon Musk a insisté sur le véritable problème qu’il reste à résoudre : la fabrication d’un « système de lancement orbital réutilisable entièrement et rapidement. Ce serait le Graal ». Selon l’homme d’affaires, le fait que les lanceurs soient encore aujourd’hui jetables, bien que certaines parties puissent être réutilisées, constitue l’obstacle principal du secteur et empêche de faire baisser le coût des vols spatiaux. Il ajoute que si les gens trouvent ridicule l’idée d’appareils aérospatiaux à usage unique, « c’est comme ça que fonctionnent les lanceurs ».

Elon Musk a également partagé sa méthode pour se lancer dans un nouveau business : « Je ne fais aucune étude de marché. Si vous n’aimez pas le produit, vous ne pouvez pas attendre des autres qu’ils l’aiment non plus ».

Il a également déclaré qu’il faisait de son mieux pour s’assurer que ses équipes ne perdent pas de vue le tableau d’ensemble : « Chacun devrait pouvoir être ingénieur en chef. Chacun devrait pouvoir comprendre, au moins de manière superficielle, le fonctionnement du lanceur fini ou de la voiture finie, même s’ils ne sont pas experts en la matière ». Cela permet ainsi de s’assurer que le travail de ses équipes est optimisé pour le produit dans son ensemble plutôt que pour un aspect précis de celui-ci.

Interrogé sur son équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, Elon Musk a semblé un peu amer, affirmant chercher uniquement à être le plus productif possible, ne prenant des pauses que rarement pour travailler le plus possible. Pour garder la forme, il annonce soulever quelques poids et passer 15 à 20 minutes par jour sur son tapis de course. C’est aussi à ce moment qu’il regarde la télévision. Son dernier film en date ? Space Jam.

Mais le fait de tout miser sur le travail peut aussi avoir un prix. Elon Musk s’est forgé une réputation de leader lunatique, et son entreprise de voitures électriques Tesla a connu de nombreux départs ces derniers temps. Tesla a par ailleurs fait l’objet de poursuites judiciaires de la part d’anciens employés alléguant des comportements racistes sur le lieu de travail et des représailles contre les dénonciateurs, entre autres. La société a nié les allégations ci-dessus.

Niveau lecture, l’entrepreneur essaie surtout de se concentrer sur des revues scientifiques et techniques, et évite l’actualité. Il dit : « Je trouve l’actualité quotidienne très bruyante. Il semblerait que les journaux tentent de répondre à la question : “Quelle est la pire chose qui soit arrivée sur Terre aujourd’hui ?” ». Il a par ailleurs réitéré son amour bien connu pour les réseaux sociaux : « Je trouve que Twitter est parfois édifiant ».

Si sa déclaration au sujet de Twitter a fait sourire la foule, les investisseurs de Tesla l’ont sans doute moins appréciée. En effet, plus tôt dans l’année, son utilisation de Twitter à l’égard de Tesla a provoqué une bataille juridique très médiatisée avec la U.S. Securities and Exchange Commission, qui s’est terminée par un règlement lui imposant des règles strictes sur son utilisation des réseaux sociaux.

Mais à mesure que les questions business se poursuivaient, Elon Musk est devenu plus calme et replié sur soi, avant presque de contester sa présence sur scène : « Pour être honnête, je ne me considère pas comme un grand expert en leadership. Nous nous en sortons bien, mais je vois bien que nous faisons aussi beaucoup d’erreurs ».