MasterCard et Visa enquêtent sur leurs liens financiers avec Mindgeek, la société mère du site de vidéos pour adultes Pornhub. Selon un article du New York Times, le site proposait des vidéos d’enfants et d’agressions sexuelles.

La semaine dernière, le journaliste Nicholas Kristof a rapporté que Pornhub monétisait des vidéos présentant « des viols d’enfants, du revenge porn, des vidéos spycam de femmes prenant une douche, des contenus racistes et misogynes, et des images de femmes asphyxiées dans des sacs en plastique ». Dans son article, il cite des exemples de vidéos sur le site web montrant des agressions sexuelles sur des filles âgées de 9 à 15 ans.

Citant l’article du New York Times, l’investisseur milliardaire Bill Ackman a demandé l’adoption d’une loi qui obligerait les sites de vidéo pour adultes à examiner tout leur contenu et à valider l’âge et le consentement des participants avant d’autoriser le téléchargement de toute vidéo. L’Américain a déclaré sur Twitter : « Amex, VISA et MasterCard devraient immédiatement interrompre les paiements ou les retirer jusqu’à ce que cela soit réglé. C’est déjà le cas pour PayPal ». Par ailleurs, Visa « collabore activement avec les institutions financières concernées » et MindGeek pour enquêter sur les allégations. Le New York Times précise que si ces dernières sont avérées, Pornhub ne pourra plus accepter les paiements par Visa.

En réponse, le sénateur Josh Hawleya tweeté qu’il allait promulguer une loi visant à « donner l’autorisation fédérale de poursuivre en justice toute personne contrainte, victime de trafic ou exploitée par des sites comme Pornhub ».

Selon Reuters, American Express a déjà mis en place une politique interdisant l’acceptation de ses cartes sur les sites de contenu numérique pour adultes, et PayPal, dont la politique interdit son utilisation pour « certains matériels ou services à caractère sexuel », n’est plus disponible sur Pornhub depuis l’an dernier.

De son côté, Pornhub a nié toutes les allégations énoncées dans l’article du New York Times, affirmant être « engagé sans équivoque dans la lutte contre le matériel pédopornographique ». Le site assure également avoir mis en place « une politique de confiance et de sécurité complète et de pointe visant à identifier et à éradiquer le matériel illégal de notre communauté ». Reuters a également appris que Pornhub disposait d’une vaste équipe de modérateurs professionnels qui examinent manuellement « chaque téléchargement », mais aussi de technologies de détection automatisées.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : Zoom : Des Utilisateurs Victimes De Sextorsion >>>