En ce lundi 12 avril, la France a fait un pas de plus vers l’élargissement de la campagne vaccinale contre le Covid-19. Les plus de 55 ans sont désormais tous éligibles à la vaccination alors qu’il fallait être atteint de comorbidité jusque-là. Ils se verront administrer le vaccin AstraZeneca, qui leur est réservé à la suite de rares mais graves événements thromboemboliques, observés majoritairement chez des personnes moins âgées. 

Dans les semaines qui viennent, les plus de 55 ans pourront également recevoir un nouveau vaccin : celui de l’entreprise pharmaceutique américaine Johnson & Johnson. Ce dernier possède l’avantage de ne nécessiter, a priori, qu’une seule injection et peut être conservé durant trois mois à des températures de réfrigérateur standard. 

Pour continuer à accélérer la campagne vaccinale, l’espacement des deux injections de vaccin Pfizer et Moderna sera aussi rallongé de 28 jours à 42 jours, à compter du 14 avril. Après avoir été écarté par le gouvernement, Olivier Véran a finalement défendu cet allongement dans une interview accordée au JDD  : “les scientifiques estiment désormais avoir le recul suffisant” et « le niveau d’immunité des plus de 70 ans est suffisant pour espacer les deux injections sans perte de chance”.

 

<<< À lire également : Les premiers signaux d’espoir grâce aux vaccins anti-Covid >>>