L’Australie est le dernier pays en date à restreindre l’utilisation du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca dans les groupes d’âge plus élevés, par crainte qu’il ne soit lié à une forme très rare de coagulation sanguine. Les responsables insistent sur le fait que cette décision n’affectera pas les objectifs de vaccination du pays, mais pourrait ébranler la confiance du public dans le vaccin, qui reste la pierre angulaire des campagnes de vaccination mondiales.

 

Principaux faits

  • Le ministre de la Santé, Greg Hunt, a déclaré que le vaccin – auparavant recommandé pour les personnes âgées de 50 ans et plus – ne serait plus proposé aux personnes âgées de plus de 60 ans.
  • L’Australian Technical Advisory Group on Immunisation, le groupe d’experts du gouvernement, a recommandé ce changement après que 60 personnes ont été signalées comme ayant développé le trouble rare de la coagulation après avoir reçu le vaccin.
  • Le faible taux de cas en Australie et la possibilité d’acquérir d’autres vaccins signifient que le très faible risque de développer un caillot sanguin l’emporte désormais sur les avantages possibles, a déclaré le médecin-chef Paul Kelly, un raisonnement similaire utilisé par le Royaume-Uni lorsque le pays a restreint pour la première fois l’utilisation des vaccins AstraZeneca chez les jeunes en avril.
  • Les personnes qui ont déjà reçu la première dose d’AstraZeneca devraient se sentir en sécurité pour obtenir la seconde, a déclaré Paul Kelly, car le pays « n’a pas connu un seul cas de ce syndrome à la suite d’une seconde dose ».
  • L’Italie et la Grèce ont également décidé de restreindre l’utilisation du vaccin chez les personnes âgées de plus de 60 ans cette semaine, en invoquant des préoccupations similaires concernant les caillots sanguins et les progrès réalisés au niveau local dans la gestion de la pandémie.

 

Le contexte

Le déploiement du vaccin d’AstraZeneca, une alternative moins chère et plus pratique que les vaccins à ARNm, n’a pas été sans heurts, bien que les essais cliniques aient montré qu’il était sûr, bien toléré et efficace. Les craintes liées à la présence de caillots sanguins rares ont initialement conduit de nombreux pays à en restreindre l’utilisation aux plus jeunes, un conseil qui a été largement infirmé lorsqu’il a été établi qu’ils constituaient le groupe le plus exposé à ce risque. Les rapports faisant état de caillots sanguins dans des groupes plus âgés ont conduit de nombreux pays à limiter encore davantage les groupes d’âge et certains pays ont complètement cessé de les utiliser. Le vaccin Johnson & Johnson, qui repose sur une technologie similaire, a rencontré des problèmes semblables. La controverse et les allers-retours dans la prise de décision ont ébranlé la confiance du public dans le vaccin à travers le monde. Ce vaccin devrait jouer un rôle de premier plan dans les efforts mondiaux de vaccination, ce qui fait de la perte de confiance un obstacle important à surmonter.

 

Fait surprenant

Haïti, qui n’a pas encore reçu un seul vaccin Covid-19 et qui souffre d’épidémies, a initialement rejeté une offre de vaccins AstraZeneca de l’initiative de partage de vaccins Covax, demandant un autre type de vaccin.

Les autorités de réglementation ont insisté à plusieurs reprises sur la sécurité du vaccin AstraZeneca et ont souligné que tous les avantages l’emportaient sur les risques éventuels. Le chef du groupe de travail Covid-19 de l’Agence européenne des médicaments a réitéré cette position dimanche, déclarant à Reuters que ses commentaires, qui semblent soutenir la restriction chez les personnes âgées de plus de 60 ans, avaient été mal interprétés.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

 

<<< À lire également : Le Royaume-Uni va faire don de 100 millions de doses de vaccin Covid aux pays dans le besoin >>>