Le Royaume-Uni fera don d’au moins 100 millions de doses excédentaires de vaccin Covid-19 aux pays les plus pauvres au cours de l’année prochaine, a annoncé vendredi le Premier ministre Boris Johnson avant le sommet du G-7, au cours duquel les dirigeants mondiaux devraient présenter des plans pour vacciner la planète d’ici à la fin de 2022.

 

Principaux faits

  • Boris Johnson a déclaré que le « succès » du programme de vaccination du Royaume-Uni signifie que le pays peut donner les doses supplémentaires à « ceux qui en ont besoin ».
  • 30 millions de doses seront administrées d’ici la fin de l’année, dont cinq millions avant la fin du mois de septembre.
  • Environ 80% des doses seront distribuées dans le cadre de l’initiative de partage de vaccins de Covax, a déclaré Boris Johnson à la BBC, le cinquième restant faisant l’objet d’accords avec les différents pays.
  • Boris Johnson a exhorté ses homologues du G-7 – dont on s’attend à ce qu’ils annoncent dans les prochains jours leur intention de faire don d’un milliard de doses – à prendre des engagements similaires.
  • Les États-Unis ont déjà annoncé leur intention de faire don de 500 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech.

 

Le contexte

Les nations riches sont de plus en plus critiquées pour avoir accumulé des stocks de vaccins et vacciné des personnes à faible risque, alors que les pays plus pauvres ne peuvent toujours pas vacciner les personnes les plus exposées au risque de Covid-19. Cette inégalité suscite une indignation morale au sein de la communauté internationale, notamment en raison de l’opposition persistante de nombreux pays riches à la levée des restrictions de propriété intellectuelle sur les produits liés au Covid, mais aussi des préoccupations pratiques pour leur propre bien-être si la pandémie n’est pas maîtrisée ailleurs. Le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde, est maintenant la forme dominante du virus au Royaume-Uni et on pense qu’elle est beaucoup plus infectieuse que la souche Alpha qu’elle a supplantée. Elle semble également moins limitée par les vaccins utilisés et tant que le Covid-19 circule ailleurs dans le monde, il peut muter et former de nouveaux variants qui présentent toujours un risque pour les personnes entièrement vaccinées.

 

Critique importante

La décision de Joe Biden de faire don de 500 millions de doses a été saluée mais traitée avec scepticisme. Un militant d’Oxfam America, Niko Lusiani, l’a décrite comme « une goutte d’eau dans l’océan par rapport aux besoins dans le monde ». Certains politiciens britanniques ont fait écho à cette ligne après l’annonce de Boris Johnson, la députée Layla Moran déclarant que cela « ne reflète pas l’urgence morale de la situation à laquelle nous sommes confrontés ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

 

<<< À lire également : Covid-19 : Selon une étude britannique, 96 % des patients développent des anticorps après une seule injection du vaccin Pfizer ou AstraZeneca >>>