Pour évaluer approximativement dans quelle mesure le coronavirus a affecté la fortune de l’ex-président américain, nous avons examiné l’évolution du prix des actions similaires à chaque segment de son activité. L’immobilier commercial a clairement baissé, les actions de plusieurs sociétés, dont Boston Properties et Vornado Realty Trust, ayant plongé en moyenne de 37% entre le 1er mars 2020 et le 18 mars 2020, date à laquelle nous avons calculé les fortunes pour la liste des milliardaires. Des baisses similaires ont fait baisser la valeur des sociétés d’hôtellerie, des propriétaires d’appartements et des entreprises de golf. En utilisant ces baisses comme guide, nous avons appliqué des réductions aux chiffres de précoronavirus de Donald Trump, puis nous avons examiné les changements avec des experts du secteur.

 

Résultat : une évaluation de la fortune nette de 2,1 milliards de dollars, soit une baisse de 1 milliard de dollars en moins d’un mois. Cela va sûrement changer à nouveau, car chaque indice se comporte comme un électrocardiogramme. Cependant, selon Eric Anton, courtier immobilier à New York, « l’analyse est aussi bonne que n’importe quel autre moyen auquel je peux penser ».
Le cœur de l’empire Trump, dont l’ex-président est toujours propriétaire mais que ses fils Eric et Don Jr dirigent au quotidien, reste lié à l’immobilier commercial. Avant que le coronavirus ne vienne tout perturber, ces propriétés avaient une valeur estimée à 1,9 milliard de dollars, après déduction des dettes. Le 18 mars 2020, cette valeur était tombée à environ 1,2 milliard de dollars. Une partie du problème : Donald Trump possède plus de 11 600 mètres carrés d’immobilier commercial près de la Cinquième Avenue à Manhattan, un couloir commercial habituellement très animé. Aujourd’hui, c’est une ville fantôme virtuelle. Les bureaux ne semblent pas non plus être un investissement sûr de nos jours, surtout si l’expérience du travail à domicile aux États-Unis s’avère être un succès.

 

IMMOBILIER COMMERCIAL

En plus de ses biens commerciaux, l’ex-président possède plus de 500 unités résidentielles à travers le pays. Le « shutdown » s’est produit si rapidement qu’il n’y a pas encore beaucoup de données sur les ventes de maisons, ce qui rend difficile de déterminer la valeur de quoi que ce soit. « Il est peu probable que les acheteurs fassent le plus gros investissement financier de leur vie par le biais d’une visite virtuelle », déclare Jonathan Miller, expert en immobilier résidentiel à New York. Les marchés publics, cependant, indiquent une baisse des valeurs. Le cours des actions de cinq propriétaires d’appartements a chuté de plus d’un tiers, en moyenne, du 1er mars 2020 au 18 mars 2020.

 

IMMOBILIER RÉSIDENTIEL

La situation est encore plus désastreuse pour les propriétés hôtelières de Donald Trump. La Trump Organization avait essayé de vendre son hôtel à Washington, mais ces plans sont maintenant en suspens. Les entreprises de l’ex-président ont licencié plus de 550 employés, selon le Washington Post.

 

PROPRIÉTÉS HÔTELIÈRES

Lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche en mars, l’ex-président Donald Trump a répondu à une question concernant l’effet du coronavirus sur son entreprise : « Je suis très sous-endetté, donc c’est super ». Pas nécessairement à l’hôtel de Washington ou dans le club de golf de l’ex-président à Miami, cependant. La Deutsche Bank a remis à Donald Trump 170 millions de dollars pour rénover le Trump International Hotel et 125 millions de dollars supplémentaires pour le Trump National Doral à Miami, ce qui a généré 9,7 millions de dollars de bénéfices en 2018 (mesurés comme des bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement).

 

LICENCES ET GESTION D’HÔTELS

Donald Trump

L’impact sur le portefeuille de terrains de golf de Donald Trump dépend largement de la durée pendant laquelle le coronavirus maintient l’économie fermée. La bonne nouvelle, pour les investisseurs en golf, c’est qu’il est facile de se distancer socialement sur les parcours. La mauvaise nouvelle est que les clubs coûteux n’ont pas tendance à bien se porter en période de récession. « La première chose qui est supprimée du régime est le budget golf », déclare Jeff Davis, directeur général de la société de courtage de golf Fairway Advisors. La valeur de l’entreprise de Donald Trump, estimée à environ 271 millions de dollars au début du mois de mars, a chuté d’environ 20%.

 

TERRAINS DE GOLF

Donald Trump

Mar-a-Lago, le club le plus célèbre de l’ex-président, résiste peut-être mieux que le reste de ses clubs, même s’il a fait la une des journaux pour avoir accueilli des personnes qui ont ensuite été testées positives au coronavirus. Cela s’explique par le fait que la valeur de Mar-a-Lago s’apparente davantage à celle d’un trophée de milliardaire qu’à celle d’une entreprise en activité, ce qui semble protéger de l’impact de la récession actuelle.

 

TROPHÉES ET AUTRES PROPRIÉTÉS

Donald Trump

La partie la plus performante du portefeuille du Donald Trump est sa trésorerie. L’ex-président s’est débarrassé de ses actions il y a longtemps et garde maintenant environ 160 millions de dollars en toute sécurité sur des comptes en espèces. Cela semblait être un mauvais investissement ces dernières années, car le marché boursier a explosé et l’ex-président n’a pas profité des gains. Mais aujourd’hui, un rendement nul est un excellent rendement.

 

LIQUIDITÉS

Donald Trump

Au milieu de cette morosité, il y a encore de la place pour l’optimisme. Le marché boursier a augmenté de 3% depuis que Forbes a calculé ses évaluations de la valeur nette deux semaines plus tôt. Selon Joel Paige, un exploitant de centre de villégiature qui gérait autrefois Doral, avant que Donald Trump n’achète la propriété : « À mon avis, ce ne sera qu’un contretemps pour lui ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dan Alexander

 

<<< À lire également : Donald Trump dévoile la liste des républicains qu’il considère comme ses successeurs potentiels >>>