DOSSIERS | Joseph R. Biden Jr.  est le 46eme Président des Etats-Unis d’Amérique. Tout au long de la campagne, Biden a promis de guérir les profondes divisions du pays et de répondre avec force et responsabilité à la pandémie de Covid-19.

Trump est le premier président à perdre sa réélection depuis 1992, lorsque le président républicain George H.W. Bush a perdu contre le démocrate Bill Clinton. La vice-présidente de Biden, la sénatrice Kamala Harris, sera la première femme, la première noire américaine et la première asiatique américaine à occuper le poste de vice-présidente.

Qui est Joe Biden ?


Né en Pennsylvanie en 1942 et élevé au Delaware, Joe Biden a fréquenté la faculté de droit de l’Université du Delaware et de l’Université de Syracuse, pratiquant brièvement le droit avant d’entrer dans la politique locale du Delaware en tant que conseiller du comté de New Castle. Biden a été élu au Sénat américain du Delaware en 1972, battant un républicain titulaire à trois mandats à 29 ans pour devenir le plus jeune sénateur du pays – si obscur sur la scène nationale que le présentateur de NBC News Garrick Utley l’a appelé à tort «James Biden».

” Biden a siégé au Sénat pendant 36 ans, y compris au titre de président des comités des relations extérieures et de la magistrature du Sénat, et s’est présenté aux élections présidentielles en 1988 et 2008 avant de devenir vice-président du président Barack Obama de 2009 à 2017. Avec sa femme, Dr. Jill Biden, Biden a deux enfants, Hunter et Ashley, et sept petits-enfants.

Les chantiers du nouveau président

Après quatre ans de mandat, les États-Unis connaissaient déjà les projets du président Donald Trump en matière d’économie et de marché du travail. Avec l’élection de Joe Biden comme 46ème président des Etat-Unis, le pays devrait commencer à réexaminer de près ses politiques concernant l’économie et le marché de l’emploi.

L’emploi est devenu l’un des principaux enjeux de l’épidémie de la Covid-19. Plus de 65 millions d’Américains ont demandé des allocations chômage depuis le début de la pandémie. Des millions d’autres s’inquiètent de devoir garder le même emploi encore longtemps, sont sous-employés ou ont été contraints, contre leur gré, de se lancer dans l’économie à la tâche. Certains américains ont même pris une retraite anticipée en raison du manque d’offres d’emploi. Un retour d’environ 11 millions d’emplois a été constaté depuis la période creuse de mars, mais le chômage reste obstinément élevé et les grandes entreprises continuent de licencier un grand nombre de travailleurs.

Joe Biden a proposé un programme « Build Back Better » promettant de « créer des millions d’emplois bien rémunérés et de donner aux familles américaines qui travaillent les outils, les choix et la liberté dont elles ont besoin pour reconstruire leur avenir comme elles le souhaitent ». Son plan comporte plusieurs volets, dont des investissements massifs dans l’énergie verte, un plan d’infrastructure massif et le retour à l’emploi aux États-Unis.

Biden parie gros sur le fait de faire virer le pays vers l’énergie solaire, propre et verte. « Si elle est mise en œuvre de manière stratégique, notre réponse au changement climatique peut créer plus de 10 millions d’emplois bien rémunérés aux Etats-Unis », affirme-t-il. Selon lui, « l’avenir repose sur les énergies renouvelables » et cela créera « de bons salaires selon les syndicats ». Malheureusement, son plan défavorisera les travailleurs des secteurs du pétrole, du gaz, de la fracturation hydraulique et des combustibles fossiles.

Biden propose un plan massif de 700 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine. Il appelle à une législation « Buy American ». Cela implique de consacrer 400 milliards de dollars à l’achat de produits et de services américains. Le nouvel effort sur la construction et l’achat de produits fabriqués en Amérique stimulera la croissance et revigorera le secteur manufacturier en difficulté. Selon The Wall Street Journal, « ses propositions visent à réduire la dépendance de l’Amérique vis-à-vis des pays étrangers après que la pandémie a exposé les vulnérabilités des États-Unis et d’autres pays qui s’appuient sur des producteurs étrangers, comme la Chine pour les fournitures et équipements médicaux essentiels ». 300 milliards de dollars supplémentaires seront consacrés à la recherche et au développement axés sur les nouvelles technologies.

L’ancien vice-président reconnaît qu’il faudra augmenter les impôts (il a promis de ne pas augmenter les impôts des personnes qui gagnent moins de 400 000 dollars, soit 337 000 euros, par an) pour lancer un plan d’infrastructure d’environ 2 000 milliards de dollars. Ce programme permettrait de reconstruire les routes, les tunnels, les ponts, les aéroports et les systèmes de transport du pays qui s’effondrent. Cette initiative, similaire aux programmes de travail mis en place pendant la Grande Dépression, créerait environ 5 millions de nouveaux emplois, selon sa campagne. La charge fiscale des entreprises, des familles de classe moyenne-supérieure et classes aisées sera alourdie. L’augmentation des recettes fiscales permettra de soutenir les initiatives en matière de santé, d’éducation et de création d’emplois.

Nikki Haley, l’ancienne gouverneure de Caroline du Sud et ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, a fait part de ses préoccupations concernant les plans économiques de Joe Biden, en écrivant dans un post sur Facebook : « Le plan de M. Biden éliminerait environ cinq millions d’emplois au cours de la prochaine décennie. Une simple logique explique pourquoi : en augmentant les impôts et les charges réglementaires pesant sur les créateurs d’emplois, les entreprises de toutes tailles auront plus de mal à se développer ou à rester en activité ».

L’augmentation des taux d’imposition est considérée comme un frein financier pour les entreprises et les familles. Avec un pouvoir d’achat réduit, les consommateurs dépenseront moins d’argent pour acheter des biens et des services, ce qui réduira les revenus des entreprises. À mesure que les impôts augmenteront pour les entreprises, celles-ci auront moins de fonds pour payer les salaires et lancer de nouvelles initiatives commerciales.

Le plan global de Biden semble similaire à celui de Trump, dans la mesure où il veut se concentrer sur les États-Unis en fabriquant des produits chez lui, ce qui devrait créer de nouveaux emplois. Comme Trump, Biden souhaite défendre une philosophie « Buy American ». Un programme d’infrastructure est nécessaire et pourrait être une aubaine pour les ouvriers du bâtiment, les menuisiers, les plombiers, les électriciens, les ingénieurs, les architectes et autres cols bleus.

Le Green New Deal suscite une certaine appréhension. Les Américains peuvent craindre que ce programme soit détourné par une minorité du parti démocrate et finisse par faire des investissements désastreux qui ne donnent aucun résultat, tout en imposant des restrictions ruineuses au secteur du pétrole et de l’énergie, laissant de nombreux américains sans emploi.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jack Kelly

<<< À lire également : Le Storytelling Version Donald Trump Et Joe Biden >>>