Beaucoup pensent que dans notre pays, qui est orienté vers une économie de service dont le tourisme, il faudra attendre 2024 ou 2025 pour retrouver les chiffres de 2019. Afin de ne pas être fragilisé par cette chute du marché, il devient indispensable que vous vous investissiez vraiment dès aujourd’hui sur le marché chinois qui, lui, a déjà rebondi. 

 

Que s’est-il passé en Occident ?

Nous sommes un des continents du « temps court », et la majorité de nos décisions sont guidées par ce timing. On aura pu croire qu’après la crise de 2008, nous nous fûmes préparés à résister à un choc exogène. Mais ce ne fut pas le cas, et, avec la complicité des banques centrales, nos pays se sont enfoncés dans l’endettement, ce qui nous a encore plus fragilisés.  

Et que s’est-il passé en France ?

Nous étions persuadés que nous avions le meilleur système de santé du monde, et il s’est révélé que la France était un pays obèse. Obèse par sa dette proche de 100%, obèse par ses dépenses publiques supérieures à 50% du PIB.  Et dans notre pays en vacances ou RTT toutes les 7 semaines, on s’est vite rendu compte que le Covid s’attaquait tout d’abord aux obèses.

Le déclencheur de toutes les décisions fut le nombre de lits de réanimation

Malgré un pourcentage élevé de dépenses publiques, la France a pris conscience lors de cette crise que l’avenir de son économie dépendait de 5 500 lits de réanimation. Cela nous a amenés à réagir et non pas à agir, car nous n’étions pas préparés. Il fallut alors arrêter l’économie, et on a géré cette crise comme les crises pandémiques des siècles derniers.

Quand l’Allemagne, elle, avec 25% de son PIB généré par l’industrie, a pu produire rapidement ce qui faisait défaut, dont des respirateurs et autres équipements médicaux, la France, elle, qui avait vu son industrie manufacturière passer de 15 à 10% en vingt ans, s’est retrouvée fort dépourvue. Le pays qui avait tout misé sur les services, dont la distribution et le tourisme, n’avait alors pas d’autres choix que le confinement total ou arrêt de l’économie.

Que va-t-il se passer demain et après-demain ?

Dans nos pays qui rémunèrent de moins en moins les risques pris par les investisseurs, les politiques monétaires des banques centrales avec leurs taux bas ou négatifs fabriquent de la stagnation pour ne pas dire de la décroissance économique. Ces colossales émissions de monnaie nous amènent une vision dépressive de l’avenir. Alors que déjà l’investissement s’effondrait car nos budgets étaient depuis bientôt 40 ans de plus en plus consommés par les budgets de fonctionnement.

Comment réussir en Asie, en Chine là où se trouve votre avenir des prochaines années ?

Conseils pour réussir en Chine où c’est facile si on …

Tout d’abord, évitez d’être comme ces nombreux Français qui passent brièvement à Hong Kong, où ils y font un stop avant d’aborder le marché chinois. Tous sont certains qu’ils vont faire des miracles et la plupart échouent car trop impatients. 

Ce qui est à noter, c’est que tous ces Français se sont la plupart du temps beaucoup documentés sur la Chine, les marchés, les acteurs économiques dans leurs secteurs d’activités, mais très peu se sont documentés sur la culture chinoise. Alors que c’est seulement en la maîtrisant très bien que vous aurez quelques chances de réussir. Sachant aussi qu’il y a environ 33 000 Français résidants en Chine, alors qu’ils étaient 230 000 dans le Grand Londres avant le Brexit, on peut donc dire que les Français sont absents de Chine.

La Chine, un pays, une nation, un peuple est unique en son genre. Elle doit fasciner, elle peut choquer, mais si vous n’aimez pas la Chine, les Chinois, et la culture chinoise, vous ne réussirez jamais en Chine ! La dualité est partout en Chine, pays du Ying et du Yang.

Tout d’abord, il va falloir vous adapter à l’immensité, aux grands nombres, cela va tester vos limites. Si cela est votre premier voyage, vous vous apercevrez que ne maîtrisez aucun rouage (comme dans une montre à complication). En quelques mots, depuis la fin du communiste à la Mao, les Chinois n’ont aucune inhibition, aucune timidité, ils seront toujours prêts à discuter avec vous et à vous aider, même s’ils ne parlent pas votre langue ! Les Chinois vous souriront très souvent, le sourire n’a pas du tout la même signification que chez nous. Il exprime assez souvent une gêne ou l’incapacité à vous comprendre ou à vous répondre ou à vous dire non. Le mot Non n’est jamais utilisé en Chine, il faudra détecter la réponse alambiquée qui veut dire non !

Contrairement à ce que pense beaucoup d’Occidentaux, les Chinois sont assez honnêtes dans le business, mais, ils assument que vous avez intégré les non-dits.  Alors, si vous ne maîtrisez pas les rouages, vous passez à côté de beaucoup d’éléments d’analyse et de négociation !

Absence de hiérarchie

En Chine, il n’y a pas de hiérarchie, le patron prendra le thé, plaisantera avec l’Amah (Tea lady). Pendant la journée, perdre son temps à prendre le thé (Yam Tcha) est un art, c’est culturel, il faudra savoir apprécier le geste, la fragrance, les arômes. D’autre part, si vous devez vous déplacer en Chine, et visiter par exemple une usine dans le Nord, ne pas oublier qu’il y a plusieurs ethnies en Chine, avec des mentalités, des physiques différents ; vous changerez totalement d’univers, les gens de Beijing ne sont pas les gens de Shanghai, ou de Hong Kong. Il faudra vous adapter !

Enfin, on l’a oublié mais les Chinois sont novateurs. Le luxe et la perfection, il n’y a pas si longtemps, c’était eux, ne l’oubliez jamais, ils peuvent tout imaginer et le faire !

 

La Chine demain

Les Chinois on fait en trente-cinq ans ce qui nous a pris soixante-dix ! Il y avait au début des années 80, à Beijing, un seul hôtel acceptant les visiteurs étrangers, qui s’appelait alors le Péking Hotel, et aujourd’hui, les meilleurs hôtels du monde sont en Chine… La Chine est aujourd’hui le premier pays au monde par sa population, mais il faut savoir, que la population chinoise n’atteindra certainement jamais le 1,5 milliard d’habitants, elle plafonnera dans 15 ans pour ensuite décliner ! 

Dans les 20-25 ans, la Chine comptera alors entre 220 et 250 millions d’actifs de moins qu’aujourd’hui.  C’est considérable pour l’usine du monde et nous ne parlerons pas du déficit du nombre femmes, 104,9 hommes pour 100 femmes en Chine en 2010.

 

Enfin les trois points fondamentaux de la culture chinoise à connaître, clefs de votre réussite ou votre échec en Chine !

Le ou les Guanxis

Le, les « Guanxis », ou “système verrouillé”  ou “relations interpersonnelles”. Des relations fraternelles personnelles et amicales, sans lesquelles rien n’est possible. Lorsque votre partenaire vous appellera « brother » cela signifiera que ce lien vient d’être établi. Le Guanxi est au cœur du monde du travail et du monde économique. La plupart des contrats, des négociations se font grâce au Guanxi, par l’intermédiaire de relations, et cela n’a aucune connotation négative. Bien sûr les Guanxis génèrent des obligations qui peuvent prendre le dessus et conduire à du favoritisme !

 

La perte de face

En Chine, ou on respecte les croyances, coutumes et traditions, où il a toujours fallu tenir son rang. Cela se traduit par : ne jamais faire perdre ou « perdre la face », devant des étrangers ou en public. On résumera cela en ne jamais contredire votre interlocuteur (client ou fournisseur) en public, ne jamais exprimer votre opinion d’une manière tranchée, ne jamais mettre votre interlocuteur dans la gêne. Cela serait la fin de vos relations.

 

Et enfin, évitez d’être un Baizuo 

Un néologisme chinois péjoratif désignant une personne occidentale naïve ou hypocrite, qui ne militerait pour la paix et l’égalité que pour satisfaire un sentiment de supériorité morale. Son progressisme et son sens du politiquement correct favoriseraient le retour de valeurs rétrogrades.

L’objectif de ce billet n’était pas de vous parler de votre secteur d’activité de vos clients ou fournisseurs en Chine, nous pensons que vous maîtrisez cela très bien. Notre but c’était de vous convaincre que dans ce pays, tout business commence par l’observation, la tradition et la culture !

 

<<< À lire également : Pourquoi La Crise A Rendu Les Ambassadeurs Chinois Moins Diplomates >>>