Dans une interview par podcast publiée lundi, l’ancien président Donald Trump a énuméré un certain nombre de républicains qu’il considère comme des successeurs potentiels s’il choisit de ne pas se représenter à la Maison Blanche, ce qu’il dit toujours envisager.

 

Principaux faits

  • Donald Trump a déclaré sur « The Truth with Lisa Boothe », un nouveau podcast conservateur, que le GOP a un « banc assez profond » de candidats potentiels à la présidence, mais n’a pas dit s’il montera une candidature, déclarant : « Je prendrai cette décision un peu plus tard ».
  • Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, qui a atteint la célébrité parmi les conservateurs pour sa volonté d’ignorer les conseils des experts sur la pandémie de coronavirus et de garder son État presque ouvert, « fait un très bon travail en Floride », a déclaré Donald Trump.
  • Le sénateur Josh Hawley (R-Mo.), qui a mené la charge pour s’opposer aux électeurs du président Joe Biden le 6 janvier et qui s’est exprimé sur l’interdiction de Twitter de Donald Trump et la prétendue « censure » des entreprises technologiques, a été félicité par Donald Trump pour avoir fait preuve d’un « véritable courage en s’en prenant aux grandes entreprises technologiques ».
  • Donald Trump a déclaré que lui et le sénateur Ted Cruz (R-Texas) avaient eu des affrontements « plutôt violents et vicieux » au cours de la primaire du GOP en 2016, mais a déclaré que leur relation s’est « apaisée » depuis que Ted Cruz s’est positionné comme un « allié ferme de Donald Trump », qualifiant le sénateur du Texas de « formidable ».
  • Donald Trump a également pointé du doigt la gouverneure du Dakota du Sud, Kristi Noem, qui, comme Ron DeSantis, a résisté à l’instauration de mesures strictes pour réprimer le coronavirus, et Sarah Huckabee Sanders, son ancienne attachée de presse et actuelle candidate au poste de gouverneur de l’Arkansas.
  • Dans l’interview, Donald Trump a également critiqué plusieurs républicains qu’il considère comme déloyaux, affirmant notamment que le pouvoir du chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, ne tient « qu’à un fil ». Il a également déclaré que la sénatrice Lisa Murkowski (R-Alaska), l’un des sept Républicains qui ont voté pour condamner Donald Trump le mois dernier lors de son procès en destitution, est une « mauvaise nouvelle ».

 

Chiffre important

19%. C’est la part des électeurs républicains des primaires qui ont déclaré dans une enquête du sondeur républicain Tony Fabrizio publiée au début du mois que l’ancien vice-président Mike Pence serait leur choix en 2024 si Donald Trump ne se présentait pas, juste devant Ron DeSantis à 17%. Ted Cruz a obtenu 13%, Kristi Noem, 4%, et Josh Hawley, 2% seulement.

 

Citation importante

La seule mention de Donald Trump de son ex-vice-président a pris la forme d’une critique pour son refus de tenter de renverser les élections le 6 janvier – ce qu’il n’avait pas la capacité de faire. « C’est dommage que Mike Pence ne soit pas revenu en arrière, parce que vous auriez eu un résultat bien différent », a déclaré Donald Trump, affirmant à tort que Mike Pence « aurait pu dire : ‘Je suis désolé, mais cela n’a pas été approuvé par la législature de l’État’ ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Solender

 

<<< À lire également : Donald Trump reviendra sur les médias sociaux avec sa propre plateforme d’ici trois mois, selon son conseiller principal >>>