De nombreuses entreprises, mais également des particuliers s’interrogent sur l’avenir du monde du travail après la pandémie de covid-19. Quelles seront les répercussions sur les emplois ? Quelles nouvelles compétences seront nécessaires ? Comment les entreprises et les particuliers peuvent-ils se préparer au mieux ?

 

Un scénario semble plus que probable : après la pandémie de covid-19, le monde du travail fera face à davantage de perturbations et à un plus grand besoin de requalification des travailleurs. En effet, selon un rapport du McKinsey Global Institute (MGI), intitulé « The fututre of word after COVID-19 » (« L’avenir du travail après la covid-19 », NDLR), rien qu’aux États-Unis, près de 17 millions de travailleurs devront changer d’emploi d’ici 2030. Le rapport précise qu’il ne s’agit pas simplement de changer d’employeur. Ces 17 millions de travailleurs devront complètement changer de poste, ce qui demande généralement plus de temps, engendre plus de perturbations et est plus susceptible de nécessiter une requalification. Par rapport aux données antérieures à la pandémie de covid-19, le nombre de travailleurs concernés par un changement de profession a augmenté de 28 %.

La pandémie a généralisé trois grandes tendances visibles auparavant. Tout d’abord, elle a permis un recours plus important au télétravail, avec notamment davantage de réunions virtuelles et moins de déplacements professionnels. Ensuite, la pandémie a favorisé le commerce en ligne et les transactions virtuelles (achat en ligne et retrait en magasin, livraison à domicile, épicerie en ligne, enseignement en ligne et téléconsultation). Enfin, la crise sanitaire a permis d’adopter à plus grande échelle l’automatisation, notamment des entrepôts ou des usines de fabrication. Les entreprisses sont ainsi en mesure de faire face à des volumes plus importants d’achats en ligne et d’accélérer la production d’articles à forte demande (par exemple, les produits alimentaires, les boissons, le matériel électronique grand public, les masques et autres équipements de protection individuelle).

L’évolution de la nature même du travail

Le télétravail a connu une évolution radicale. Il est désormais certain que le travail à distance sera encore plus privilégié après la pandémie. Selon de récents sondages, 72 % des dirigeants d’entreprises affirment vouloir adopter un modèle de télétravail permanent. Parallèlement, 70 % des employés déclarent que la possibilité de travailler depuis chez eux, au moins pendant une partie de la semaine, est un critère essentiel dans le choix de leur prochain emploi.

Selon le rapport du MGI, même après la fin de la campagne de vaccination et le retour à la normalité sur les lieux de travail, 22 % des emplois aux États-Unis pourront être effectués à distance pendant 3 à 5 jours par semaine, tandis que 17 % des emplois pourront être effectués à distance pendant 1 à 3 jours par semaine, le tout sans aucune perte de productivité. Enfin, 61 % des emplois pourront être effectués à distance pendant une journée par semaine, ou moins.

Le recours au télétravail dans de telles proportions aura également des répercussions sur les déplacements professionnels. Ces derniers enregistreraient une baisse de 20 % par rapport à la période antérieure à la pandémie de covid-19. En effet, de nombreuses réunions, conférences ou conventions sont annulées ou organisées à distance. Par conséquent, d’autres secteurs seront également touchés, car les déplacements professionnels leur permettent de générer des profits (par exemple, les compagnies aériennes, l’hôtellerie, les transports ou la restauration). En revanche, les voyages d’agrément devraient connaître un pic après la pandémie et atteindre des niveaux bien plus élevés qu’avant la crise sanitaire, car les familles et les amis qui ne se sont pas vus depuis plus d’un an se réuniront à nouveau. Par la suite, les voyages d’agrément devraient revenir à leur niveau d’avant la pandémie.

En outre, afin de maintenir la distanciation sociale, remplacer les travailleurs malades et s’adapter à la hausse de la demande de produits manufacturés, les entreprises pourraient également favoriser l’automatisation pour la production et le stockage en intérieur. Concernant les activités de production et de maintenance en extérieur, il est peu probable que l’automatisation soit privilégiée. En effet, des activités comme l’aménagement paysager ne sont pas propices à l’automatisation. Selon un sondage réalisé dans le secteur manufacturier, 39 % des chefs d’entreprise interrogés ont déclaré mettre en œuvre davantage de solutions numériques en réponse à la crise.

Tous ces changements seront probablement plus importants pour les professions à forte proximité physique. Il s’agit là de l’un des principaux effets de la pandémie de covid-19. Les travailleurs en première ligne, comme les vendeurs, les hôteliers, les restaurateurs ou les serveurs ont été fortement touchés par la crise sanitaire et ils continueront d’en ressentir les effets après la fin de la pandémie, à mesure que l’automatisation et la numérisation des interactions nouvellement mises en œuvre se maintiendront. Au cours de l’année écoulée, ces professions ont enregistré les taux les plus importants de diminution d’emploi. Ainsi, ces secteurs mettront probablement plus de temps à s’en remettre.

La valorisation des compétences pour la reprise et l’équité

Ces évolutions posent certaines questions, notamment en matière d’équité. Les secteurs les plus touchés par les pertes d’emploi à cause de la pandémie (la vente, l’hôtellerie et la restauration) emploient beaucoup de femmes et de personnes de couleur. C’est l’une des raisons pour lesquelles, bien que la reprise de l’emploi pourrait intervenir en 2023 pour la majeure partie de l’économie américaine, il faudra attendre deux années supplémentaires pour que les femmes et les personnes de couleur retrouvent leur niveau d’emploi d’avant la pandémie. Si l’on regarde plus dans le détail, les différences sont frappantes. Pour les femmes de couleur, la reprise de l’emploi pourrait prendre encore plus de temps (trois ou quatre années supplémentaires) et il en va de même pour les personnes de couleur sans diplômes universitaires.

Certains secteurs pourraient connaître de fortes hausses de l’emploi dans les dix prochaines années (par exemple, les secteurs de la santé, des sciences, de l’ingénierie, des technologies ou encore des transports). À l’inverse, dans d’autres secteurs les emplois diminueront considérablement (par exemple, les services à la clientèle, la vente et les services alimentaires ou encore le soutien administratif en entreprise). Le monde du travail doit regarder au-delà de la pandémie pour pouvoir se réinventer en mettant l’accent sur des tâches et des activités spécifiques. Ainsi, les entreprises doivent se poser plusieurs questions : comment mettre en œuvre l’automatisation pour rendre le travail plus attrayant et moins répétitif ? Comment faire en sorte que les travailleurs consacrent une plus grande partie de leur temps à des activités à plus forte valeur ajoutée ?

Les compétences que les travailleurs devront posséder seront également différentes dans les dix prochaines années. Par exemple, dans toutes les professions actuelles, le travail physique et manuel ainsi que les compétences cognitives élémentaires (saisie et traitement de données de base) occupent environ la moitié du temps total de travail. Ce type de compétence sera certainement moins demandé à l’avenir avec l’automatisation des processus de production et les avancées technologiques. À l’inverse, le monde du travail aura besoin de compétences sociales et émotionnelles plus approfondies (compétences interpersonnelles, leadership, etc.) ainsi que de compétences technologiques (programmation, maîtrise des outils technologiques avec efficacité, etc.). Au total, ces deux domaines de compétences représentent moins d’un tiers du temps de travail actuel. Toutefois, la part de ces deux domaines de compétences dans le temps de travail devrait augmenter de 20 % au cours des dix prochaines années. Pour faciliter le transfert de ces compétences au fil du temps, les travailleurs devront renforcer leur capacité d’adaptation et développer une aptitude à l’apprentissage en continu, compte tenu du rythme croissant des changements.

La requalification et l’amélioration des compétences : une priorité collective

Compte tenu de l’ampleur et du rythme de l’évolution des emplois et des compétences, que peuvent faire les gouvernements, les entreprises et les particuliers ?

L’année dernière, les consommateurs ont largement adopté les plateformes numériques pour réaliser leurs achats. Les entreprises ont su s’adapter rapidement aux nouvelles habitudes de leur clientèle. Dans certains cas, certains travailleurs ont appris à utiliser des casques de réalité virtuelle pour guider les clients à distance. Toutefois, il faudra plus de temps aux entreprises pour mettre en œuvre la reconversion et la réaffectation à long terme des travailleurs. Cela nécessitera un réel effort de requalification et d’amélioration des compétences.

La première étape consiste à définir de manière proactive les futurs lieux de travail, et non à adopter une approche réactive, afin de garantir une forte culture du lieu de travail et de solides liens entre les employés. Ensuite, il faut identifier les domaines où la requalification devra avoir lieu (à l’échelle nationale, régionale ou locale en matière d’éducation, de développement des compétences ou de programmes de requalification). Au sein des entreprises, il est urgent d’identifier les possibilités de requalification et d’amélioration des compétences de groupes de travailleurs sur certains postes qui seront plus nécessaires à l’avenir. Par exemple, certains employés du secteur financier peuvent-ils se reconvertir en analystes, à mesure que le reporting s’automatise ? Certaines entreprises ont testé et mis en œuvre des programmes de requalification permettant de renforcer efficacement les compétences et de faciliter les nouvelles orientations de carrière. Les particuliers peuvent également maintenir leurs compétences et approfondir leurs compétences sociales et émotionnelles ainsi que leurs compétences technologiques.

Faire face aux changements par des mesures audacieuses et conjointes

Bien que l’année écoulée soit souvent qualifiée de « sans précédent », l’ampleur des changements qui affecteront les emplois, les compétences et les travailleurs au cours des dix prochaines années sera considérable. L’objectif est de se préparer à ce changement et de réduire les perturbations et le chômage de longue durée pour le plus grand nombre, en particulier pour les groupes les plus vulnérables, pour qui la reprise de l’emploi devrait prendre plus de temps. Pour atteindre cet objectif, il faudra des mesures audacieuses et, dans de nombreux cas, une coordination entre les gouvernements, les entreprises et les particuliers.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kweilin Ellingrud

<<< À lire également : Confinement : Quels sont les impacts négatifs du télétravail ? >>>