Il flotte encore un doux parfum de vacances mais la rentrée commence – déjà – à se faire sentir dans les transports, au bureau et dans l’activité recrudescente constatée au sein de nos messageries professionnelles… Comment faire pour prolonger les bénéfices de ses vacances sur son moral, sur son bien-être physique ? Gaël Chatelain, conférencier spécialiste dans le management bienveillant en entreprise et auteur à succès de l’ouvrage  “Mon boss est nul, mais je le soigne”, nous éclaire sur la meilleure manière d’appréhender la rentrée et de garder le cap, toute l’année ! Un entretien dont voici la première partie.

Forbes. Les congés d’été touchent à leur fin et le moment de la reprise arrive inéluctablement. Comment faire pour prolonger les bénéfices de ses vacances pour aborder la rentrée sous les meilleurs auspices ?


J’ai toujours considéré que le concept de « nouvelle année » – d’un point de vue professionnel – s’appliquait davantage au mois de septembre plutôt qu’à celui de janvier. Un timing idéal pour prendre de bonnes résolutions. Voici cinq conseils judicieux et faciles à appliquer :

Conseil n°1 :  « Quoi de neuf à l’horizon ? »

Dans un an, à la même date, demandez-vous ce que vous souhaiterez avoir d’identique et ce que vous aimeriez voir évoluer. Sans cet exercice, soyons clair, il n’y a aucune raison pour que l’année à venir soit différente de la précédente… C’est, je crois, en se donnant des objectifs que l’on peut se dépasser, bien au-delà de ce que l’on pourrait imaginer. Pour autant, il ne s’agit pas de “changer pour changer“, mais juste de questionner notre quotidien : « Est-ce que TOUT est absolument parfait, du lundi matin au vendredi soir ? » Si vous identifiez des moments de flottement, de frictions ou des moments laborieux, gardez en tête que rien n’est irrémédiable : saisissez la reprise – quand les batteries sont chargées à plein – pour établir un plan d’action. C’est un préalable pour aborder la rentrée sous les meilleurs auspices.

Conseil n°2 : « Penser à soi »

Pas une journée ne doit se passer sans faire, a minima, une chose pour soi-même, pas une seule ! Aussi petite soit-elle. Si l’on ne veut pas avoir le sentiment de (re)tomber dans une spirale dominée par le rythme de “métro-boulot-dodo” :  garder la maîtrise de son moral est clef. Comment ? En s’adonnant à la lecture, à la pratique d’un ou plusieurs sports, en prenant le temps de regarder sa série préférée…le champ des possibles est très vaste. Toutefois, cela doit devenir un rendez-vous quotidien… et planifié ! Ainsi, quelle que soit la journée, ce repère permet de maintenir un mental d’acier au même titre qu’il vous procure le sentiment de ne pas vous négliger. Pour celles et ceux qui ont aussi la casquette de parents, cette profession de foi peut, certes, se heurter aux contraintes marathoniennes du quotidien ; mais, encore une fois, tout est question d’organisation… et de volonté !

Conseil n°3 : « Cette année, je ne snooze plus ! »

64 % des français snoozent le matin (selon une étude d’Opinion Matters pour Whitings). Vous savez, cette technique qui consiste à mettre son réveil à 7 heures et au final à mettre un pied en dehors du lit à 7 heures 30… Remplacez ces 30 minutes – qui de plus ne vous reposent en rien (pas de sommeil profond possible) – par ½ heure que vous consacrerez à VOUS ! Lecture, méditation ou sport, mais une activité qui vous est dédiée afin de commencer la journée du bon pied. Reprendre le contrôle sur son réveil, vous permettra de rester l’architecte de votre journée.

Avant de devenir conférencier et de se lancer dans l’écriture, Gael Chatelain a managé jusqu’à 200 collaborateurs

Conseil n°4 : « Cette année, je ne fais pas (plus) de compromis au travail »

Il est urgent de ne plus se mentir : si c’est la boule au ventre que vous prenez le chemin du bureau, inutile de se forcer. Deux options s’offrent à vous :

=> Déployer votre énergie dans la recherche de votre « job de rêve » et prenez la résolution de ne pas en faire votre deuil.

=> Adopter une démarche proactive au sein de votre entreprise en engageant le dialogue avec votre hiérarchie : lancez-vous afin d’aborder les axes d’amélioration comme enrichir votre périmètre par de nouvelles missions, par exemple…Cela peut relever du poncif, mais parler de ce que l’on pense fait avancer les choses. Or, trop souvent les collaborateurs n’osent pas exprimer leurs besoins de transformation. La rentrée de septembre est propice à l’écoute, pour tant de raisons : l’atmosphère se veut plus sereine car collaborateurs et managers sont plus détendus au sortir de la trêve estivale. L’écoute, voire l’empathie, n’en sont que démultipliées !

Conseil n°5 : « Cette année, je suis heureux(se)

En général, après les vacances, ce qui potentiellement entame le moral, c’est spécifiquement la fin des congés…avec en filigrane l’approche de l’hiver ! Et nous sommes nombreux à être imprégnés de cette pensée peu réjouissante.

Et si vous appréhendiez la situation différemment ? Je m’explique : pourquoi voudrait-on prendre les traits du bonheur que pendant nos cinq semaines de congés annuels, seul moment où l’on lâcherai enfin prise ? J’estime que nous pouvons accéder à cet état de bien-être tout au long de l’année, le travail vs les vacances, ce n’est pas forcément le « On/Off » du bonheur.

Entretenir son moral et sa bonne humeur doit vous habiter au quotidien, de même que la quête d’un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, est aussi à votre portée. Le monde du travail – dans son éventail de diversité et de spécificité – souffre énormément de ce déséquilibre prenant la forme de burn-out ; toutefois, contrairement à ce que l’on imagine en France, cette souffrance professionnelle n’est pas uniquement imputable à l’entreprise, à son cadre et à ses règles, mais également à l’appropriation de notre fonction et à notre manière d’articuler notre existence entre vie privée et activité salariée. Pour être heureux(se), nous sommes – chacun à titre personnel – les plus à même à établir la frontière. A atteindre l’équilibre. In fine, à se réjouir de la rentrée et de ses opportunités à venir.