Une approche de la transformation des individus, des groupes et des sociétés appelée Théorie U, dont Otto Scharmer et des chercheurs du MIT sont le fer de lance, permet de changer simplement sa façon d’écouter. La théorie U révèle les forces systémiques qui influent sur la façon dont les gens travaillent et vivent ensemble. L’objectif est de les aider à pratiquer l’art de diriger à partir de ce qui est possible plutôt que ce qui est prévisible.

 

La théorie U n’est pas que de la théorie. Elle se concentre également sur des compétences concrètes qui entraînent une transformation, notamment au niveau de l’écoute. Otto Scharmer nous explique les quatre niveaux d’écoute. Voici un examen plus approfondi de chacun d’entre eux.

 

Niveau 1 : L’écoute en mode téléchargement

Au niveau un de l’écoute, vous n’êtes pas vraiment présent. Votre esprit est ailleurs, et cela se voit. C’est par exemple quand vous répondez « Uh-huh » ou « Ok » alors que vous n’avez même pas écouté votre interlocuteur. Vous êtes incapable de répéter ce qu’il vient de vous dire, car vous avez autre chose en tête. 

L’écoute de niveau un se produit lorsque vous engagez une conversation avec une personne qui parle, mais que vous pensez déjà savoir ce qu’elle va dire. Vous pouvez même finir sa phrase à sa place. Vous êtes distrait et vous essayez de raccourcir les choses, et à la fin ? Vous quittez la conversation sans nouveaux points de données, sans avoir appris quoi que ce soit.

Malheureusement, c’est ainsi que la majorité d’entre nous écoutent la plupart du temps. Et voici le problème : les personnes à qui vous parlez savent que vous n’êtes pas là. Ils peuvent même se sentir légèrement ignorés ou non respectés.

 

Niveau 2 : L’écoute factuelle

À ce stade, vous ne vous contentez plus d’écouter les choses que vous savez déjà. Au contraire, vous vous concentrez sur l’apprentissage de ce que vous ne savez pas. Vous êtes concentré et attentif. Si quelqu’un vous enseignait une nouvelle compétence ou un nouveau mode opératoire, vous écouteriez au niveau deux.

L’écoute de niveau deux peut mener à un bon débat, car elle remet en question ce que vous pensiez déjà savoir. Vous sortez de la conversation avec de nouvelles données qui remettent en question certaines de vos anciennes hypothèses.

Elle est définitivement une amélioration par rapport au niveau un, mais elle est surtout intellectuelle. Vous séparez les faits de la conversation de la personne avec laquelle vous discutez. Vous ne prêtez pas attention à ses sentiments ou émotions, ni aux nuances de la conversation.

C’est ce qui se passe lorsque vous demandez à votre interlocuteur des faits sans chercher à comprendre son état émotionnel. Vous souhaitez savoir exactement ce qu’il s’est passé mais ne remarquez pas qu’il est contrarié ou en colère. Ce n’est pas une bonne conversation car vous manquez des informations importantes qui ne sont pas matérialisées par des faits.

 

Niveau 3 : L’écoute empathique

Au niveau trois de l’écoute, vous commencez à vous connecter à votre interlocuteur, et pas seulement aux informations qu’il partage verbalement. Vous allez au-delà des déclarations factuelles et commencez à explorer les nuances, les sentiments et les émotions qui y sont liés.

Avec l’écoute de niveau trois, vous commencez à vous connecter avec votre interlocuteur à un niveau plus émotionnel et à « lire entre les lignes » pour remarquer ce qui n’est pas dit. Vous pouvez vous mettre à sa place et voir les choses de son point de vue.

Lorsque vous voyez le monde à travers les yeux d’une autre personne, votre cœur est ouvert. Vous êtes prêt à être ému, ouvert et présent à ce qu’il ressent. Vous comprenez le contenu émotionnel de ce qu’elle dit. C’est pourquoi on l’appelle l’écoute empathique.

Si vous pratiquiez plus souvent l’écoute de niveau trois, les réunions seraient plus productives car vous entendriez les faits et le point de vue de l’autre personne. Vos réponses seraient plus appropriées car vous seriez en phase avec ce qui se passe avec les personnes qui vous entourent.

Lorsque vous écoutez avec empathie, vous et votre interlocuteur vivez une meilleure expérience.

 

Niveau 4 : L’écoute générative

L’écoute générative consiste à écouter ce qui est possible – écouter l’avenir qui veut émerger. Dans une bande dessinée, elle pourrait être illustrée par deux personnes qui discutent, puis par une ampoule qui s’allume simultanément pour les deux personnes.

Le niveau quatre donne lieu à une excellente conversation. Vous dépassez le stade de la connexion avec la personne qui parle pour vous connecter aux idées centrales de la conversation et à leur avenir potentiel. Vous vous concentrez pleinement sur l’aide à apporter au meilleur avenir possible, et votre ego et les autres barrières sont éliminés.

Lorsque les gens s’alignent ainsi, d’une manière sûre, optimiste et orientée vers l’avenir, de grandes choses peuvent être imaginées. Il est possible de générer de nouvelles idées et de trouver l’énergie et l’enthousiasme nécessaires pour les concrétiser.

Lorsque deux personnes quittent une conversation altérées, c’est qu’elles ont été ouvertes à l’avenir. Un tout nouveau monde émerge alors pour ces deux personnes.

 

Je vous encourage à commencer à prêter attention à votre écoute et vous pencher davantage sur les 4 niveaux d’écoute de la Théorie U. À quel niveau passez-vous le plus clair de votre temps ? Pouvez-vous monter d’un niveau ? C’est une démarche nécessaire si vous souhaitez créer une ambiance de travail où les gens font l’expérience de l’appartenance et de la connexion. C’est une pratique merveilleuse.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dede Henley

<<< À lire également : Management transversal : la nouvelle donne >>>