Les salariés français se disent satisfaits de la gestion de la crise par leur entreprise, selon plusieurs études réalisées avant, pendant et après le confinement, par Qualtrics, entreprise spécialiste de l’expérience collaborateur.

Les Français apparaissent comme le peuple le plus critique vis-à-vis de la gestion de la crise du coronavirus de la part de son gouvernement. En ces qui concerne leur employeur, la donne serait toute autre, selon Qualtrics, spécialiste du management de l’expérience et spécialiste de l’expérience collaborateur, qui a interrogé les salariés sur leur expérience en entreprise avant, pendant et après le confinement. Les résultats témoignent d’un impact positif de la gestion de la situation par les entreprises françaises.


“Ces résultats, issus de trois enquêtes réalisées à environ un mois d’intervalle avant, pendant et en fin le confinement, permettent de ressentir l’évolution de l’état d’esprit des salariés français face à cette crise. D’abord plutôt critiques du peu d’écoute de la part de leur direction, les salariés français ont ensuite souffert des contraintes imposées par le ralentissement de l’activité économique, tout en faisant état d’une certaine déprime et de niveaux de stress importants. L’entreprise a su réagir par la suite, le management en tête, pour répondre aux attentes de leurs collaborateurs et combler un déficit d’écoute et d’empathie. La France a fait jeu égal avec l’Allemagne et la Grande Bretagne selon les salariés eux-mêmes, et ceci est suffisamment rare pour être souligné ! En sortie de crise, elle a maintenant un enjeu fort : organiser la reprise de l’activité et du travail sur site, tout en renforçant le surcroît d’engagement et de solidarité de leurs collaborateurs gagné grâce à la gestion plutôt réussie de cette crise.” Douglas Rosane, Directeur Solutions Experience Collaborateur chez Qualtrics.

L’expérience collaborateur avant la crise : la France à la peine

En février dernier, alors que la France s’apprêtait en entrer en période de confinement, une étude menée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, révélait que seulement un tiers des salariés français déclaraient disposer d’un programme pour partager leur feedback sur leur expérience collaborateur, contre 61 % au Royaume-Uni et 46 % en Allemagne. En France, moins de la moitié (45 %) des salariés estimaient que leurs feedbacks pouvaient bénéficier à leur employeurs. Là encore, le Royaume-Uni avec 57 % et l’Allemagne à 59 % enregistraient de meilleures performances.

La période de confinement : les entreprises en première ligne

Menée entre le 28 mars et le 1er avril en Europe, en Australie et à Singapour, cette deuxième étude révèle sans surprise, l’isolement social accru vécu par 73 % des Français sondés. Conséquence : plus de stress pour 68 % et une plus grande anxiété pour 58 %. Une dégradation de l’état mental qui n’est pas sans impact pour les entreprises en termes de productivité. Pour autant, les entreprises françaises n’ont pas démérité dans la gestion de la situation.

En France, plus de 8 salariés sur 10 (84 %) ont reçu de la part de leur employeur des communications en rapport avec la situation sanitaire. 64 % affirment qu’elles les ont aidés à comprendre comment agir face au Covid-19. Seuls 14 % estiment que leur employeur n’a pas pris les actions nécessaires pour répondre aux besoins des salariés depuis l’épidémie.

Preuve du rôle et de l’impact de ces communications pendant cette période : plus de 9 salariés français sur 10 (94 %) souhaitent en recevoir au moins une fois par semaine. Mieux encore, cet épisode a permis d’instaurer un véritable échange entre employeurs et salariés. En France, 62 % d’entre eux ont été interrogés par leur entreprise sur leur bien-être. Un chiffre supérieur aux autres pays étudiés.

Autre enseignement, 70 % des salariés se disent à l’aise si un collègue ou un collaborateur leur parlait d’un problème de santé mentale. Pour autant, plus de la moitié d’entre eux (52 %) ne souhaitent pas qu’un manager l’interroge de manière proactive à ce sujet. Enfin, ils ne sont qu’un tiers à se dire prêts à être interrogé directement. En résumé, la plupart des salariés français sont prêts à entendre les problèmes de bien-être mental des autres mais ils sont beaucoup moins nombreux à vouloir partager les leurs, a fortiori.

Le début du déconfinement : des entreprises à l’écoute 

Nombreuses sont les entreprises qui ont adopté de nouveaux moyens de communication pour échanger avec leur salariés. Ainsi, près de 8 Français sur 10 (78 %) ont déclaré avoir eu l’opportunité de partager leur expérience de salarié avec leur entreprise au cours des six dernières semaines. Ils sont 76 % en Allemagne et 57 % au Royaume-Uni.

Les entreprises françaises ont été à la hauteur des attentes de leurs collaborateurs face à la gestion de cette crise. 68 % des salariés français ont ainsi déclaré faire confiance à la direction pour prendre les bonnes décisions en faveur de leur organisation. 78 % ont confirmé que leur entreprise s’engageait en matière de sécurité ; 62% ont reconnu la prise en compte de leur bien-être dans les décisions clés les concernant.

Enfin, les répondants saluent le rôle des managers : 7 salariés français sur 10 disent avoir bénéficié du soutien de leur supérieur pour s’adapter aux changements organisationnels ; 73 % disent avoir eu accès aux ressources et outils nécessaires (p. ex. matériel, équipement, technologies, services de soutien, etc.) .

Qualtrics, propose pendant cette période de crise la mise à disposition gratuitement de dispositifs d’enquêtes pour permettre aux entreprises de déterminer et de suivre en temps réel les besoins et les préférences de leurs clients et de leurs collaborateurs. Alors que les commerces et certaines entreprises ouvrent à nouveau, ces solutions aident les organisations à savoir s’ils mettent en oeuvre les bonnes actions pour confirmer le sentiment de sécurité de leurs clients et salariés.

<<< À lire également : Entre Attentisme Et Résilience : La Gestion De La Crise En France>>>