A l’occasion du lors du Jobs Reset Summit, le Word Economic Forum publie son étude annuelle sur les effets de l’automatisation sur le lieu de travail et sur les perspectives de la révolution robotique. La pandémie de COVID-19 semble avoir accéléré la mutation du travail et nous propulse, plus vite que prévu, dans « le futur de l’emploi ».

Selon le rapport The Future of Jobs 2020, la COVID-19 a provoqué un changement du marché du travail plus rapide que prévu. D’après les recherches publiées aujourd’hui par le Forum Économique Mondial, ce qui était considéré comme l’« avenir du travail » est déjà arrivé.

D’ici 2025, l’automatisation et une nouvelle répartition du travail entre les humains et les machines perturberont 85 millions d’emplois dans le monde entier dans les moyennes et grandes entreprises de 15 secteurs et 26 économies. Les rôles dans des domaines tels que la saisie de données, la comptabilité et le soutien administratif sont de moins en moins demandés à mesure que l’automatisation et la numérisation sur le lieu de travail se développent. Plus de 80 % des chefs d’entreprise accélèrent les projets de numérisation des processus de travail et de déploiement de nouvelles technologies. Cinquante pour cent des employeurs prévoient d’accélérer l’automatisation de certains rôles dans leur entreprise. Contrairement aux années précédentes, la création de postes est en train de ralentir tandis que la destruction d’emplois s’accélère.


« La COVID-19 a accéléré l’arrivée de l’avenir du travail », a déclaré 
Saadia Zahidi, directrice générale au Forum Économique Mondial. « L’accélération de l’automatisation et les retombées de la récession entraînée par la COVID-19 ont aggravé les inégalités existantes sur les marchés du travail et annulé les progrès en matière d’emploi réalisés depuis la crise financière mondiale de 2007-2008. C’est un scénario de double perturbation qui présente un autre obstacle pour les travailleurs en cette période difficile. La fenêtre d’opportunité pour une gestion proactive de ce changement se referme rapidement. Les entreprises, les gouvernements et les travailleurs doivent prévoir de travailler ensemble de toute urgence pour mettre en œuvre une nouvelle vision de la main-d’œuvre mondiale.


Quarante-trois pour cent des entreprises interrogées indiquent être prêtes à réduire leurs effectifs en raison de l’intégration des technologies, 41 % prévoient de recourir davantage à des sous-traitants pour des tâches spécialisées et 34 % prévoient d’augmenter leurs effectifs en raison de l’intégration des technologies.

D’ici 2025, les employeurs répartiront équitablement le travail entre humains et machines. Les postes qui demandent des compétences humaines seront de plus en plus demandés. Les machines seront principalement axées sur le traitement des informations et des données, les tâches administratives, ainsi que les travaux manuels de routine d’habitude réservés aux employés de bureau et aux ouvriers.


Un nouveau sentiment d’urgence pour la révolution de la reconversion

L’évolution de l’économie et des marchés de l’emploi fera émerger 97 millions de nouveaux postes dans l’économie des soins, dans les industries technologiques de la quatrième révolution industrielle comme l’intelligence artificielle, et dans les domaines de la création de contenu. Les tâches pour lesquelles les humains devraient conserver leur avantage compétitif comprennent la gestion, le conseil, la prise de décision, le raisonnement, la communication et l’interaction. Il y aura une forte demande de travailleurs capables d’occuper des postes liés à l’économie verte, des rôles au premier plan de l’économie des données et de l’intelligence artificielle, ainsi que de nouveaux postes dans l’ingénierie, le Cloud computing et le développement de produits.

Près de 50 % des travailleurs qui conserveront leur poste au cours des cinq prochaines années auront besoin d’une reconversion liée à leurs compétences de base.


Malgré le ralentissement économique actuel, la plupart des employeurs reconnaissent la valeur de la reconversion de leur main-d’œuvre. En moyenne, 66 % des employeurs interrogés prévoient un retour sur investissement du perfectionnement et de la reconversion des employés actuels dans un délai d’un an. Ils espèrent également réussir à redéployer 46 % des travailleurs au sein de leur propre organisation. « À l’avenir, nous verrons que les entreprises les plus compétitives seront celles ayant investi massivement dans leur capital humain – les qualifications et les compétences de leurs employés », a déclaré M. Zahidi.


Construire un avenir du travail plus inclusif

Les personnes et les communautés les plus affectées par les changements sans précédent apportés par la COVID-19 sont probablement celles qui sont déjà les plus défavorisées. En l’absence d’efforts proactifs, l’inégalité risque d’être exacerbée par le double impact de la technologie et de la récession pandémique.


L’ADP Research Institute, partenaire du rapport, a surveillé l’impact de la COVID-19 sur le marché du travail aux États-Unis. Entre février et mai 2020, les données ont montré que les travailleurs déplacés étaient en moyenne majoritairement des femmes, plus jeunes et moins bien rémunérés. Si l’on compare l’impact de la crise financière mondiale de 2008 sur les personnes ayant un faible niveau d’éducation à celui de la crise de COVID-19, cet impact est aujourd’hui bien plus important et plus susceptible d’aggraver les inégalités existantes.


« La pandémie a touché de manière disproportionnée des millions de travailleurs peu qualifiés », a déclaré
Jeff Maggioncalda, PDG de Coursera, un autre partenaire du rapport. « La reprise doit inclure un effort coordonné de reconversion par les institutions afin de fournir un apprentissage accessible et adapté à l’emploi dont les individus peuvent bénéficier où qu’ils soient afin de retourner sur le marché du travail. »

Actuellement, seulement 21 % des entreprises peuvent utiliser des fonds publics pour des programmes de reconversion et de perfectionnement. Le secteur public aura besoin d’une approche à trois niveaux pour aider les travailleurs. Il s’agira notamment de renforcer les filets de sécurité pour les travailleurs déplacés, d’améliorer les systèmes d’éducation et de formation et de créer des incitations aux investissements dans les marchés et les emplois de demain.


Les entreprises peuvent mesurer et divulguer la façon dont elles traitent leurs employés en adoptant des mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Cela permettra d’évaluer les réussites, de fournir un soutien là où il est nécessaire et de s’assurer que les nouvelles lacunes qui apparaissent sont rapidement identifiées et comblées.


Le télétravail va perdurer mais nécessite une adaptation

84 % des employeurs sont prêts à numériser rapidement les processus de travail, y compris en développant de manière significative le télétravail. Les employeurs affirment pouvoir faire travailler à distance 44 % de leurs effectifs.


Selon le rapport, 78 % des chefs d’entreprise s’attendent à un impact négatif sur la productivité des travailleurs. Cela indique que certaines industries et entreprises ont du mal à s’adapter aussi rapidement que nécessaire au passage au télétravail entraîné par la pandémie de COVID-19.


Concernant les préoccupations au sujet de la productivité et du bien-être, environ un tiers des employeurs prévoient de prendre des mesures pour créer un sentiment de communauté, de connexion et d’appartenance parmi les employés.


Les changements de trajectoire professionnelle deviennent la « nouvelle norme »

L’une des tendances constatées par l’étude est le nombre croissant de personnes qui changent de carrière pour exercer des professions entièrement nouvelles. Selon les données recueillies par LinkedIn au cours des cinq dernières années, environ 50 % des changements de carrière pour rejoindre le secteur des données et de l’intelligence artificielle proviennent de différents domaines. Ce chiffre est beaucoup plus élevé pour les rôles suivants : 75 % pour les postes de vente, 72 % pour les postes de création et de production de contenu (comme les responsables des médias sociaux et les rédacteurs de contenu) et 67 % pour les postes d’ingénierie.


« Alors que nous réfléchissons à des moyens d’améliorer les compétences ou d’assurer la transition d’une grande partie de la main-d’œuvre qui est sans emploi à la suite de la COVID-19 vers de nouveaux emplois plus sûrs pour l’avenir, ces nouvelles idées sur les transitions de carrière et les compétences requises pour les réaliser ont un potentiel énorme pour les dirigeants des secteurs public et privé », a déclaré
Karin Kimbrough, économiste en chef de LinkedIn.

« Nos recherches révèlent que la majorité des transitions vers les emplois de demain proviennent d’emplois non émergents, ce qui prouve que nombre de ces emplois sont plus accessibles que les travailleurs ne le pensent », a poursuivi Madame
Kimbrough. « Si nous pouvons aider les individus, et les dirigeants qui dirigent le financement et l’investissement dans la main-d’œuvre, à identifier les petits groupes de compétences qui auraient un impact démesuré sur l’ouverture de parcours professionnels plus durables, nous pouvons faire une réelle différence dans la lutte contre les niveaux de chômage sans précédent que nous observons dans le monde ».

Les données indiquent le temps nécessaire pour une reconversion

Selon l’enquête sur l’avenir des emplois, les compétences de base telles que la pensée critique, l’analyse et la résolution de problèmes figurent systématiquement en tête des priorités de reconversion et de perfectionnement des formateurs et des entreprises. Cette année, de nouvelles compétences en matière d’autogestion, telles que la résilience, la tolérance au stress et la flexibilité, sont apparues.


Les données de Coursera montrent que les individus pourraient commencer à acquérir les dix compétences les plus importantes pour chaque profession émergente dans les domaines Personnes et culture, Rédaction de contenu, Ventes et Marketing, en un ou deux mois. Les apprenants pourraient élargir leurs compétences en matière de Développement de produits et de Données et d’Intelligence artificielle en deux ou trois mois, et s’ils souhaitent changer complètement de trajectoire et se tourner vers le Cloud et l’ingénierie, ils pourraient progresser dans cet ensemble de compétences clés grâce à un programme d’apprentissage de quatre à cinq mois.


Le nombre de personnes cherchant des possibilités d’apprentissage en ligne de leur propre initiative a été multiplié par quatre, l’offre de possibilités d’apprentissage en ligne par les employeurs à leurs travailleurs par cinq et le nombre d’inscriptions d’apprenants ayant accès à l’apprentissage en ligne dans le cadre de programmes gouvernementaux par neuf.


Les personnes ayant un emploi mettent davantage l’accent sur les cours de développement personnel, tandis que celles sans emploi se focalisent sur l’apprentissage de compétences numériques telles que l’analyse de données, l’informatique et les technologies de l’information.


« La pandémie a accéléré de nombreuses tendances concernant l’avenir du travail, réduisant considérablement le délai de reconversion et de transition des travailleurs vers des emplois adaptés à l’avenir », a déclaré
Hamoon Ekhtiari, PDG de FutureFit AI. « Quelle que soit la prédiction que vous faites sur les emplois et les compétences, ce qui est forcément vrai, c’est l’intensité accrue et la fréquence plus élevée des transitions de carrière, en particulier pour ceux qui sont déjà les plus vulnérables et les plus marginalisés ».

« Le rapport
The Future of Jobs est une source d’informations essentielle pour aider les entreprises et les gouvernements à faire face à ces transitions de la main-d’œuvre, et FutureFit AI est honorée de partager ses données et ses idées dans le rapport », a poursuivi Monsieur Ekhtiari. « Nous nous réjouissons de continuer à contribuer à une reprise juste, axée sur les travailleurs et alimentée par les données, en tant que partenaire de la communauté New Economy & Society du Forum Économique Mondial et de sa plateforme de révolution de la reconversion ».