La distillerie Bruichladdich, située sur l’île d’Islay en Ecosse, vient de sortir un nouveau whisky de luxe qui contient de l’eau provenant d’un iceberg vieux de plusieurs milliers d’années.


 

L’explorateur polaire écossais Craig Mathieson a collecté les échantillons d’iceberg utilisés pour l’élaboration du whisky dans les eaux de la côte sud-est du Groenland, alors qu’il voyageait en kayak de mer.

Ce whisky, nommé The Polar Explorer, est un whisky single malt 12 ans d’âge ; dix bouteilles seulement sont actuellement disponibles à la vente par le biais du site d’enchères Whisky Auctioneer. Toutes les recettes perçues pour le whisky iront à un organisme de bienfaisance écossais du nom de The Polar Academy, dont la mission est d’aider des adolescents présentant un manque de confiance en eux en les formant à des expéditions dans le Groenland.

Toutefois, il existe 190 autres bouteilles de ce whisky de luxe. Si vous souhaitez mettre la main sur l’une d’entre elles, il vous suffit de faire un don généreux directement à l’organisme de bienfaisance une fois la vente aux enchères terminée.

Le prix initial de mise aux enchères pour une bouteille est de 100 livres sterling (environ 109 €), mais ce tarif ne manquera pas d’augmenter. Des connaisseurs, assoiffés de posséder un whisky rendu exceptionnel par l’eau provenant du Fjord Sermilik et collecté par Mathieson lui-même, ont déjà fait des offres de 1 000 livres (approximativement 1091 €) à l’œuvre de charité.

Craig Mathieson, qui a signé chacune des bouteilles, est un personnage impressionnant. Premier explorateur écossais en 129 ans à être membre de la société savante de la Royal Scottish Geographical Society, il est l’un des douze explorateurs polaires à s’être aventuré aussi bien dans le Pôle Nord que dans le Pôle Sud. Il a également dirigé la première expédition de l’Ecosse dans le Pôle Sud en 2004.

Peut-être vous demandez vous comment se passe “l’amélioration” d’un whisky avec de l’eau provenant d’un iceberg, et ce que cela signifie exactement. De fait, on ajoute de l’eau à la plupart des whisky avant de les mettre en bouteille. Cela s’applique également à la plupart des spiritueux.

Si un whisky compte entre 40 et 50% d’alcool, il est fort probable que de l’eau y ait été ajoutée. Cependant, si le whisky a de l’âge, ce n’est alors pas nécessairement le cas (l’alcool, qui est assez volatile, a plus de temps pour s’évaporer du fût, engendrant une diminution du niveau d’alcool dans la bouteille, ou d’alcool par volume). Pour ce qui est du Polar Explorer, l’eau d’iceberg a été utilisée pour aider à faire descendre le whisky à 50% d’alcool ; sans aucun doute, le whisky conserve de sa vigueur.

 

Le Polar Explorar, qui fait dans l’innovation, n’est pourtant pas le premier whisky à adopter un thème polaire. Le whisky The Shackleton’s Discovery, de l’entreprise écossaise Whyte and Mackay, est une recomposition par le maître distillateur Richard Paterson du whisky que l’explorateur de l’Arctique Ernest Shackleton emporta avec lui lors de son expédition de 1907 dans l’Antarctique – la bouteille a été retrouvée dans la glace, non ouverte, cent ans plus tard.

 

<<< À lire également : Les coulisses du luxe : la plus belle hotte de Noël pour faire plaisir et vous faire plaisir ! >>>