Le 9 avril, sortira en simultrad chez Pika, le dernier chapitre de L’Attaque des Titans, une des œuvres japonaises les plus marquantes de ces dix dernières années. Le manga a été un énorme succès en France avec plus de 3,5 millions exemplaires vendus. Entretien avec Virginie Daudin Clavaud, directrice générale de Pika Édition.  

 


Forbes France : Le manga est un phénomène, La crise sanitaire et les confinements ont-ils alimenté cet immense succès ? 

Virginie Daudin Clavaud : Entre l’avant Covid-19 et aujourd’hui la vente d’exemplaires de L’Attaque des Titans a réalisé une croissance spectaculaire de 500%. C’est certainement la croissance la plus forte qu’on n’ait jamais connue pour un manga de notre catalogue. Son succès est lié à la qualité du manga, à sa capacité à tenir le suspens et à proposer de multiples rebondissements. 

Aujourd’hui, il résonne de façon beaucoup plus forte auprès du lectorat car nous pouvons faire un parallèle entre la situation actuelle et l’univers du manga. Les Titans sont des ennemis dont on ne sait pas grand-chose, à part qu’ils se nourrissent d’humains. C’est un ennemi invisible sur lequel on ne trouve pas de point de faible. Il y a déjà là une similitude avec la Covid. 

L’humanité, pour se protéger de ces titans, s’est enfermée, confinée au sein d’une cité. La jeune génération a toujours vécu emmurée et rêve de pouvoir sortir et découvrir l’extérieur. Là aussi, cette idée résonne sans doute plus fortement que cela l’a été auparavant.  

 

Virginie Daudin Clavaud : La progression du numérique en France ne suit pas les courbes de croissance qu’elle peut rencontrer au Japon ou aux Etats-Unis. On reste un petit peu à part avec cet attachement au papier qu’ont nos lecteurs.

 

Quelle part de votre CA  représentent les ventes de l’Attaque des Titans ?

V.D.G. : L’Attaque des Titans est devenue le premier manga de notre catalogue depuis la fin de l’année dernière et le démarrage de la dernière saison sur Wakanim. Avant la montée du phénomène, L’Attaque des Titans représentait 8% de notre chiffre d’affaires et aujourd’hui il pèse pour 35%. Le manga représente plus d’un tiers de notre activité, ce qui est considérable. Un tel score est rarissime. Avant cela, c’était Fairy Tail, notre numéro 1. Il représente encore une bonne part de notre chiffre d’affaires. Toutefois, Fairy Tail est terminé, le manga n’est donc plus alimenté par des nouveautés.  

 L’édition numérique, disponible dès la sortie japonaise, est-elle plébiscitée ?

V.D.G. : Il y a un attachement au papier en France. Le livre reste le support suprême pour tous les amateurs de manga et au-delà. Le manga classique est bien en tête même si l’on développe notre offre numérique et la possibilité de lire en simultané. Sur L’Attaque des Titans le numérique représente 5% des ventes totales. C’est un peu plus que ce que l’on retrouve en moyenne sur l’ensemble de notre catalogue où il est à 4%. La progression du numérique en France ne suit pas les courbes de croissance qu’elle peut rencontrer au Japon ou aux Etats-Unis. On reste un petit peu à part avec cet attachement au papier qu’ont nos lecteurs. 

 

Virginie Daudin Clavaud : Je n’ai malheureusement pas encore pu lire le dernier chapitre mais étant donné la qualité de l’auteur, Hajime Isayama, je m’attends à quelque chose d’incroyable !

 

Toutefois, l’édition numérique a ses avantages. Elle permet à nos lecteurs de pouvoir suivre en version française l’avancée de la série en simultané avec sa sortie au Japon. C’est un des moyens que l’on se doit de développer en tant qu’éditeur. L’Attaque des Titans a été la première série Pika Édition proposée en simultrad  (publication au chapitre en numérique en simultané avec le Japon). Pour cela, on mobilise une équipe extrêmement rodée à l’exercice. C’est un travail fastidieux, on a un peu moins de deux semaines pour traduire, corriger, relire, lettrer le texte français dans les bulles. 

Le 9 avril sera-t-elle une date historique pour votre maison d’édition  ?

V.D.G. : Le dénouement de la série est très attendu par tous nos lecteurs. Pour le dernier volume on s’attend à battre des records. Cela va être gigantesque ! 

Je n’ai malheureusement pas encore pu lire le dernier chapitre mais étant donné la qualité de l’auteur, Hajime Isayama, je m’attends à quelque chose d’incroyable !

 

<<< A lire également : Rencontre avec Daniel Maghen, galeriste d’œuvres de bandes dessinées >>>