McLaren Automotive a dévoilé sa dernière voiture de sport, l’Elva. Ce roadster est la première voiture de route à toit ouvert de la marque et se joint à l’Ultimate Series. Seulement 399 sont prévus, chacun coûtant environ 1,8 million de dollars. McLaren crée des voitures de sport extrême, pionnières dans leur conception, leur ingénierie, leurs matériaux et leur construction. Cette Elva biplace à toit ouvert s’inscrit dans les gènes la marque et promet une grande puissance et un moteur McLaren unique doté de son châssis et de sa carrosserie en fibre de carbone, sans toit, pare-brise ni vitres latérales.

 


Ce nom rend hommage aux Elva M1A [MkI], M1B [MkII] et M1C [MkIII] créées par Bruce McLaren et conçues comme des versions client des voitures de course McLaren du groupe 7 dans les années 1960. Selon le directeur général de la société, Mike Flewitt, ces voitures incarnent l’esprit inventif de McLaren. Il dit qu’elles sont « les véritables précurseurs spirituels des McLaren d’aujourd’hui : des voitures ultralégères, à moteur central, dotées des performances les plus élevées et d’un dynamisme exceptionnel ». Mike Flewitt promet que cette Elva du 21ème siècle sera « une voiture moderne unique qui permet une connexion entre le conducteur, la voiture et les éléments, et avec ce nouveau niveau de plaisir de conduite sur route ou sur circuit ».

 

La McLaren Elva promet des performances extrêmes : le V8 bi-turbocompressé de 815ch fera passer la vitesse à 100 km/h en moins de trois secondes, alors que la voiture se veut encore plus rapide que la Senna, passant de zéro à 200 km/h en seulement 6,7 secondes.

Chez McLaren, le design favorise toujours la performance. Il expose également visuellement ces produits hyper avancés. L’Elva est donc particulièrement spectaculaire à regarder avec son avant bas et ses pics prononcés au niveau des ailes avant, qui contribuent également à améliorer la vision vers l’avant. Les grandes ailes arrière en carbone passent de l’avant de la porte à l’arrière de la voiture, tandis que la hauteur des doubles contreforts arrière est minimisée grâce à un système de protection anti-renversement facile à déployer.

 

Il n’y a pas de toit sur la McLaren Elva. Et bien que vous ayez la possibilité de commander un pare-brise fixe (nécessaire dans certains États des États-Unis), les puristes des décapotables – et les plus courageux – peuvent tout simplement mettre un casque et laisser l’habitacle les envelopper. Pour ce faire, les portes supérieures en carbone se courbent et descendent dans l’habitacle. Le matériau composite léger, rigide et résistant offre la possibilité de créer ces formes sculpturales complexes.

Les sièges sont également conçus spécifiquement pour cette voiture, avec une nouvelle coque en carbone léger qui soutient la tête, les épaules et le dos. Il se fond aussi visuellement dans la partie supérieure de l’habitacle. Ultrafabric est proposé comme une alternative appropriée au rembourrage intérieur en cuir traditionnel pour une meilleure adhérence, durabilité et résistance à l’humidité.

 

Le directeur de la conception, Rob Melville, a déclaré que fournir une expérience de conduite élémentaire était la clé de cette voiture. « Les volumes enveloppés de film rétractable inspirés de la Formule 1 créent une sculpture technique aussi frappante », explique-t-il. L’extérieur pénètre à l’intérieur de la voiture pour réaliser ce qu’il dit être un exemple de « nouveau et unique principe de design des “frontières floues” de McLaren, nous permettant d’intégrer harmonieusement l’extérieur, de renforcer l’engagement du conducteur tout en restant fidèle à notre philosophie de ne faire aucun compromis ».

 

L’aérodynamique gouverne le design McLaren. Avec l’Elva, la société introduit ce qu’elle appelle le « système de gestion active de l’air » (« Active Air Management System », en anglais). Le système fait en sorte que l’air passe par le devant de la voiture pour sortir rapidement du capot devant les passagers avant de se diriger vers le cockpit pour créer ce que McLaren qualifie de « bulle de calme relatif ».

 

Il y a une grande entrée centrale au-dessus du séparateur, une ventilation à clapet et un déflecteur en carbone discret qui s’élève et s’abaisse verticalement. Lorsque l’AAMS (« Active Air Management System ») est actif, le déflecteur est déployé sur le bord de la sortie du capot, remontant de quelques millimètres dans le flux libre pour créer une zone de basse pression au niveau de la ventilation. L’air est ensuite dirigé dans un rayon de 130 degrés, à l’aide d’un réseau d’ailettes en carbone traversant le capot, qui distribue le flux d’air devant et sur le côté de l’habitacle. Le système aérodynamique devient inactif à basse vitesse et dans les villes, se déployant automatiquement lorsque l’Elva prend la route. Lorsqu’il est inactif, le conduit central est scellé, déviant le flux d’air dans les radiateurs à basse température et augmentant leur efficacité de refroidissement.

 

La McLaren Elva est la cinquième voiture sur les 18 nouveaux modèles ou produits dérivés annoncés dans le cadre du plan d’entreprise de la société, à la suite du Speedtail, du 720S Spider, du 600LT Spider et de la McLaren GT hyper-exotique. Les livraisons des clients de la Elva devraient commencer vers la fin de 2020.

« Nous sommes ravis d’avoir obtenu le nom Elva pour ce nouveau roadster extraordinaire qui ajoute une nouvelle dimension à la McLaren Ultimate Series tout en rappelant sa lignée aux voitures de sport qui ont jeté les bases du succès de McLaren », a déclaré Mike Flewitt. « La McLaren-Elva M1A [MkI] et ses successeurs immédiats ont non seulement défini les normes sur le circuit, mais également établi les principes novateurs en matière de design et d’ingénierie qui restent au cœur de notre marque ».