Malgré les hausses fulgurantes de nombreuses cryptomonnaies comme Bitcoin, Ethereum ou Solana en 2021, il y a une petite bombe atomique qui somnole au cœur de cet écosystème. Si elle explose, les déflagrations seront aussi nombreuses que rapides… et pourraient créer une nouvelle opportunité d’achat !

En effet, bien que les médias francophones parlent assez peu de cette actualité, c’est pourtant un véritable squelette dans le placard de la crypto-industrie. Et pour une fois, ce n’est pas un shitcoin ou un exchange douteux qui est en cause, mais un stablecoin.

 

Le principe des stablecoins

Les stablecoins sont des cryptomonnaies qui maintiennent un prix indexé sur une autre devise. Par exemple, chaque token d’un stablecoin indexé sur le dollar vaut théoriquement un dollar en permanence (avec parfois des écarts de quelque centimes mais c’est anecdotique).

Si vous ne vous intéressez aux cryptomonnaies que pour la spéculation, ça n’a pas grand intérêt, mais les avantages des stablecoins sont assez nombreux : ils offrent tous les avantages de la blockchain (frais minimes, rapidité des transactions…) sans subir la volatilité parfois affolante des cryptos plus spéculatives comme Ethereum ou Bitcoin.

Ainsi, les stablecoins sont l’outil rêvé pour quiconque souhaite transférer de l’argent à l’étranger, les personnes exclues du système bancaire ou simplement par les individus frustrés par tous les tracas du système bancaire. Certaines institutions résistent encore, mais il est probable que le marché des stablecoins représente plusieurs milliards d’euros dans un avenir pas si lointain.

La contrepartie de cet outil financier, c’est que l’émetteur doit détenir 1 dollar en banque pour chaque token mis sur le marché. Ainsi, même dans l’hypothèse d’une vente massive de tous les tokens, il y aura toujours un dollar pour chaque token afin de maintenir son prix… sauf quand ce n’est pas le cas. Et c’est là que les problèmes arrivent.

 

Tether, une énorme fraude en guise de stablecoins

Si vous ne connaissez pas Tether, c’est tout simplement le stablecoin le plus utilisé sur la planète. Pas moins de 78 milliards de dollars en circulation ! Si vous avez lu cet article depuis le début, vous en déduisez que l’entreprise Tether détient 1$ par token donc un actif total d’au moins 78 milliards.

Le souci, c’est que personne ne trouve ces milliards.

L’entreprise affirme par exemple qu’elle détient plus de 30 milliards de dollars de prêts à court terme aux entreprises. Si vous connaissez ce secteur, cela ferait de Tether le 7ème acteur de ce marché. Avec une difficulté : la plupart des banquiers de ce secteur n’a jamais entendu parler de cette entreprise. Dans un univers très petit où tout le monde se connait, c’est improbable.

S’ajoute à cela les accusations du procureur général de l’État de New York, qui accuse la plateforme d’échange Bitfinex d’utiliser les Tether pour masquer l’absence de 850 millions de dollars depuis la mi-2018. Et les recherches qui montrent que les tokens Tether ont servi à manipuler les prix sur les plateformes Bitfinex et Kraken. D’ailleurs, il est utile de rappeler que Jean-Louis van der Velde est en même temps PDG de Tether et de Bitfinex…

Il est toujours facile de dire qu’il n’y a pas fumée sans feu, mais il y a en tout cas quelque chose qui cloche. Et le bruit court depuis des années que Tether ment sur ses finances… ce qui a fini par faire réagir les autorités américaines.

 

Tether vs USA : face-à-face avec l’Etat fédéral

En juillet 2021, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a demandé aux régulateurs financiers de développer rapidement des réglementations pertinentes pour les stablecoins. Et il y a quelques jours, le Comité sénatorial américain des banques a envoyé une lettre au PDG de Tether, avec des demandes d’informations précises sur ses finances, ses opérations et ses processus.

Avec une date précise pour le délai de réponse : le 3 décembre 2021.

Si Tether ne se conforme pas à cette demande, les régulateurs pourront décider de couper les relations bancaires de l’entreprise et de ses dirigeants. La conséquence immédiate probable : un effondrement du prix du Tether… auquel devrait succéder un effondrement de nombreuses autres cryptomonnaies.

D’ailleurs, même si l’entreprise fournit une réponse transparente, il se pourrait que le marché ne prenne pas bien la nouvelle. N’oublions pas que Tether constitue une source majeure de liquidité pour le marché des cryptomonnaies. Si le prix de Tether devait soudainement baisser, il est probable que la panique s’empare des spéculateurs.

En effet, quand on constate qu’il suffit d’un nouveau variant Covid-19 pour que le Bitcoin s’écroule (tandis que la crypto inconnue Omicron a explosé !), on peut s’inquiéter des effets d’une telle procédure sur la confiance des investisseurs. Et dans un secteur où tout va très vite, l’effet domino est encore plus rapide qu’ailleurs.

 

Quelle conclusion pour les crypto-investisseurs ?

Alors que l’issue de cette offensive lancée par l’Etat américain sur Tether est imminente, ni les médias ni le marché ne semblent très préoccupés par cette actualité. Les gains flamboyants de cette année ont donné raison à l’idée d’une ruée vers l’or numérique et effacent peut-être la peur. De plus, de nombreux investisseurs novices n’ont peut-être jamais entendu parler de Tether (ou l’ignorent puisqu’il ne s’agit pas d’un outil spéculatif).

Mais le risque est réel et il peut être utile d’envisager d’empocher au moins une partie de ses gains dans certains cas :

  • Si une grande partie de votre patrimoine est investi dans les cryptomonnaies ;
  • Si vous ne pouvez pas vous permettre de perdre votre investissement ;
  • Si vous avez besoin de cet argent dans un avenir proche pour une dépense prévue.

Pour les investisseurs ayant des perspectives plus longues (au moins 3-4 ans), vous pouvez simplement tenir bon et serrer les dents en attendant que ça passe. Pourquoi ne pas tenter de jouer au yo-yo en faisant des allers-retours ? Parce que personne ne peut prédire les mouvements du marché dans la même journée !

 

<<< À lire également : Pfizer prévoirait de demander l’autorisation des rappels de vaccin Covid pour les jeunes de 16 et 17 ans >>>